Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 avril 2020

En vrac

 

tissu-coton-vichy-mauve-et-blanc.jpg

Je vous ai déjà parlé de ma grande sœur il me semble.
Eh bien elle m’inquiète.
Je me doute que vous n’en avez rien à faire mais elle m’inquiète.
Je l’ai appelée il y a peu et elle m’a parlé.
Normal vous direz-vous.
Est-ce si vrai ?
« Tu te rappelles cette robe « vichy » à carreaux mauves et blancs ? » a-t-elle attaqué bille en tête quand je l’ai appelée.
Elle vit dans un bled improbable du Gers où n’ont accepté de vivre que deux-cent-quinze personnes.
Elle a trois filles que j’ai toutes vues mais avec qui les relations sont distendues.
Comme son mari ne va pas fort et cause peu, je lui téléphone pour savoir comment sa vie se déroule.
Eh bien, ma grande sœur vieillit !
Et je suis inquiet.
Non parce que elle est née en 1942 et qu’elle m’a parlé de robe « vichy », l’association « 1942 » et « Vichy » causant un déclic dans ma cervelle prompte aux associations douteuses.
Plutôt parce que cette histoire de robe « vichy » à carreaux mauves et blancs revient un peu trop souvent dans la conversation.
Ça me rappelle ma mère qui, dès qu’elle sortait de la chambre « où elle n’avait pas fermé l’œil depuis… » depuis 1947 si je l’écoutais, commençait non par « Tiens !  Mon fils ! Tu es là ? » mais par « Avec maman, au bateau… »
Commençait alors une longue litanie sur la vie sur une péniche entre 1921 et 1939.
Vie bien plus merveilleuse dans laquelle elle se réfugiait trop souvent.
Ce n’est que plus tard que j’admis que ma mère avait perdu la boule.
Ma grande sœur m’inquiète donc, parce que je me souviens parfaitement de cette histoire de robe « vichy ».
Elle avait dix-neuf ans, était une jolie fille et était tombée amoureuse d’un Anglais, étudiant en médecine venu en France parfaire sa connaissance du français et si possible d’une Française…
Il est reparti, embauché par son pays pour faire la guerre en Birmanie, tout ça avec promesses d’attente et de retour.
Évidemment, dix mille kilomètres de distance ne favorisent pas le rapprochement et les lettres s’espacèrent puis cessèrent.
Ma grande sœur tomba dans les bras les plus mauvais qui soient pour la consoler et ça se passa mal.
Elle me parle donc de notre père, qui maintenant est aux cieux et fut le seul à avoir vu dans quels mauvais bras elle s’était réfugiée.
Et me reparle de cet été 1961 où nous étions allés voir ma mère à Lariboisière, accompagnés de « Deïvid » car il s’appelait « David ».
Elle portait, avec toute la grâce d’une jeune fille de dix-neuf ans amoureuse, cette robe « vichy » à carreaux mauves et blancs.
Le fameux David qui n’est jamais sorti de sa mémoire la regardait comme un gâteau.
Même moi je m’en étais aperçu.
Mon père aussi…
Aujourd’hui, je vais encore appeler ma sœur et je sais qu’elle va me parler de cette robe « vichy » à carreaux mauves et blancs.
Et ça, ça m’inquiète…

Commentaires

C'est embêtant cette histoire. A moins que ce soit pour faire des masques ?

Écrit par : delia | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Vivre dans le passé n'est pas très bon, c'est vrai.
Moi aussi j'ai pensé aux masques en voyant le tissus.

Écrit par : Fabie | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Le Vichy à carreaux ! Boussac doit beaucoup à Bardot. Ce fut la "vichymania". Ma robe préférée était jaune avec un décolleté 'bateau' . Pour ta soeur, je souhaite que ce ne soit qu'une nostalgie. .

Écrit par : Nina | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Je vais en rajouter une couche car j'ai L’âge De ta grande sœur et j'ai eu Aussi une robe vichy mauve et blanc sans doute la même que celle de ta sœur style Bardot très serrée à la taille, très large avec les ballerines qui vont bien avec ! C’est avec celle là que j'ai Connu mon époux en 1960 il fut le premier et le seul ... c’était Comme ça dans ces années là... ça fait 60 ans qu’on est ensemble et la 2 eme fois qu’on est séparés plus d’une Semaine ... tu vois je commence à radoter aussi ... j’espère Ne pas t’avoir Barbé ... mais ton billet a ravivé en moi un tas de souvenirs ...

Écrit par : Francelyne | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

je comprends l'inquiétude... mais peut-être est-ce simplement dû au stress du confinement? aujourd'hui ma mère m'a dit qu'elle s'est sentie vieillir à cause de cette "crise" (et je la crois, parce que depuis quelques semaines j'en vois des vertes et des pas mûres, avec elle ;-))

Écrit par : Adrienne | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Peut être est ce simplement de la nostalgie ? Une robe peut être importante... pour une femme. Liée à des souvenirs. Ma cousine a eu une robe en Vichy mauve et Blanc... moi j'ai eu une robe rouge et blanche à ramages. Importante... elle existait en version verte... et bleue. Mais j'aime particulièrement le rouge. Et qui peut encore se souvenir des robes de ta soeur, sinon toi ?

Écrit par : Pivoine | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Parle lui donc de tes chemises à fleurs , on verra

Écrit par : epalobe | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Oui, je comprends vraiment ton inquiétude. Elle se réfugie dans le monde d’avant ?

Écrit par : Anita | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Alors, si tu t'en souviens tu peux évoquer ce souvenir avec elle. Il arrive un temps où on évoque des souvenirs marquants, heureux ou douloureux, ceux qui ont laissé des traces.
Est-ce que tu l'écoutes ou bien est-ce que tu fais en sorte que vite « on parle d'autre chose » ?
C'est en l'écoutant tu peut percevoir la cohérence ou non du discours.
Enfin, c'est juste une suggestion…

Écrit par : alainx | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

J'te jure, je connais pas ta sœur et ne lui ai donc jamais parlé de Vichy...Elles étaient belles les filles en robe carreau Vichy. Ca revient à la mode, enfin, l'été dernier, on en voyait beaucoup. La prochaine fois que tu l'as au téléphone, tu verras bien si elle te reparle encore de cette robe. Mon oncle, quand je l'ai au téléphone, essaie de nous donner le change...Sont malins ceux qui perdent la mémoire.
Bon, je ne vais pas m'attarder chez toi, ce ne serait pas du jeu de ramener tout à moi. Mais, tu conviendras que me parler de Vichy, hein ! On se comprend...

Écrit par : julie | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

elle a 1 an de moins que moi ! elle se souvient de sa jeunesse….il y a pire comme souvenir , elle se souvient qu'elle était jolie dans sa robe vichy…… d'un autre coté je comprend ton soucis ….. rappelle la tu verras si elle fait une fixation ….

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

inquiétant en effet

Écrit par : ang/col | mercredi, 29 avril 2020

Répondre à ce commentaire

ces histoires personnelles et familiales sont formidablement racontées sous ta plume. Tous ces "personnages" disparus ou non, reprennent vie. Quant à Vichy, mieux vaut évacuer cette période mais ne pas oublier. Pour le coup et n'étant pas du tout de son bord, j'ai apprécié que Chirac ait dénoncé la responsabilité de l'Etat français, ce que n'avait bien sûr pas fait Mitterrand vu ses amitiés douteuses...

Écrit par : les Caphys | jeudi, 30 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Je me demande si effectivement elle « perd la boule », ramper à son âge ou bien si une sorte de vie malheureuse, de dépression ne la fait pas plonger dans des souvenirs heureux au points qu’ils l’obsèdent.
J’ai lu récemment un article sur la dépression des personnes âgées, et c’est un mal qui frappe peut-être autant que des maladies degeneratives.
Mais enfin, l’hérédité Que tu évoques n’est certes guère rassurante.

Écrit par : Val | jeudi, 30 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Mais tu sais bien qu'en vieillissant se sont nos plus beaux souvenirs qui envahissent notre vie...ça fait tellement de bien de repartir en arrière...alors ne t'inquiète pas...je vois que vous êtes dans le rouge...quelle galère...ça veut dire que le plateau ne bouge pas beaucoup...j'ai écouté Raoult hier soir sur la TV des menteurs...sacré personnage...Pour une fois la Apolline de Malherbe n'a pas coupé la parole toutes les minutes...bientôt tu pourra aller voir les petites...ça fait pas 100 km.kiss

Écrit par : Charlotte17 | vendredi, 01 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire