Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 mai 2019

Des zircons mais pas tant que ça…

Bon, j’ai un peu honte quand même mais c’est juste pour voir si Mab ricane...

lakevio.jpg

 Je suis sûr qu’elle a mal.
On n’aurait pas dû, c’est vrai mais c’était tellement bien.
Et puis on a été si content quand on a su.
Et on a attendu… Attendu… Attendu…
Elle a acheté de la crème anti-vergetures à la pharmacie.
On nous avait bien dit, des plus vieilles, que ça ne servait à rien.
Que si elle avait une « peau à vergetures » elle les aurait. Point.
Mais comme c’était un jeu qui nous plaisait bien, je lui ai passé de la crème sur le ventre tous les soirs.
Pour passer le temps et parce que ça lui plaisait aussi, je lui en ai aussi passé sur les fesses et sur les cuisses.
Ça nous a bien occupés, ce « jeu de la crème ».
Je ne sais pas si c’est grâce à ça ou non mais son ventre s’arrondissait sans qu’il y ait trace d’une seule vergeture.
Pas une !
Elle avait vraiment une peau extraordinaire, d’une douceur et d’une souplesse…
Une merveille de peau.
Un moment, tout de même, ses mouvements prirent un air un peu pataud.
Un jour, elle eut des douleurs.
Il bien fallu qu’on aille à la maternité.
Et je suis là, comme une andouille dans le couloir.
J’écoute d’autres femmes sur leurs chaises.
Elles parlent de douleurs et de déchirures épouvantables.
J’attends et j’ai peur.
J’ai peur de plein de choses.
Je ne sais pas quoi faire.
Je ne sais pas quoi dire.
J’ai peur qu’elle me déteste.
En plus je ne suis même pas fichu d’attacher correctement une couche.
J’ai peur qu’elle ne veuille même plus revenir à la maison pour ne plus me voir.
« Monsieur ! Madame voudrait vous présenter à quelqu’un ! »
En plus il y a déjà un étranger avec elle...

PS: On ne s’est pourtant pas concerté, Heure-Bleue et moi.
Ça doit être toutes ces années passées ensemble...

Commentaires

Chez toi, il est déjà né, les ennuis commencent.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 20 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Tu fais fort et original !
Je n'aurais pas imaginé ce tableau dans un couloir de maternité…
les deux dernières lignes avant le PS me plaisent énormément !
(Et bien entendu le « jeu de crème », il ne faut pas bouder son plaisir…)
Maintenant je m'en vais lire de quel texte Madame était enceinte !…

Écrit par : alainx | lundi, 20 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Maintenant les futurs papas n'attendent plus dans le couloir :)
Par contre ils ont intérêt à savoir changer les couches, ce que le papa de mes enfants n'a jamais, mais vraiment jamais fait...

Écrit par : Fabie | lundi, 20 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Elle a raison Fabie, allez hop les papas, en salle de travail ! on tient la main de madame... et parfois on tombe dans les pommes ! :-)
Eh bien quelle osmose entre la lumière de tes jours et toi !

Écrit par : Praline | lundi, 20 mai 2019

Répondre à ce commentaire

en quelle année tu le situes? parce que chez nous dans les années 50 les papas assistaient à l'accouchement, qu'ils en aient envie ou pas ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 20 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Même dans les années 60 c'était plutôt rare ici.
Et puis les médecins en avaient marre de devoir ranimer les pères qui tombaient dans les pommes et se demandaient comment leur femme supportait ça alors qu'eux étaient HS avec un rhume.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 20 mai 2019

Excellente idée. Très bon texte sur l'attente et la crainte (du changement de l dame, de l'intrus "étranger". Mais tu le sais depuis : "lorsque l'enfant paraît"...

Chez nous,(années 80) LeMaître ne se sentait pas d'attaque pour assister. Et c'est encore ainsi pour chacun, non ? : comme on veut !

Écrit par : lakevio | lundi, 20 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Les joyeusetés du temps qui passe...il est un peu benêt ce garçon. Il n'a pas lu la bible des futures mamans, Laurence Pernoud. Mais un bon point pour la crème... c'est fou. Il faut tout leur expliquer à ces enfants. Et les rassurer en plus.
Apparemment mon père était là à ma naissance et une infirmière s'occupait de mon frère. Ce ne serait plus possible avec Maggie De Block... retour à la maison deux jours après et tu te débrouilles.

Écrit par : Pivoine | mardi, 21 mai 2019

Répondre à ce commentaire

en effet! ça m'a choquée de l'apprendre, une ancienne élève a accouché de son premier bébé samedi en fin d'après-midi et lundi on la renvoyait chez elle...

Écrit par : Adrienne | mardi, 21 mai 2019

Il a pourtant plus l'air d'un premier communiant que d'un père de famille ce jeunot !

Écrit par : delia | mardi, 21 mai 2019

Répondre à ce commentaire

M'étonne pas qu'il fait la tronche ton mec...A écouter les autres femmes dans la salle d'attente, il devait se dire que jamais, sa femme ne lui pardonnerait. Me souviens du voisin qui m'avait emmené à la maternité le soir tard, dans une vieille camionnette de tapissier. Il avait proposé à mon mari de le ramener avec lui, en me laissant seule à la maternité. Quand celui-ci lui avait dit qu'il allait rester avec moi, il avait été choqué "ce n'est pas la place d'un homme, jamais après ça, vous n'aurez envie de toucher à une femme, ça va vous dégouter à vie". Résultat de ça, 13 mois plus tard naissait notre fille…
Moralité de l'histoire : ne jamais écouter les autres.

Écrit par : julie | mardi, 21 mai 2019

Répondre à ce commentaire

j'ai pas trop les yeux en face des trous pour tout lire cette semaine mais il faut quand même que je te dise que J'ADORE TON DEVOIR! Oui! Vraiment je l'ADORE ....

Écrit par : emiliacelina | mardi, 21 mai 2019

Répondre à ce commentaire

A Nantes, mon mari était présent pour la naissance de nos 3 enfants en 1956, 58 et 60 et il ne s'est pas évanoui !

Écrit par : Gwen | mercredi, 22 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire