Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 29 septembre 2018

On laisse les grands-pères choir…

De rien…
Bon, je fais ça parce qu’il faut faire preuve d’un peu de discipline et écrire quelque chose chaque jour.

Vergogne : Subst. Féminin. Vieilli ou littéraire. Peu usité.
Pudeur, retenue, modestie.

Pourquoi diable ai-je songé ce matin à ce vieux mot ?
Non parce qu’il n’est guère utilisé aujourd’hui que dans la « locution familière » comme disent les dictionnaires mais parce que me revient à l’esprit l’intervention de Gérald Darmanin  dans le poste qui tombe souvent dans ma cuisine mais tient le coup depuis des années.
Oui, lectrices chéries, pourquoi cette affaire de vergogne ?
C’est là que le dictionnaire de l’Académie pointe du doigt une dure réalité : Peu usité.
Ce « peu usité » à propos de « vergogne » est vrai à un point que je n’imaginais pas.
Pensez à un type qui voit tous les mois arriver un virement de 16400 € sur son compte bancaire, montant amputé des cotisations sociales qui frappent chaque salarié dûment déclaré à l’URSSAF.
Et encore, sur une partie seulement des émoluments de ce brave homme.
Pas comme sur votre salaire ou votre retraite, pas exemple…
Il ne reste alors à ce pauvre hère « écrasé par les charges » qu’un peu moins de 13.000 €.
Vous auriez pensé, lectrices chéries, entendre ce type à la radio vous expliquer avec sérieux que « tout le monde sera mis à contribution pour résorber le déficit de la France mais que les bas revenus seraient épargnés » ?
Vous auriez pensé ça de quelqu’un qui, après avoir vu le 28 du mois au plus tard, le solde de son –ses ?- compte(s) s’accroître de 13.000 € ?
Vous auriez seulement osé penser que quelqu’un qui, de l’année, n’a payé de sa poche ni un repas, ni un taxi, ni un loyer ni un costume, bref, qui a vécu gratuitement –enfin pas gratuitement pour tout le monde-, aurait eu le culot de me susurrer dans mon poste que, dans un élan rare de générosité, le gouvernement dont il est ministre des sous épargnera « ceux qui ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté et les retraités qui relèvent du minimum vieillesse ».
Vous auriez pensé qu’un type qui vit gratuitement, plus exactement à nos frais, et entasse chaque mois près du revenu annuel d’un smicard viendrait dire à la télévision qu’on est assez riche dès qu’on dispose d’un revenu de 1.200 € mensuels ?
Vous auriez pensé que ce type oserait dire ça ?
Eh bien oui, lectrices chéries, il a osé.
Je l’ai entendu.
Vous comprenez maintenant pourquoi ce type m’a fait penser à « vergogne » et son « peu usité »…

Commentaires

Très juste, il n'a pas de vergogne, et il est accompagné d'une cohorte d'autres ministres qui n'ont aucune idée de ce que certains vivent.

Et puis, je vais te le dire (et tu peux le répéter) il est "trop propre sur lui pour être honnête" !!!

Écrit par : Sophie | samedi, 29 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je voulais te dire, et j'oublie chaque jour, que tes titres font un instant mon bonheur même s'ils sont suivis dans ma mémoire de ta dédicace ..." de rien, Mab, de rien".

Écrit par : Sophie | samedi, 29 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

oui, on comprend...

Écrit par : Adrienne | samedi, 29 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je vais me répéter : ces gens-là vivent hors-sol. Ils n'ont ni les pieds dans la boue, ni les mains dans le cambouis.

Écrit par : Berthoise | samedi, 29 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Il a sans doute été nommé à l'emporte-pièce...Celui qui sert à faire des trous dans les ceintures pour mieux les serrer...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | samedi, 29 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Attends, tu as déjà entendu parler de notre ministre libérale flamande de la santé Maggie de Blogg? Qui pèse 150 kilos, n'est apparemment pas malade, et fait la leçon à ceux qui le sont? A part ça, on a un roi qui est plutôt gentil. De temps en temps, ils vont caresser la joue des personnes handicapées mais ils n'ont pas encore caressé la mienne, c'est dommage ......... Je crois que je vais un jour écrire au palais réclamer qu'on vienne caresser ma joue aussi .......................................... o;)))

Écrit par : Pivoine | samedi, 29 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

en même temps en france,au salon de l'agriculture,le président et le ministre viennent caresser le cul des vaches.sourire christiane

Écrit par : christiane | dimanche, 30 septembre 2018

Ce type propre sur lui comme dit plus haut, pue tellement le mépris qu'on ne peut même plus parler de vergogne ! Mépris qu'il inspire aussi.

Écrit par : delia | dimanche, 30 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Ils sont malheureusement, pour nous, très nombreux que nous pourrions qualifier de la sorte...

Écrit par : Fabie | dimanche, 30 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Très juste ! Hélas, hélas...

Écrit par : Anita | dimanche, 30 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire