Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 février 2019

On ne fait pas d'omelette sans casser les vieux...

lakevio.jpg

J’aime bien l’idée de mettre un peu d’animation dans une blogosphère somnolente…

« Mon dieu ! » pensa Clémence V.
Cinquième du nom, la grand’ mère regarda  droit devant elle et pesta intérieurement contre toutes les bêtises qu’elle avait entendues.
Elle repensa que cette conférence «  Un nouveau regard sur les contes de fées » n’avait eu manifestement pour but que dénigrer les contes de fées.
La péronnelle, toisant l’assistance du haut de son estrade, lui avait prouvé qu’elle n’avait rien compris à « Blanche-Neige »…
Clémence V se dit, car elle avait son franc-parler « Cette conne a dû voir en douce, avant la fermeture du Cléry ou du Beverley « Blanche-Neige et les sept mains », non mais quelle conne ! »

Clémence VI, fille de Clémence V, qui avait assisté  avec sa mère et sa fille Clémence VII, à la réunion, en avait retiré une impression similaire.
Il fallait avoir l’entendement sacrément brouillé pour ne pas voir que « Peau d’âne » était une leçon sur le tabou de l’inceste et une mise en garde contre les confusions de l’amour, entre ceux qu’on aime et qu’on épouse et ceux qu’on aime mais qu’on n’épouse pas.
Clémence VI avait retiré de la réunion que l’ardeur militante est la méthode la plus efficace pour tuer l’idée qu’on veut faire partager.
Pas mieux élevée que sa mère, Clémence VI s’était dit « cette imbécile voit dans tout père un satyre qui ne veut que sauter sa fille ! »
Elle réfléchit un peu plus longtemps et se dit « On ne peut nier qu’il y a des pères assez malsains pour se livrer à ce genre de crime mais de là à affirmer que « c’est la norme dans notre société patriarcale », faut être particulièrement doué pour la généralisation hâtive… »

Clémence VII, septième du nom, fille de Clémence VI et petite-fille de Clémence V, malgré son air calme était dans une rage folle.
De l’explication de « Cendrillon », elle n’avait vu que les regards des invités du bal.
Pas plus la reconnaissance de la gentillesse de Cendrillon qu’elle prenait pour une niaiserie coupable, que sa timidité et son courage.
Elle n’avait retenu que ce frimeur de prince qui avait jeté son dévolu sur Cendrillon et dont elle avait décidé que ce mec n’était guidé que par sa…
Clémence VII, du haut de son ignorance de la vie et des frustrations qui allaient souvent avec, avait retiré de cette réunion que la conférencière –dont elle ignorait tout de la vie- avait raison sur tout.
L’anathème s’échappa bruyamment de la bouche de Clément VII « Tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens ! »

Clémence V et Clémence VI, remises de leur sursaut lui dirent :
- Tss, tss… Clémence, il faut d’abord s’instruire et s’informer auprès de plusieurs sources et réfléchir avant de prendre des décisions graves et irréversibles…
Et Clémence VII de répondre, avec la fougue de la jeunesse car elle n'avait pas tout compris des idées de Schön « Pfff...  La réflexion entrave l’action ! »

Commentaires

Tu vas encore te faire des ennemi.e.s.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

je suis fidèle .... je reste ton amie...... et ton titre me fait rire !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

Et ben, dis donc, jamais plus les enfants ne rêveront, n'auront plus de paillettes dans les yeux, s'ils venaient à lire ton texte...Déjà que des parents n'auront bientôt plus envie de confier leurs enfants aux curés, les envoyer au cathé... Voilà que maintenant, les parents n'oseront plus emmener leurs enfants voir des contes de fée. Bientôt, on va voir le mal partout. Un jour, mon mari a piqué une colère quand je lui ai dit que les grands-pères n'ont plus le droit de prendre leurs petits enfants sur leurs genoux sous peine d'être taxé de pervers. Ca devient grave tout ça. Mais, où va têton ! Je vous plains les hommes.

Écrit par : julie | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

J’aime bien l’idée de mettre un peu d’animation dans une blogosphère somnolente…
C'est vrai que nous sommes tous endormis. La faute au beau temps, peut-être ou à l'actualité morose. Tiens, on va tous aller au Salon de l'Agriculture, les bêtes ne nous déçoivent jamais. Entre-parenthèse, j'ai adoré le documentaire de la 2 vendredi soir, non, samedi soir plutôt...Il était magnifique..

Écrit par : julie | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

Ben non, je ne somnole pas du tout, perso...
Même s'il m'a fallu relire plusieurs fois pour ne pas me perdre dans tous ces numéros de Clémences...
Moi le seul truc que je n'aime pas dans les contes de fées, c'est la fin, toujours la même... ;-)

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

Quand je pense que ma petite puce vient de m'énoncer tous les noms des princesses qu'elle connait (elle a la même âge que petite sœur, mais elle c'est une grande sœur).

Écrit par : Fabie | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

Plus qu'endormie la blogosphère et quand on a un blog privé ça devient le désert...

Chacun tire ce qu'il veut d'une même conférence, c'est bien là le problème...

Écrit par : ang/col | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

Ben, je t'ai envoyé un msg perso il y a un mois, mais pas de réponse pour entrer sur ton blog, alors.....

Écrit par : Sophie | lundi, 25 février 2019

Je n'ai pas saisi ce que tu veux dire par la fermeture du Cléry ou du Beverley (je suis une provinciale)
En revanche, je sais qui fut Clément VII ! J'ai longtemps associé Simon de Montfort à la phrase assassine que tu attribues au pape. Il semble que nous ayons tort tous les deux...
Mais ta dynastie des Clémence me plaît bien !
Et philosopher sur les dessous des contes pour enfants relève d'un esprit original que je te reconnais volontiers !
J'adore ta façon de fonctionner !

Écrit par : Gwen | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

C'est plus pratique de l'attribuer à Clément VII qu'à son légat qui en est censément l'auteur.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 25 février 2019

J'avais déjà entendu parler de cette théorie de la connotation sexuelle des contes de fées, OU de l'effet pervers sur la ^psychologie de l'enfant.

Braf,Les contes de fée au panier, l'ogre qui avait mis à saler les petits enfants qui furent sauvés par St Nicolas, hop, fichu, foutu, mouru ....

Aseptisons tout ça, y compris les fessées des malheurs de Sophie (pas moi hein !!!)

Je me suis un peu perdue dans les derniers Clémence/Clément. Mais bon.

Je n'ai pas encore fait le tour des popotes (sic) ni pris le temps de répondre, mais c'était pas du tout ce que moi je voyais dans ce tableau, quoique....

Écrit par : Sophie | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

Je me rappelle le livre de Bettelheim et comme j'avais ri. A présent, ces théories sont vraiment remises au goût du jour... On ne peut plus rêver !...

Écrit par : lakevio | lundi, 25 février 2019

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris (Clément Vii je vais chercher) mais j'ai beaucoup ri à ce monologue x 3. Quelle imagination! Je n'ai jamais aimé les contes de fées (Je suis désespérante). J'aurais dû tenter l'exercice...

Écrit par : Pivoine | mardi, 26 février 2019

Répondre à ce commentaire

si la conférencière s'appelait Elena Bellotti, je suis plutôt d'accord avec elle ;-)

Écrit par : Adrienne | vendredi, 01 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire