Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 juillet 2019

Massacre à la tondeuse !

Je suis allé chez le coiffeur il y une semaine.
J’ai eu de la chance, c’était la veille du jour où il s’est fait casser sa porte.
Sinon, il me massacrait pareil mais en me lavant les cheveux à l’eau froide et sans shampooing…
Vous vous demandez sans doute, lectrices chéries, pourquoi je vous parle de ça ce matin.
Eh bien, parce qu’hier nous avons pris le bus pour aller à la Madeleine.
Une promenade qui aurait été très chouette, qui nous menait de Saint Lazare à la Madeleine s’il n’y avait tant de vitrines pleines de miroirs sur le chemin.
La lumière de mes jours m’avait bien prévenu que j’avais ce petit quelque chose dans la coiffure qui donne tant de charme aux « taulards », je n’y avais prêté autrement attention.
Las ! Sur ce chemin non pas « montant, sablonneux, malaisé » mais pavé et, comme celui du coche « et de tous les côtés au soleil exposé », toutes ces vitrines me renvoyaient, moqueuses me semble-t-il, l’image de votre serviteur, échevelé, la tête pleine d’épis mal arrangés, de mèches étrangement placées là où d’habitude il n’y a que des cheveux, un peu en désordre mais sans plus.
Je me sentis inquiet au point que je craignis un moment, au moment d’entrer chez IKEA, qu’un vigile ne me ceinture et use de son talkie-walkie pour prévenir les chaussettes à clous.
Mais non…
Je me sentais seulement parfaitement ridicule avec cette coiffure qu’on eût dite réalisée par moi-même à tâtons avec une paire de mauvais ciseaux.
Je fus même surpris que la lumière de mes jours daignât se montrer à mon bras.
Nous déjeunâmes sur place d’une salade au saumon et si Heure-Bleue se satisfit de sa mousse au chocolat, j’eus un mouvement de recul devant mon dessert.
Ce « fromage blanc au coulis de fruits rouges » avait l’air de… L’air d’un… Bref, l’air d’un truc qui avait déjà été mangé.
Honnêtement, ça ressemblait assez à un petit pot de vomi d’ivrogne.
Mais c’était moins mauvais que ça n’en avait l’air…
C’était écologique, très écologique.
Rien que terminer le repas nécessitait une main d’œuvre de notre part telle qu’après coup je me suis demandé pourquoi nous avions payé alors qu’en fait nous avions travaillé.
Nous avons acheté la poêle pour laquelle nous étions venus et un petit service de couverts car les nôtres selon la lumière de mes jours commençaient à lui « sortir par les yeux ».
Je me demande pourquoi alors qu’ils avaient à peine… Tout ça.
A près avoir bu un café en face, nous sommes partis à la recherche d’un chou-fleur qu’on n’a jamais trouvé.
Mais c’était bien quand même.

Commentaires

Tu as fait exprès de ne pas trouver de chou fleur ? ;)

Depuis 15 ans c'est moi qui coupe (tond) les cheveux de Zhom.
La première fois, je n'étais pas très assurée, n'ayant jamais fait cela.
Tout s'est bien passé, jusqu'à ce que je vois un petit cheveu dépasser sur le dessus.
J'y vais donc allègrement, ne me souvenant plus que j'avais enlevé le sabot...
Bilan il a eu une partie du dessus de la tête rasée, à son boulot personne n'a osé se moquer de lui !
Seul un ami a pouffé de rire en le voyant.

Écrit par : Fabie | vendredi, 19 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

Même chez les "coiffeurs pour dames", il y a quelquefois des ratés. J'ai une gentille (et très jolie) coiffeuse qui vient chez moi et si j'arrive le plus souvent à me recoiffer ensuite de façon décente, quelquefois, je peste un peu contre la coupe qui n'est pas assez ceci, ou celà....
Mais il faut dire aussi que je dors sur le dos et que le matin, j'ai des couettes .....

La promenade fut bonne, même si HB n'aura pas son plat de chou-fleur comme elle devait le désirer. (Vous avez essayé les fleurettes surgelées ??)

Écrit par : Sophie | vendredi, 19 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

L'impression de vivre avec un taulard plein de charme(s), quel bonheur pour la lumière de tes jours !
J'aime bien ma coiffeuse, mais rien à faire, quand je sors de chez elle j'ai l'impression d'avoir 80 ans et sitôt le coin de la rue passé, j'ébouriffe mes cheveux dans tous les sens !
Tu aurais pu nous mettre une photo de tes épis, juste de tes épis :-)

Écrit par : Praline | vendredi, 19 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

la bonne nouvelle, c'est que tu as des cheveux, tellement de cheveux qu'ils font des épis partout :-)
la seconde bonne nouvelle, c'est que ça repousse d'environ un centimètre par mois :-)
(et la troisième est que ça nous fait un chouette billet)

Écrit par : Adrienne | vendredi, 19 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

tu n'es pas l'homme à la tête de chou , heureusement pour toi , d'ailleurs en est-ce la saison

Écrit par : epalobe | vendredi, 19 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

C 'est toujours le même problème avec les coiffeurs. Plusieurs m'ont usée, beaucoup m'ont faite fuir mais aucun ne m'a jamais donné satisfaction. Je ne mets pas en doute leur compétences mais des fois je m'interroge. Et si la vitrine cassée était due à des clients de la veille comme toi massacrés ? Et bien, aprés tout, je ne veux encourager personne à la casse, mais dans le fond, il y a des fois où on se dit que c'est légitime. Je dis ça parce que qu'à moi, ça m'arrive d'avoir envie de tout massacrer dans leur p. de boutique !

Écrit par : delia | samedi, 20 juillet 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire