Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 décembre 2019

Devoir de Lakevio du Goût N°18

promenade dans les prés.jpg

En regardant cette toile d’Harold Harvey je m’interroge.
À quoi peuvent bien penser ces trois enfants ?
J’ai bien une idée, mais vous ?
Je vous dirai lundi ce qu’ils ont d’après moi à l’esprit…

Maman m’a dit qu’aujourd’hui je suis « chaperon ».
Je ne sais pas ce que c’est mais je crois que ça sert à empêcher les « grands » d’être tranquilles.
Aujourd’hui je dois accompagner Aurore, ma grande sœur, au concours de cerfs-volants.
Elle y va avec son copain Jules et je dois faire « chaperon », comme je vous ai dit.
Alors je les regarde…
Ah ils ont l’air malin tous les deux, à se regarder comme avec des yeux de merlan frit quand ils croient que je ne les vois pas.
Heureusement qu’Aurore est vraiment une grande sœur super gentille sinon je le dirais à Maman, qu’elle regarde un garçon et qu’on voit bien qu’elle à envie de lui faire un bisou.
Mais bon…
Déjà que je m’ennuie !
Il arrive ce cerf-volant ? J’en ai assez d’attendre !
Il devrait s’activer au lieu de regarder ma grande sœur en douce…
S’il croit que ces roses vont ressembler à des fleurs… Franchement…
Mais dépêche-toi Jules !
Si tu « lambines » encore je vais tout de suite dire à Maman que tu as essayé d’embrasser Aurore !

*
***

Jules m’énerve !
Mais il m’énerve !
Il met un temps fou à faire ces roses !
Et moi je reste là, à attendre, ce grand machin de carton et de bois appuyé sur le ventre…
J’attends, j’attends, je n’arrête pas d’attendre.
Bien sûr, je lui avais tant promis qu’on ne serait que tous les deux aujourd’hui.
Il ne devait y avoir que « des grands » de loin en loin, occupés à surveiller leurs cerfs volants, à mesurer la longueur de fil déroulée.
Pendant qu’ils seraient en train de se disputer pour les deux ou trois centimètres de plus ou de moins, j’aurais été tranquillement assise à côté de lui, dans l’herbe.
Je lui aurais dit des choses gentilles, des choses dont je sais qu’il aurait aimé les entendre.
Maman n’aime pas que je me promène avec lui.
Elle dit que « je traîne avec lui » alors que non, on se promène simplement.
Des fois il me donne la main, je le laisse faire, il a la main douce et serre la mienne gentiment.
Elle n’aime pas, alors pour m’embêter elle m’a forcée à emmener mon petit frère.
Elle l’a appelé « mon chaperon chéri » et lui a dit de ne pas me quitter des yeux pendant la fête des cerfs-volants.
Alors je l’ai emmené et il ne fait rien qu’à nous regarder bizarrement.
Je suis sûre que si je souris à Jules il va le dire à Maman…
Pourtant, l’aime bien lui sourire.
Quand je le regarde dans les yeux et que je lui souris, je ne sais pas ce que ça lui fait mais il rougit.
Qu’est-ce qu’il est beau quand il rougit, j’ai envie de lui passer la main sur la joue quand il est comme ça, j’ai même envie de me marier avec lui quand on sera plus grands, comme l’année prochaine par exemple…

*
***

Quand même, Aurore est drôlement belle.
Je « lambine », je « lambine » autant que je peux.
Peut-être que son petit frère ira voir d’autres, des « grands », pour regarder leurs cerfs-volants.
J’en ai marre de ces roses !
Je prends mon temps mais je ne vais bientôt plus avoir de papier. 
En plus elle boude, comme si c’était ma faute.
C’est son petit frère, pas le mien.
Quand même, j’ai mis ma casquette, je sais qu’avec « je fais homme »…
Elle me regarde comme si je l’agaçais.
Pourtant, si elle savait comme j’aimerais lui prendre la main et la garder longtemps, longtemps.
Je l’aurais gardée dans la mienne jusqu’à l’heure de rentrer.
Mais là, je ne peux que la regarder en douce en espérant qu’elle comprenne que tout ça n’est pas ma faute, pas notre faute.
Je sais que sa mère ne m’aime pas.
Pourtant si elle savait comme je prendrais soin d’Aurore, elle me laisserait sûrement passer toute ma vie avec elle…
En attendant il faut que je finisse cette dernière rose sinon le concours sera fini et là…
Si on ne l’a pas fait à cause de moi, elle ne voudra peut-être plus que je lui tienne la main.
Avec les filles c’est difficile, on ne sait jamais rien…

Commentaires

On a les trois points de vue.

Et l’incompréhension commence si jeune... le gars agace alors qu’il croit bien faire.

Écrit par : Val | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

ils sont bien jeunes pour ces soucis-là, je ne donne pas dix ans à la petite qui tient le cerf-volant ;-)
mon devoir ici: https://adrienne414873722.wordpress.com/2019/12/02/a-comme-apostrophe/

Écrit par : Adrienne | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Adrienne nous montre que les rôles de grand frère et de petite sœur ne sont pas de tout repos :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2019/12/02/a-comme-apostrophe/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Eh bien dis-donc ils sont précoces tes enfants ! ;-)
J'ai fait plus succinct
http://prali.canalblog.com/archives/2019/12/02/37832027.html#comments

(je ne pourrai lire la plupart des devoirs que vers la fin de la journée).
Bises

Écrit par : Praline | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Val nous pose l'éternelle question du choix.
Elle ne pose pas la question principale : Y a -t-il un bon choix ?
C'est là:

http://motsdeval.canalblog.com/archives/2019/12/02/37831677.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Les filles sont peut être difficiles mais les garçons...avec leurs gros doigts :a -t-on idée de leur donner à confectionner des roses en papier ? Bien vu ton devoir le Goût !
Mon ressenti est là :
yvanne19.canalblog.com

Écrit par : Yvanne | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Alainx propose une vie d'avant peu engageante.

Les garçons promis à l'écrasement sous les responsabilités.
Les filles promises à l'écrasement sous l'obéissance aveugle.
Une vie de devoirs sans droits...

https://alainx3.blogspot.com/2019/12/pensees-enfantines.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Et je n'arrive pas à commenter chez Alain X.

Écrit par : Pivoine | lundi, 02 décembre 2019

Praline nous dit que le numérique mobilise trop de ressources du cerveau pour n'être pas dangereux...

C'est là :

http://prali.canalblog.com/archives/2019/12/02/37832027.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Yvanne s'adonne à la poésie ce matin.

http://yvanne19.canalblog.com/archives/2019/12/02/37832911.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

...En toute modestie naturellement !

Écrit par : Yvanne | lundi, 02 décembre 2019

Delia a tous les lundis une histoire à nous raconter.
Celle d'aujourd'hui est particulièrement touchante.
Vous la lirez là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2019/12/lorette-et-le-morceau-de-lard.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

je n'ai pas pu écrire de comm. mais j'ai adoré ces souvenirs qui m'en ont rappelé d'autres. Très chouette ce texte Bravo à Delia

Écrit par : Sophie | lundi, 02 décembre 2019

Heure-Bleue regarde attentivement la toile.
Et nous dit ce qu'elle peut en tirer.

C'est là :
http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2019/12/01/devoir-de-lakevio-du-gout-n-18-3144245.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Gwen nous conte l'apprentissage de la lutte des classes...

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2019/12/02/37832471.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

t'es sûre ?

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Ce n'est pas accessible si on n'est pas abonnée à CanalBlog…

Écrit par : alainx | lundi, 02 décembre 2019

Se tenir la main au temps des amours enfantines, quel émoi ! Un émoi qui nous garde des souvenirs impérissables.
Tes garçons sont bien sympas pour leur âge ! Ceux de mon enfance étaient plus " je fais le mâle mais je ne sais pas trop bien doser la chose " ! Du coup on les attirait et ils nous détestaient...

Écrit par : SdL | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Maintenant oui !
Il y est.

Écrit par : SdL | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ils auraient du trouver un cerf-volant simple, pour que le petit le fasse voler, et qu'eux puissent se tenir la main, pendant ce temps là ! ;)

Écrit par : Fabie | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ils sont à l'âge où se tirer les cheveux suffit à leur bonheur.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Pivoine nous contes les rêves perdus et les occasions manquées qui ne se présenteront plus .
C'est à mon sens très bien fait:

http://uerbauolant.canalblog.com/archives/2019/12/02/37831161.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Sylvie me rappelle des souvenirs, pas de cerf-volant mais de fin de récré et de retour en classe de maternelle.
J'aurais aimé des écoles comme ça en primaire...

http://etcaeteraet.canalblog.com/archives/2019/11/29/37827087.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Billet en trois temps.
Finalement, je crois que, dans ta tête, tu es toujours un grand gamin. C'est un compliment.

PS - j'irai lire les autres devoirs tt à l'heure.

Écrit par : Sophie | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

On assiste bieu au monologue intérieur des 3 personnages... elle semble quand même bien aimer Jules...

Écrit par : Pivoine | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Les trois points de vue sont exposés avec brio...

Écrit par : Gwen | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Trois têtes, trois façon de voir. J'aime bien celle du petit dernier, gentillet qui ne dira rien à maman.

Écrit par : delia | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

il faudrait cinq ans de plus (au moins) pour que ce soit crédible...La petite a 7 ans !!

Écrit par : ang/col | lundi, 02 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Chouette texte.

Écrit par : Berthoise | mardi, 03 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Juju joue avec le feu dans son devoir.
"Moi, j'ai bien demandé à mon mari de ramoner mon conduit, mais il veut pas, disant qu'il y a des professionnels pour ça."

Il est là :
http://cearriveenfrance.over-blog.com/2019/12/le-devoir-du-lundi-du-gout-cerf-volant.html

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 03 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

Sympath ton texte. Qui ne se souvient pas de ses premières amours enfantines ! C'était du sérieux et souvent, on se voyait finir sa vie avec son petit copain...

Écrit par : julie | mardi, 03 décembre 2019

Répondre à ce commentaire

A quoi ça tient d'employer un possessif, ca change tout le sens d'une phrase, "Le" eut été plus approprié...

Écrit par : julie | mardi, 03 décembre 2019

Écrire un commentaire