Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 juin 2020

Fais moi un cygne...

le cygne.jpg

Je ne sais pourquoi aujourd’hui je repense à ce film, « Le cygne ».
Ah si, c’est parce que j’ai lu une vague accroche sur le prince Albert.
Pas celui de la reine Victoria.
Non l’autre, le faux, celui de Monaco, le frère de « Steph’ de Monac’ »
Alors, évidemment, j’ai pensé à Grâce Kelly.
Et de fil en neurone puis de neurone en souvenir je me suis rappelé un film qui a marqué l’histoire du cinéma par son insignifiance…
Un copain, un vieux genre douze ans, m’avait dit « tu verrais, Kelly comme elle est belle ! »
Encore un copain que ma mère trouvait trop « déluré » comme elle dit mais de toute façon, pour ma mère, les garçons étaient toujours tous « trop délurés ».
Alors j’ai attendu que le film passe à l’Ornano 43.
Je ne sais pas si je vous déjà ai parlé de ce film.
Heure-Bleue m dit que oui, donc je radote…
Je vous ai donc déjà parlé du film.
Du cinéma à coup sûr, j’y suis allé si souvent…
Je l’ai attendu longtemps ce film, des mois…
Des mois je l’ai attendu et chaque dimanche je tâtonnais au fond de ma poche les pièces qui paieraient le ticket d’entrée.
Pendant des mois, chaque dimanche et chaque jeudi  je suis revenu à la maison, déçu.
Puis j’ai vu le bandeau sur les photos qui invitaient à voir le film « jeudi prochain : Le cygne ! »
Le film que j’attends depuis si longtemps est là !
Lui l’avait vu dans un cinéma du côté du boulevard Montmartre, un cinéma mieux que par ici.
« Il passera, tu vas voir, c’est super chouette ! Elle est belle ! »
Alors j’ai attendu.
Et aujourd’hui, dimanche, il est à l’affiche.
« Le cygne » il s’appelle.
J’ai traversé le boulevard et ai gravi la volée de marches qui me mènerait au paradis ce dimanche-là.
J’ai la main serrée sur mes pièces.
J’ai la somme exacte dans la main.
L’homme grisonnant qui tient la caisse est là, comme tous les dimanches.
Je ne l’aime pas, il a l’air mauvais, pas comme celui du jeudi.
Peut-être qu’il n’aime pas travailler le dimanche.
Mais je m’en fiche.
Je vais enfin le voir, ce film.
Et la dame m’a pris par la main pour m’amener à la rangée où je devais m’asseoir.
Elle m’a indiqué le fauteuil. Juste à côté du sien, au bord de l’allée, tout près de la porte.
Je l’ai regardée. Elle était belle. Elle avait des cheveux blonds bouclés, des yeux bleus et une robe noire à la taille serrée par une ceinture de cuir vernis.
Ce qui m’a beaucoup plu, c’est son cou, mince et orné d’un petit col blanc à coins arrondis.
Ma mère m’a dit que ça s’appelait « un col Claudine ».
C’est très joli je trouve.
Je l’ai trouvée si belle que je crois que je l’ai plus regardée que le film.
Pourtant, dans le film, mon copain me l’avait dit, c’était Grace Kelly et elle était belle aussi.
En vrai, elle était belle mais pas aussi belle que la dame qui, une fois le dernier spectateur placé, s’est assise à côté de moi.
Je suis sûr maintenant que je l’ai plus regardée que Grâce Kelly…

Commentaires

au moins celle-ci était en chair et en os !

Écrit par : ang/col | jeudi, 25 juin 2020

Répondre à ce commentaire

tu me fais sourire...;-)

Écrit par : Coumarine | jeudi, 25 juin 2020

Répondre à ce commentaire

je suppose qu'une vraie femme à tes côtés, c'était plus troublant qu'une image sur l'écran ;-)

Écrit par : Adrienne | vendredi, 26 juin 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire