Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 mai 2020

Mâtin matin.

réveil-matin-heure-de-réveil.jpg

Le matin est généralement un moment calme.
Une chose a toujours été plus ou moins préservée depuis… Depuis, bref, depuis.
Une courte période qui suit le lever.
Une période d’une demi-heure environ pendant laquelle nous sommes célibataires.
Cette demi-heure de célibat n’est jamais vide ni inutile.
C’est le moment où je suis « heureux d’être eu monde et de voir clair » comme le dit la sagesse populaire qui n’est pas sage et pas toujours populaire…
Je mets cette demi-heure à profit pour préparer les petits déjeuners en écoutant la radio.
Moment de paix que je goûte avec plaisir et en silence car même la radio susurre les mensonges du monde à bas niveau.
Le matin donc, je repousse la couette, faisant attention à laisser la lumière de mes jours profiter d’un moment de paix ensommeillée.
Je me lève silencieusement, remets la couette de façon à assurer le confort de ma camarade de vie.
Je tire doucement la porte de la chambre et vais dans le séjour prendre la boîte à mensonges pour l’amener à la cuisine.
Habituellement tout se passe bien.
Habituellement seulement…
Ce ne fut pas un jour habituel.
Un jour « habituel », seul le léger cliquetis du pêne reprenant place dans la gâche du chambranle signale à la belle endormie que je ne suis plus dans son lit.
Ce matin, comme chaque matin, j’ai tiré doucement la porte de la chambre.
Las, la sortie de la chambre que j’espérais aussi discrète que possible fut saluée par un vacarme monstrueux la porte à peine tirée !
Une chose étrange qui ne se produit jamais, enfin « jamais » jusqu’aujourd’hui, est advenue.
La planche à repasser, calée derrière la porte et tenant tout à fait solidement contre le mur, a décidé ce matin de choir quand la porte a quitté sa position.
Réveil en sursaut, puis en fanfare, de la lumière de mes jours qui s’est contentée d’un laconique et désolé « dès le matin… »
J’ai eu de la chance, la planche à repasser remise à sa place et la porte refermée, ma demi-heure de célibat à pu reprendre son cours avec seulement un retard d’une à deux minutes…

Commentaires

Soit ta belle a le sommeil lourd, soit elle était déjà réveillée. Tu n'as pas remarqué que c'est souvent le cas : c'est quand on veut passer innaperçu qu'on se fait prendre la main dans le sac ?

Écrit par : delia | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

un peu pareil pour moi avec la radio qui m'est indispensable et dont je ne me plains pas la plupart du temps. Et je n'ai pas de planche à repasser à proximité ouf !

Écrit par : les Caphys | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

La planche à repasser, et encore plus le fer, sont tellement bien cachés que nous ne risquons pas de les prendre sur la figure :)

Écrit par : Fabie | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

les voisins ont dû se demander ce qui se passait :-)

Écrit par : Adrienne | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Ici , c'est le fer qui a chu, et qui du coup , n'est plus

Écrit par : epalobe | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

C'était pourtant pas le 14 juillet !
Rapport au fait que tant subséquemment que conséquemment, comme disent les procès-verbaux de police, c'est seulement ce jour-là qu'il y a réveil en fanfare dans nos nombreux villages de France.
Quoique, pour le prochain 14 juillet, peut-être qu'il faudra repasser…

En tout cas, merci, car j'ai bien ri !

Écrit par : alainx | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

nous traînons tellement le matin. Pas prêts (à quoi ?) avant 11 h, sauf le jour du marché

Écrit par : ang/col | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Oula ta demi heure de célibataire a eu chaud !!! Je l’aime tellement moi aussi ce moment, à moi rien qu’à moi, du matin !

Écrit par : Manoudanslaforet | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Pour la discrétion, tu repasseras... ;-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸✿

Écrit par : celestine | dimanche, 03 mai 2020

Répondre à ce commentaire

J'ai adoré ton histoire. J'ai beaucoup ri. J'imagine la scène - pauvre Heure Bleue !

Hier, après avoir soigneusement cuit mon repas (saucisses de poulet, oui, bof, pommes de terre et un concombre pelé, épépiné, aromatisé, etc.) j'ai voulu éteindre le feu (qui était sur 1!) et au lieu de ça, je l'ai mis sur 6, l'odeur aurait dû m'avertir, je me demandais comment ça pouvait à ce point sentir le cramé... Je suis arrivée juste à temps mais c'était déjà cramé. Ce ci dit, ça n'ennuie personne...

Écrit par : Pivoine | lundi, 04 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire