Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 septembre 2018

La guerre des deux rosses.

De rien... Mab... Et m... J'avais oublié...
Le week-end commence mal.
Heure-Bleue a gagné la bataille du dentifrice.
C’est moi qui ai dû changer le tube ce matin.
Vide ! Totalement vide ! Pas moyen de tirer l’ultime noisette, que dis-je, noisette, l’ultime groseille de dentifrice qui m’aurait permis de refiler à ma camarade de jeux le droit de mettre un tube neuf.
Le plus dérangeant étant de sortir alors qu’on a les mains mouillées, le tube de dentifrice de son carton, de prendre le tube vide et d’aller, vêtu de ma seule innocence autant dire vêtu de rêve, jusqu’à la cuisine.
Ce qui ne serait rien si ce n’est que la fenêtre de la cuisine est grande ouverte jour et nuit, que la température était de quinze degrés et que j’étais nu comme un ver.
Autant dire que j’étais gelé comme un excrément maghrébin.
Oui, avec le politiquement correct et la susceptibilité maladive de la société d’aujourd’hui, il n’est plus question de dire comme on le faisait entre 1950 et 1970 en parlant d’avoir froid « être gelé comme une merde arabe ».
Bref, j’ai changé le tube de dentifrice.
Tout fout le camp.
Je crois que la prochaine qui me parle de patriarcat, je serai fondé à lui dire que c’est très surfait.
La preuve ?
Je pars à l’instant chercher les yaourts dont la lumière de mes jours fait ses fins de déjeuner.
Ce sont ses yaourts préférés et j’ai mangé le dernier hier.
Alors, hein, vous savez comment sont les esclaves de nos jours.
Si vous ne satisfaites pas leurs envies, elles se révoltent et vont jusqu’à faire grève.
Du coup je me demande si Marlène Schiappa a lu Lysistrata…

Commentaires

Pauvre de toi ....

Etant donné son niveau d'incompétence, je ne crois pas qu'elle ait ouvert un livre un jour ! à part la bible de son maître.

Écrit par : Sophie | samedi, 01 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Brrr...j ai froid pour toi

Écrit par : Ang/col | samedi, 01 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

L'expression des années 50/70 que tu cites n'est pas arrivée jusqu'en ma lointaine province, ni bien sûr, la traduction que tu en fais.
Dis-moi pourquoi vous n'avez pas vos réserves de dentifrice dans la salle de bain ? Elémentaire, mon cher Watson !

Écrit par : Gwen | samedi, 01 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

On les a !
Ce qu'on aime c'est que "l'Autre" change le tube et se charge de jeter l'emballage et le tube vide !

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 01 septembre 2018

Que d'histoire pour un tube de dentifrice! Tu n'avais qu'à utiliser du savon !!!!

Écrit par : emiliacelina | samedi, 01 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Vous avez des joies simples vous deux !

Écrit par : Anita | dimanche, 02 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

le sel de l'histoire m'échappe, je devrai d'abord aller voir qui est cette Marlène...
(peut-être qu'en gardant des ciseaux - bien cachés - dans la salle de bains, tu réussirais à extraire une dernière groseille de dentifrice, après avoir coupé le bout du tube? un vrai truc de Hollandais :-))

Écrit par : Adrienne | dimanche, 02 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

En cherchant bien dans les articles précédents, on devrait connaître la périodicité du changement de tube ;)
Vous êtes tranquille pour quelques jours...

Écrit par : Fabie | dimanche, 02 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Et pourquoi n'attends-tu pas d'être habillé pour jeter le carton et le tube ?
Vous vivez dans une maison où faut tout jeter tout de suite sinon, on pourrait croire que c'est le balagan ?

Écrit par : Berthoise | dimanche, 02 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire