Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 octobre 2018

L'hédoniste n'aime pas l'Epicure...

De rien… J’y pense encore…

lakevio.jpg

/.../ Ma petite maîtresse m'aimait beaucoup ; elle me soignait, me caressait. Quand il faisait mauvais et que nous ne pouvions pas sortir, elle venait me voir dans mon écurie ; elle m'apportait du pain, de l'herbe fraîche, des feuilles de salade, des carottes; elle restait avec moi longtemps, bien longtemps; elle me parlait, croyant que je ne la comprenais pas; elle me contait ses petits chagrins, quelquefois elle pleurait. /.../

/…/Ma petite maîtresse, pas si petite et que je trouvais si jolie, m’aimait beaucoup ; elle me soignait, me caressait, mais pas assez longtemps hélas. Quand il faisait mauvais et que nous ne pouvions pas sortir, elle venait me voir dans mon écurie; elle m’apportait du pain, de l’herbe fraîche des feuilles de salades, des carottes et nous nous allongions longuement sur la paille ; elle restait avec moi longtemps, bien longtemps ; elle me parlait, et pas seulement de nous, de ce que nous ferions quand il ferait nuit, croyant que je ne la comprenais pas ; elle me contait ses petits chagrins, je la consolais d’un baiser, quelquefois elle pleurait, alors je la consolais autrement, jusqu’à ce qu’elle me sourie de façon lumineuse et semblât enfin retrouver sa joie de vivre, elle se rhabillait alors et rentrait chez elle. /.../

Ne dis rien, maîtresse ! Il n’est écrit nulle part  dans ce court extrait qu’elle allait voir un âne !

Commentaires

jolie pirouette ce texte ..... digne de ton imagination !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Rhoooo ! coquin ! mais pas surprise ;-)

Écrit par : Praline | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Un consolateur végétarien ☺

Écrit par : Fabie | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Toi aussi, tu cultives l'ambiguïté.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Bravo ! Le terme "maîtresse" incitait à rendre plus humain encore cet âne qu'on aimait pour des raisons peut-être troubles et qui ne voyait pas malice à faire gonfler cette affection en la payant de retour!

Écrit par : Joe Krapov | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Texte digne du titre...

Écrit par : Sophie | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

J'adore ta dernière phrase...Bon, j'espère ne pas avoir fait du hors sujet chez moi. Hi han.

Écrit par : julie | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Je sentais, je savais que tu trouverais un moyen pour détourner l'esprit du texte... Mais tu as raison : rien n'indique qu'il s'agit d'un âne...
Bravo d'avoir détourné l'esprit de la comtesse (tel celui du Canard Déchaîné)

Écrit par : Gwen | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord pour la prison !

Écrit par : Gwen | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Tu ne me déçois pas. Au contraire, c'est exactement ce que j'espérais. Bravo ! Que ta chambre soit une écurie, c'est possible, mais le matelas de paille, tu vires ! :)

Écrit par : lakevio | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Je rajoute que j'adore ton titre et que Mab aurait apprécié. C'est bien qu'on ne l'oublie pas.

Je rajoute encore que, pour la première fois, j'ai pu mettre ton lien sans problèmes de disparition chez les spams ! Super !

Écrit par : lakevio | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Oh my God !!!

Écrit par : Colette | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

bien sûr! l'âne reste dehors à faire le guet :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 08 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

mais enfin c'est de la zoophilie !!

Écrit par : ang/col | mardi, 09 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire