Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 mars 2019

Quand le reflet dans un oeil dort...

Vos notes créent parfois chez moi d’étranges associations d’idées, lectrices chéries.
Elles conduisent même à d’étranges rêves.
Cette nuit, donc, assez bizarrement, je voyais de mes deux yeux.
Et même je voyais plutôt bien, très bien même.
Je me prélassais enfant sur mon lit tout blanc de l’hôpital Bichat, celui qui m’hébergea les deux mois et demi qui séparaient les vacances de Noël des vacances de Pâques de l’année scolaire 1959-1960 .
Bizarre de voir des deux yeux alors qu’un était resté sur le carreau mais vous savez bien ce que sont les rêves…
J’ai revécu cette nuit une dispute entre mon père et le père de mon compagnon de géhenne, celui qui avait vu sa rétine décollée pendant un match de foot où un joueur avait pris sa figure pour le but et y avait envoyé le ballon.
Lui et moi regardions nos parents faire des politesses.
Inévitablement, avec l’arrivée de la Vème République, la conversation dériva vers l’Algérie et « Mon Général ».
C’est là que mon compagnon de chambre et moi nous sommes demandés si nous étions du même pays…
C’est le père de l’autre qui a commencé, je suis témoin.
- Ah ! C’est bien un de Gaulle qu’il fallait à ce pays !
- Et pourquoi ça Moooonsieuuuur ???
A dit mon père, ajoutant :  
- Pour moi, de Gaulle, c’est un salaud !
- Il a sauvé la France, quand même Monsieur !
Ma mère qui savait comment tournaient les conversations quand il était question de « Je vous ai compris » le tira par le bras.
- Lemmy, voyons, Lemmy…
Mon père a repris :
- Il a sauvé la France depuis Londres et avec un micro Mooonsieuuuur !
J’ai encore sa voix dans l’oreille, ce rêve était pétant de réalité !
- Ah oui ? Et vous alors ? A osé le père de l’autre…
Mon père a allumé une cigarette pour se calmer.
Oui, on avait le droit de fumer à l’hôpital, à l’époque et les médecins pétunaient dans les couloirs à perte de souffle.
Ma mère, qui le connaissait et sentait venir un truc irréparable a dit :
- Gaby !!!
Pendant que la mère de l’autre à dit :
- Allons, allons mon chéri, ce n’est pas grave…
Mon père a clos sur :
- Moi, la France, je l’ai sauvée avec ma peau ! J’ai fais cinquante trois mois de campagne moi, Monsieur !
- Ah ?
- Oui, de l’Algérie jusqu’à l’Allemagne !
- Ah… Alors… Depuis l’Algérie… Je comprends mieux…
On a eu chaud.
Tu vois où tes notes sur la vision me mènent Coumarine ?
Je me suis réveillé surpris d’avoir revécu cet après-midi à l’hôpital et surtout de voir des deux yeux.
C’est finalement très bien d’avoir deux yeux…

Commentaires

Tu sais que les "incompris" n' ont toujours pas "compris" ce que voulait faire "comprendre" le grand C ( comme on le surnomme dans certains milieux :)

Écrit par : Nina | samedi, 30 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Taper "Dilem caricature" pastichant "qui vous savez", ce jour. Les caricaturistes algériens sont très bons.

Écrit par : Nina | samedi, 30 mars 2019

Répondre à ce commentaire

c'est vrai Le Gout!
Dans mes rêves, j'ai toujours les deux yeux qui voient: je me retrouve "comme avant!
Mais parfois aussi (mais c'est rare!) je me retrouve aveugle complètement!
alors je tâtonne...

Par contre (je sais pas toi?) mon sens de l’ouïe s'est décuplé, plus moyen par ex. de me cacher quelque chose en chuchotant, c'est comique parfois!
Donc voilà! être borgne a certains avantages, je dirais même des avantages certains ;-)

Écrit par : Coumarine | samedi, 30 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Tu peux nous faire un mémo sur la guerre d'Algérie et ses origines ... (Pourtant, j'ai lu les Carnets d'Orient). Ah ! Parler politique... Mon père disait qu'il avait tout de suite été "pour" de Gaulle (l'Appel du 18 juin) - et à cette époque, mes grands-parents ayant fait l'exode, la famille se trouvait à Préfailles (Loire-Atlantique) où ils avaient des connaissances. Je ne sais pas s'il est resté gaulliste, mais en tout cas, il avait ses Mémoires dans sa bibliothèque... Puis, quand il est devenu belge officiellement et définitivement, je ne sais pas s'il s'est encore beaucoup préoccupé de la politique française. A vrai dire, si mes parents aimaient l'histoire et discuter histoire, ils ne se disputaient en tout cas pas pour la politique... C'est étrange tout de même. Mon grand-père qui était Français (et pas gaulliste au début de la guerre) a fait de la Résistance dans l'Armée secrète, et mon père qui était beaucoup plus "belge" de caractère (tout en adorant aller en France) s'est battu dans l'armée française pendant 3 ans. Au début pour bouter les nazis hors des pays occupés, puis pour voir du pays...

Oui, il y a des choses curieuses dans les rêves... J'ai aussi parfois "entendu" des personnes me parler, comme si elles me parlaient à l'oreille, tellement fort que je me réveillais. Les rêves (quand on s'en souvient) sont vraiment quelque chose de curieux à étudier...

Écrit par : Pivoine | samedi, 30 mars 2019

Répondre à ce commentaire

ton oeil ne se fatigue pas trop à être le seul à travailler ?

Écrit par : ang/col | samedi, 30 mars 2019

Répondre à ce commentaire

J'en ai loupé des notes intéressantes, à batifoler dans les champs de mon rêve...
Et notamment celle-ci, avec le dialogue délicieux et corrosif entre ton père et l'autre, là...
Héros ou salaud...les hommes célèbres ont toujours deux revers à leurs médailles...c'est selon.
 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | dimanche, 31 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire