Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 mai 2020

Devoir de Lakevio du Goût N° 38

devoir de Lakevio du Goût_38.jpg

38ème devoir de Lakevio du Goût.
En cherchant chez Harold Harvey une œuvre qui au moins m’inspirerait pour le « devoir de Lakevio du Goût », j’ai vu celle-ci :

Elle a immédiatement attiré mon attention car elle est liée à un souvenir qui aujourd’hui me fait sourire mais qui m’a terriblement mortifié et frustré quand est survenu l’évènement.
Je suppose que vous aussi aurez quelque histoire à raconter à propos d’enfants, de jeu de billes ou simplement de campagne…

Cette toile me rappelle un souvenir qui peut sembler cruel mais ne l’est pas tant que ça.
Vous vous rappelez que j’ai passé enfant quelques années chez des fondus persuadés que la meilleure façon d’amener un gamin à croire en dieu était de le punir chaque fois qu’il posait une question qui amenait une autre réponse que « c’est comme ça que le bon dieu a vu la chose ! »
Quelques éléments toutefois me plaisaient dans ce pensionnat.
À part les récréations où on me fichait désormais la paix, ce que j’aimais c’était la classe.
Surtout parce que c’était l’endroit où je me débrouillais le mieux avec le chant et les parties de « billes au pot » des récréations.
C’est d’ailleurs ces parties de billes qui me firent pour la seconde fois détester ma mère.
Vous ne savez pas jouer « au pot » avec les billes ?
Que je vous explique.
C’est passionnant.
Du moins quand on a l’âge des gamins sur la toile d’Harold Harvey.
Il y avait « les billes », de petites boules de terre cuite peintes de diverses couleurs.
Assez ternes et de peu de valeur mais disponibles en grand nombre.
Puis il y avait « les cales », billes de verre parfaitement sphériques et agrémentées de trainées de verre coloré noyées dans le verre transparent de la bille.
On ne mettait ces « cales » en jeu que quand on avait perdu jusqu’à la dernière bille.
Et enfin, l’apothéose, le graal du joueur de billes,  imaginez une « cale » mais à l’échelle trois ou quatre, « le calot ».
Le jeu consistait à trouver un des endroits de la cour de récréation où un trou de la taille adéquate se prêtait au jeu, se mettre à environ un mètre du trou et chacun des joueurs jetait quelques billes par terre.
Celui dont une des billes était la plus proche du trou commençait, suivi par le suivant dans l’ordre de proximité.
Une fois l’ordre établi, il suffisait au joueur d’envoyer d’une pichenette les billes dans le trou. Tant que la bille que vous aviez envoyée tombait dans le trou, vous jouiez. Si vous ratiez votre coup, le joueur suivant prenait son tour.
Celui qui envoyait la dernière bille dans le trou, dit « le pot » ramassait toutes les billes.
La suite consistait à échanger un certain nombre de billes contre quelques rares « cales » puis quelques cales contre un « calot ».
Surtout ne pas oublier de garder quelques billes de façon à éviter de commencer une partie par le sacrifice de choses aussi précieuses que des cales…
Quel rapport avec ma mère ? Direz-vous.
Eh bien, il se trouve que j’étais assez habile pour remplir mes poches assez vite.
Un manque de chance tout relatif au bout du compte fit que lors d’une récréation je ramassai toutes les billes en jeu, celles de tous les jeux auxquels j’avais participé.
Les deux poches de ma blouse étaient pleines.
Pleines de billes.
Trop pleines de billes.
Arrivé en classe, je fus trahi par la résistance des matériaux.
Vous vous rappelez sans doute que mes blouses n’étaient pas ces blouses grises, solides à souhait.
De la blouse de quincailler.
De la blouse qui pouvait servir de caisses à outils sans cligner d’un revers de poche. De la blouse parfaite en somme, capable de tenir deux kilos de billes par poche.
Et au bas mot s’il vous plaît !.
Mes blouses donc, n’étaient pas grises, rappelez-vous, mais bleues, avec un liseré rouge et un « col Mao ».
Et c’est là que la fâcheuse habitude maternelle de sauter sur le « moins disant » fit des ravages.
À mon amour-propre d’abord, à mes possessions ensuite et enfin à mes récréations.
Comme je vous l’ai dit, je me débrouillais plutôt bien en classe.
À une question du Frère, je levai si vivement le doigt qu’une poche céda d’un coup, envoyant une centaine de billes sur le carrelage de la classe.
Je me levai alors dans un mouvement brusque qui fit céder la seconde poche et envoya une autre centaine de billes par terre.
Le silence de la classe fut brutalement interrompu par la ruée de tous les autres pour ramasser les billes.
Leurs efforts furent vains.
Une fois toutes les billes ramassées, le Frère passa parmi eux et les confisqua toutes.
Oui ! Toutes !
Une fois les billes enfermées dans son bureau, le Frère me fit venir sur l’estrade, me donna une gifle, deux cents lignes et me renvoya, les larmes aux yeux mais pas pleurant, à ma place.
Ce fut la seconde fois que je vouai une haine farouche à ma mère.
Ça passa rapidement car je ne suis pas rancunier mais ce ne fut pas la dernière fois. J’étais assez jeune pour qu’elle dispose encore d’une impressionnante réserve de tours pendables à mon endroit...
Je perdis ce jour-là l’habitude de jouer aux billes.
Voilà ce qu’amène à ma cervelle ce matin le tableau d'Harold Harvey…

Commentaires

Adrienne nous rappelle combien les enfants doivent être surveillés et ne le sont jamais assez...

C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2020/05/11/i-comme-instantane/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

oh c'est triste! tu as arrêté net un jeu dans lequel tu excellais?
tu as préféré t'ennuyer dans un coin de la cour?

Écrit par : Adrienne | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Alainx nous écrit une page un peu amère mais fort bien tournée.

C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2020/05/on-est-vraiment-des-billes.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Pfff être puni à cause du manque de solidité de la blouse, quelle injustice !
Et il en a fait quoi des billes ? Il a joué avec ? Les a revendues ?

Écrit par : Fabie | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Tu me rappelles un film où le jeune héros est secoué par les pieds et perd toutes ses billes devant ses camarades : scène d’humiliation totale et inoubliable dans la tête d’un petit garçon...
Je ne me souviens plus du nom du film...
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Celestine | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

c'était pas juste! une gifle et 200 lignes ça fait deux punitions! Chez nous on appelle tes cales des agates… objet de tous les trafics à l'époque !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Delia nous dit un drame que pressentait déjà Adrienne.
C'est là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2020/05/un-dimanche-apres-midi.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Emilia-Celina m'apprend un jeu dont j'ignorais tout (je ne parle pas de Robert).
C'est là :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2020/05/11/38278089.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Fabie ne sait pas jouer aux billes mais nous parle d'autres choses fort intéressantes.
C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/la-varenne-a187302274

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Gwen nous dit combien il est parfois impossible de résister à la tentation.
C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2020/05/10/38280000.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue a joué aux billes, elle aussi.
Et je sais même où, elle me l'a montré.
Au bas mots huit-mille fois...
C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2020/05/10/devoir-de-lakevio-du-gout-n-38-3150195.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Val nous mpntre qu'il faut se méfier de tout en un chouette récit.
C'est là :

http://motsdeval.canalblog.com/archives/2020/05/11/38278418.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

La perte de tes billes t'a fait grandir plus vite.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Les adultes sont pires que les enfants dans le genre. Il faut croire que le frère s'ennuyait le dimanche aprés la messe !

Écrit par : delia | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Mon devoir est ici : yvanne19@canalblog.com

Écrit par : Yvanne | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Ma haine se serait plutôt tournée vers ce Frère méchant et peu miséricordieux.
Quelle humiliation de recevoir une gifle devant tous ses camarades. Et sur l'estrade en plus !
Cela m'est arrivé aussi à cause d'un certain théorème...

Écrit par : Yvanne | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Les gifles étaient monnaie courante dans ce pénitencier... ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Oh, que j'aurais aimé être dans la classe à ce moment-là. Que j'aurais bien rigolé..Ta mère ne t'a pas aussi donné une baffe ? C'est souvent ce que faisaient nos parents si on avait le malheur de venir nous plaindre…
Tiens, tu me fais penser aussi à mon mari qui dit qu'il gagnait toutes les billes, même qu'on ne voulait plus jouer avec lui..qu'il dit. Sacrés chenapans ..pas bien méchants d'ailleurs..
Voilà, j'ai enfin posté mon devoir avant de vaquer à 1000 occupations prévues pour cet après-midi. Je viens d'envoyer à l'instant mon mari voir si la promenade au bord de l'Allier est rouverte..voir si je peux aller regarder à travers le grillage courir les chevaux...1ere course après déconfinement en France.
zut, c'est fermé qu'il dit.

Écrit par : julie | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Pôv' p'tit goût !

Écrit par : Berthoise | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Yvanne m'explique, sans le vouloir, comment on prend goût aux mets de luxe...
C'est là :

http://yvanne19.canalblog.com/archives/2020/05/11/38282653.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas un âne pour le coup, le Goût : je le sais ( :-))) )que cuisses de grenouille et surtout écrevisses sont devenues des mets de luxe !

Écrit par : Yvanne | lundi, 11 mai 2020

Même époque mais pas du tout le même lieu, mon beau-frère n'était pas chez les fous mais dans une école communale à Ivry-la-rouge. Il excellait aux billes au point qu'il mettait ses gains dans un petit seau. Quand le seau était presque rempli, l'instit s'en mêlait : il renversait le seau dans la classe et tous les garçons se servaient. Ce qui rendait au jeu de billes de son intérêt !

Écrit par : GM | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Je suis aussi un partisan de la redistribution des cartes à intervalles réguliers.
Ça évite les dynasties de joueurs de billes qui " ne se sont donné que la peine de naître" comme disait Beaumarchais...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2020

culotté ce curé !

Écrit par : ang/col | lundi, 11 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Tu devais porter des blouses bleues... Moi c'était des sarraus et des protège-manches pour préserver les coudes des vêtements. Je les oubliais dans le cartable parce que je me sentais ridicule !

Écrit par : Gwen | mardi, 12 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Gwen, moi aussi je devais porter des protège-manches, inutile de te dire que je me sentais aussi ridicule...
Nous étions les seules, ma sœur et moi à avoir ce type d'accoutrement (1964/65).

Écrit par : Fabie | mardi, 12 mai 2020

Juliette nous parle assez peu de billes mais de masques et c'est sympa.
C'est là :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2020/05/ce-devoir-du-gout-a-un-petit-air-de-liberte-retrouvee.html

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 14 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire