Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 juin 2020

Convalescence…

20200602_181151.jpg

Hier on s’est baladé du côté de la Madeleine.
On est aller acheter une chose indispensable chez Ikea : Une gourde !
À l’aller nous nous sommes arrêtés à la terrasse d’un café.
C’était agréable.
Heure-Bleue, victime d’étourdissement devant tant de liberté et de soleil, a bu un café – mauvais - et bu un verre d’eau.
Comme toujours, j’ai pris un « diabolo fraise », j’aime bien cette boisson acidulée, somme toute surprenante du hiatus entre la douceur de sa couleur et l’acidité piquante et légère de son goût.
Une partie de la promenade fut épuisante.
N’eut été la possession de la carte attestant de ma « bancalitude », la queue quasiment Kroutchevo-moscovite devant le magasin nous aurait dissuadé d’y entrer.
Si entrer ne fut pas difficile, et même agréable à voir la moue envieuse voire offusquée de tous ceux qui attendaient sagement leur tour, la suite fut plus délicate.
Imaginez un peu Ikea, coincé entre la nécessité de respecter la « distanciation sociale », les « gestes barrière » et autres précautions et la nécessité d’éviter la faillite, a concocté un labyrinthe qui aurait fait pâlir Thésée d’angoisse et usé jusqu’au dernier centimètre tout le fil qu’Ariane aurait fabriqué.
Heure-Bleue commit deux erreurs.
Elle pris une gourde sans le fameux « code barre ».
Elle oublia sur le champ où elle avait trouvé cette gourde.
Tandis que je laissai à l’abandon une autre babiole à la caisse je perdis facilement un quart d’heure à tenter de remonter « à rebrousse-poil » le chemin qui menait au rayon adéquat.
Après maints allers, maints retours, maintes erreurs de trajet, je parvins enfin à trouver la gourde convoitée équipée de son étiquette salvatrice, celle qui permettrait de la payer.
Je me contentai ensuite de faire fi de tous ces chemins tortueux et passai sous les bandes qui interdisaient d’emprunter le chemin qui menait à la caisse abandonnée.
Nous sommes sortis enchantés de retrouver l’extérieur et désolés de voir que le café Pouchkine n’avait pas jugé bon de participer à la liesse de la réouverture des bistrots.
Nous avons donc repris le chemin du retour.
Cette fois, ce fut l’envie de faire pipi qui nous fit nous arrêter à une autre terrasse.
Je repris un « diabolo fraise » tandis que la lumière de mes jours, soucieuse de préparer le prochain arrêt prenait un Perrier.
Comme à l’aller, je constatai que « un mètre cinquante » ne comportait pas le même nombre de millimètres selon que l’on est mastroquet ou ministre de la Santé…
Le mètre de mastroquet représente tout juste la distance qui permet de passer entre deux tables sans renverser les verres d’une table ou l’autre.
Ça ressembla assez à la première sortie de convalescents après un séjour à l’hôpital.
Mais c’était bien comme dit la lumière de mes jours.

PS : J’ai oublié. Heure-Bleue m’a bien eu cette fois : C’est moi qui ai changé le tube de dentifrice...

Commentaires

Moi aussi, j'ai acheté une gourde. C'était avant. C'est bien pratique et ça donne bonne conscience.

Écrit par : berthoise | mercredi, 03 juin 2020

Répondre à ce commentaire

Oui, on achète de l'eau en bouteille plastique et on la transvase dans la gourde.
Après on jette la bouteille plastique...
Perso, on boit l'eau du robinet alors on a bonne conscience.
Jusqu'à ce qu'on achète la 17ème gourde parce qu'on l'oublie toujours à droite ou à gauche...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 03 juin 2020

Même hors pandémie, Ikea avait concocté un labyrinthe pour obliger les clients à passer par tous les rayons, alors maintenant cela doit être "folklo".
En principe à la caisse, ils appellent quelqu'un du magasin pour aller voir les prix, ce n'est pas la faute du client si il manque le code barre...
Bravo à HB pour le dentifrice. ;)

Écrit par : Fabie | mercredi, 03 juin 2020

Répondre à ce commentaire

on en avait 4 , en vacances dans la cave je pense , c'est gourde ;
vous êtes courageux de fréquenter de tels labyrinthes , pas de gourde à Mon op ou labyrinthe aussi ? vos aventures sont toujours , sous ta plume , très rafraîchissantes

Écrit par : epalobe | mercredi, 03 juin 2020

Répondre à ce commentaire

il y a beaucoup de queues partout et d'après ce que j'ai vu les magasins n'ont pas encore déballés les cartons fraîchement arrivés ou stockés depuis quelque temps

Écrit par : ang/col | mercredi, 03 juin 2020

Répondre à ce commentaire

vivement le 8 juin qu'on puisse nous aussi nous installer sur une terrasse avec un (bon) café :-)
(c'est tout de même vrai qu'on éprouve un bonheur est plus intense après avoir subi un manque :-))

Écrit par : Adrienne | jeudi, 04 juin 2020

Répondre à ce commentaire

Mais pourquoi aller chez Ikea pour acheter une gourde ! Il y a plein d’autres possibilités ! Enfin, c’est une expérience.

Écrit par : Anita | jeudi, 04 juin 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire