Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 mars 2020

Economie, économies...

Avez-vous remarqué, lectrices chéries ?
On a une nouvelle religion ! L’Économie !
Et l’arrivée du coronavirus vient conforter mon opinion.
Il est impossible d’écouter le moindre bulletin d’information, quel qu’en soit le sujet, sans que, telle une prière, l’invocation du dieu Pognon ne soit présente.
Comme dans les autres religions, les plus ardents thuriféraires sont ceux qui en profitent le plus et le mieux.
Qu’une maladie quelconque risque de trucider la population et quelques chemins s’offrent à eux, entre lesquels ils hésitent.
« Il faut faire quelque chose, sinon le « dieu Éco » va en pâtir ! »
« Il faut surtout ne rien faire, on a là une chance de résoudre le problème du financement des retraites ! »
« Il faut préserver les forces qui font tourner le pays ! »
« Il ne faut pas tester les patients, c’est trop cher ! »
Comme toujours, la tendance naturelle des gouvernements à s’asseoir entre deux chaises apparaît…
On nous avait présenté ça au départ comme une science.
On aurait dû se méfier.
Une science que les banquiers s’approprient immédiatement ne pouvait pas être une science…
Une science est quelque chose de précis, fondé sur des observations, donnant lieu à des expériences reproductibles dont on tire des lois qu’on peut utiliser pour faire des choses qui donneront les résultats escomptés quel que soit le système qui les met en pratique et l’endroit où on les fabrique.
Et tout le monde est d’accord sur les lois.
Vous jetez une pierre, elle s’envole.
L’endroit où elle tombera dépend de la force qui l’a lancée et sa trajectoire est décrite par une équation simple, celle de la parabole.
Et ça se calcule très bien et partout dans le monde ça se passe comme ça.
C’est d’ailleurs ce qui permet à un marchand de canon de vendre ses armes partout dans le monde avec les résultats prévus.
En matière de « science » il en va de l’Économie comme de la philosophie.
De brillants esprits en parlent merveilleusement.
Hélas, ils ne sont jamais d’accord.
Au moins la philo pose des questions et soumet des voies de réflexion.
Elle ne se prend pas pour une science et de sévères désaccords persistent entre les diverses écoles.
Il n’en va pas de même pour l’Économie où là aussi il ne s’agit que d’opinions dont la mise en application ne satisfait jamais qu’une coterie.
Celles des banques, des milieux financiers et des gens qui en vivent…
Imaginez un instant qu’on fabrique les avions ou les trains de cette façon ?
Que l’on s’appuie sur une « science » bâtie de cette sorte, à partir de « lois » écrites par des gens qui décident que leur opinion a force loi mais ne sont pas même d’accord entre eux comme il en va dans les croyances diverses.
Vous auriez le cran de monter dans un avion ou un train fabriqué selon ces méthodes ?
Mais les zincs tomberaient comme à Gravelotte et les trains dérailleraient comme à Brétigny !
(À Brétigny, c’est d’ailleurs pour cause d’économies aux conséquences mal évaluées que le train a déraillé...)
C’est pourtant ce qui se passe tous les jours.
l’Économie n’est pas une science, c’est une façon de faire passer pour une science une opinion qui doit son succès à la réussite passagère d’une méthode de gestion.
Comme n’importe quelle religion, en somme...
Dans leur grande sagesse, les peuples se sont aperçu depuis longtemps qu’on peut prendre des arrangements avec le bon dieu sans risque, que les morts ne paient jamais leurs dettes et qu’il n’est pas très sérieux de leur faire remarquer que la planète est à la bourre de plus de trois ans de PIB mondial.
À qui diable a-t-on pu emprunter ces trois ans de PIB ?
À Saturne ou à Jupiter ?
Alors qu'on m’a appris il y a longtemps que si l’argent est un bon serviteur, c’est un mauvais maître !
Quand je vous dis qu’on se fout de nous…

Commentaires

Amen. Amen ( oui deux fois ).

Écrit par : SdL | jeudi, 05 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ite missa est !

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 05 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Sursum corda !

Écrit par : Pivoine | jeudi, 05 mars 2020

Tu y vas fort !
"Haut les cœurs" me paraît optimiste...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 05 mars 2020

« On a cru que l’économie était une science ; on se trompait évidemment. D’ailleurs on sait bien maintenant qu’elle ne serait ni la première, ni la dernière des sciences de l’ennemi à se révéler fallacieuse. » film "Guy Debord, son art et son temps", 1994.

Écrit par : Henry | jeudi, 05 mars 2020

Répondre à ce commentaire

... réussite passagère, tu as pointé du doigt le hic de la situation.

ça fait un bout de temps que les économistes parlent d'une récession à brève échéance et d'un système qui va se casser la figure.

Prendre une épidémie pour cause est un mensonge éhonté, ou une bonne excuse ??

Écrit par : Sophie | jeudi, 05 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Pourtant grâce à l'épidémie en question, l'hôpital va beaucoup mieux; puisque désormais on est prendre en charge tous les malades et de manière rapide, à condition qu'il n'y en ait pas trop, par contre !

Écrit par : delia | jeudi, 05 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Attends, je n'ai pas encore regardé le JT ............ (pour cause de lecture de blogs o;)

Écrit par : Pivoine | jeudi, 05 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris, mes yeux suivaient le texte, mais mon esprit était ailleurs... Et puis, je ne sais tenir que mes propres comptes, mais je les tiens bien.

Écrit par : Gwen | vendredi, 06 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire