Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 mars 2020

Coronavirus de mince !

000_1pj7gh_5e5e0f0592276.jpg

Nous avons décidé que nous préférons mourir du coronavirus que de faim !
Alors on est allé faire des courses…
Heure-Bleue, finalement pas si pressée de mourir abuse du gel hydroalcoolique au point de me demander de lui en mettre sur les mains en entrant dans le Monop’.
Je vous précise qu’elle ne me le demande pas comme une permission mais parce que c’est moi qui ai le petit flacon dans la poche.
Et il est dans ma poche parce que c’est plus facile pour elle que risquer de contaminer l’intérieur de son sac en passant de très longues minutes à l’y chercher.
Alors que sous prétexte que je n’ai eu une grippe que deux fois dans ma vie, la première fois le lendemain du jour où je fus vacciné, il y a quelque chose comme quarante ans, la seconde fois il y a six ans, la lumière de mes jours pense que je suis vacciné de naissance grâce à l’hygiène approximative des garçons.
Et elle en a déduit que je suis censé résister à tout sauf à elle.
Le résultat est que nous entrons dans le magasin avec les mains qui puent et pas les pieds qui muent.
J’ai beau lui dire qu’entrer dans les magasins les mains propres rend inutile cette séance de désinfection, rien n’y fait.
En revanche elle a saisi tout l’intérêt de se désinfecter les mains en sortant du magasin.
Elle m’oblige donc à me passer les mains à ce foutu gel en entrant, en sortant et puis, une fois arrivé à la maison de les savonner abondamment.
Je commence à avoir les mains dans un état lamentable.
Elle sont sèches comme le cœur de notre « Monsieur Retraite » et rugueuses comme le discours d’un syndicaliste de la CGT !
Si cette épidémie se prolonge, je vais devoir garder les mains dans les poches sauf pour faire la cuisine et mettre la housse de couette.
Alors que j’aime tant les promener partout où c’est doux et chaud.
Quand j’ai les mains « normales » ce n’est pas toujours accueilli avec les soupirs de satisfaction espérés.
Imaginez donc, lectrices chéries, comme ce sera perçu avec des mains esquintées.
Propres certes, mais rêches.
Des mains stériles même, et là le mot prend tout son sens car incapables d’engendrer le moindre soupir…
Et dire que tout à l’heure nous prenons le train à Saint Lazare pour aller chez les enfants fêter l’entrée dans l’enfer de l’adolescence de Merveille…
Je n’ai pas fini de me faire ronger la peau des mains par ce gel.
Ce sera bientôt le gel des relations entre Heure-Bleue et moi…

 

Commentaires

Le gel des relations, aprés celui des prix du fameux liquide ? C'est dommage d'en arriver là en période festive, vous avez plusieurs anniversaires à fêter il me semble, non ? Bonnes fêtes donc.

Écrit par : delia | samedi, 07 mars 2020

Répondre à ce commentaire

console-toi, bientôt le stock de gel sera épuisé ;-)

Écrit par : Adrienne | samedi, 07 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Excellent...comme toujours, tu as l'art de raconter les choses banales. Por le gel , le soir mets toi de la crème pour les mains, puisque la nuit tu ne t'en sert pas..lol...et même au cas où, elle seront toutes douces....bon anniv à la demoiselle Merveille...bisous.

Écrit par : Charlotte17 | samedi, 07 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Un gel de "relations" entre vous? C'est impossible! Et puis n'as-tu pas dit qu'elle souhaite que tu résistes à tout sauf à elle?

Écrit par : Livfourmi | samedi, 07 mars 2020

Répondre à ce commentaire

P.S. si tu veux caresser ce qui est doux et chaud, n'oublie pas de la crème hydratante sur les mains, une fois que vous êtes à la maison..

Écrit par : Livfourmi | samedi, 07 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Evidemment, voyons...

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 07 mars 2020

Ah, ah! excellent, ce texte, comme d'habitude....

Cette histoire de mains rêches me rappelle un échange que j'avais eu avec mon père, la 1ere et unique année où il était en retraite puisque Dame Nature ne lui a pas prêté vie plus avant.
Propulsé qu'il était devenu soudain dans une "inactivité" à laquelle il n'était pas habitué, il avait entrepris (au grand désespoir de ma mère) de s'occuper des tâches ménagères (sauf les poussières. Ça mettait de la poussière sur les sols qu'il venait d'aspirer et il n'aimait pas ça).
Ce jour là (je précise que nous étions dans la salle d'attente d'un docteur), je lui montre mes mains toute gercées et desséchées..
- Tu n'as qu'à faire comme moi, mets des gants pour faire la vaisselle! dit il devant l'assistance médusée...........

Écrit par : Ambre | dimanche, 08 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire