Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 septembre 2018

Les clans psy, c'est comme les maladroits, ça fait mal aux sains...

le-temps-qui-passe.jpg

Ouais, bon, je sais mais l’automne arrive alors hein ...
Je me suis levé avec une question lancinante à l’esprit.
Que vais-je donc pouvoir raconter à mes lectrices chéries ?
Que vais-je bien pouvoir raconter sans ratiociner ?
J’ai cherché quelques sujets, quelque chose à écrire,  histoire de me plier à cette foutue discipline indispensable si on veut éviter la rouille neuronale, pourtant inévitable.
Alors j’ai battu le rappel de quelques idées…

Vagues réflexions sur la politique :                    Fait.

Récit d’amours de jeunesse :                              Fait.
Journées avec Merveille et P’tite Sœur :            Fait.
Saynètes avec Heure-Bleue :                              Fait.
Confidences de Merveille :                                 Fait.
Pérégrinations parisiennes :                                Fait.
Choses vues et entendues dans le bus :              Fait.
Accès brutaux d’humeurs élégiaques :               Fait.

Du coup, je me demande de quoi je vais pouvoir vous parler, lectrices chéries.
Déjà, ce matin je savais avant d’ouvrir l’œil que ça allait déconner.
Oui, vous savez bien lectrices chéries, ce moment bizarre où la cervelle s’ouvre avant les yeux.
Enfin, pour être plus précis, l’œil.
Le gauche.
Donc, sorties du rêve pour arriver au jour sont arrivées quelques unes de ces pensées décousues qui font que la lumière de mes jours est, soit persuadée qu’elle a bien fait de se marier avec ce type extra, soit qu’elle a eu la malchance de tomber sur un cinglé…
Ça, c’est le plus courant.
Juste avant l’ouverture de l’œil donc, je me suis posé une question bête, au risque de démarrer la journée par une migraine carabinée.
C’était une pensée du genre « sachant que pour ce que j’ai vu jusqu’à présent, la relation de cause à effet s’est vérifiée… »
Là mon œil s’est ouvert et je me suis dit « mais alors, quelle est la cause qui a entraîné l’apparition du temps ? »
Pas le temps qu’il fait lectrices chéries, non.

Le temps qui passe.
Il se comporte comme un imbécile avec un stylo qui se dépêche d’écrire avant de ne plus avoir d’encre.
Ce temps qui, au fur et à mesure qu’il passe s’écoule de plus en plus vite.
Au lieu de prendre son temps pour qu’on en profite le plus possible, plus il se dépêche.
Pourtant, n'importe laquelle de mes lectrices chéries le sait, plus c'est court, plus c'est rapide et plus c’est rapide, moins c’est satisfaisant.
Sauf s’il s’agit de l’arrivée d’un cadeau évidemment.


Commentaires

Vagues réflexions sur la politique : Fait.
Récit d’amours de jeunesse : Fait.
Journées avec Merveille et P’tite Sœur : Fait.
Saynètes avec Heure-Bleue : Fait.
Confidences de Merveille : Fait.
Pérégrinations parisiennes : Fait.
Choses vues et entendues dans le bus : Fait.
Accès brutaux d’humeurs élégiaques : Fait.

Eh bien, lol, tu refais ... Avec une préférence, pour ma part, pour le 2, le 4, le 3, le 5, le 6 et le 7. Va pour le 1 aussi, mais bon. Les récits d'amour de jeunesse (et de famille), j'adore, les saynètes avec Heure Bleue sont inénarrables (mais si puisque tu le fais), Merveille et Petite Soeur, je vous envie o;) les pérégrinations parisiennes et le bus, j'en redemande.

Le tout saupoudré d'humeur élégiaque ! C'est parfait.

J'aimerais vraiment vous rencontrer en "live" !

Écrit par : Pivoine | dimanche, 02 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Que se passe-t-il aujourd'hui ??

Une amie met une photo de clocher avec une horloge surmontée d'un "Le temps fuit".

J'arrive ici, tu me dis la même chose.

Et comme en me réveillant, si je regarde en arrière, même le mauvais est très loin, hélas le très bon aussi, mais l'avenir, ma foi, c'est "une action à court terme".

Mais ne ralentis pas l'effort, c'est bon pour mon moral....

Écrit par : Sophie | dimanche, 02 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

La répétition, c'est l'art de la pédagogie. Alors, vas'y, fais toi plaisir, répète. C'est pour notre instruction.
Commentaire de rentrée.

Écrit par : Berthoise | dimanche, 02 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Ben, quoi que je fais, moi, je me répète aussi dans mes propositions. Je frapperai le premier qui dira que je radote jusqu'à que je ne sache ou ne puisse comment faire !
Je constate que sur ta jolie fresque du temps qui passe trop vite, reste un veuf...

Écrit par : lakevio | lundi, 03 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Ton texte me flanque le cafard, mais la série d'ombres est très réussie, qui exprime bien les rélités auxquelles la vie nous confronte

Écrit par : Gwen | lundi, 03 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire