Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 juillet 2020

Le mois doute...

20170409_130657 (1).jpg

Nous voici revenus…
Ce ne fut pas désagréable ni même trop long.
J’ai craint un moment que la lumière de mes jours ne prenne goût à la vie provinciale.
Elle la trouve certes un peu terne mais calme et agréable.
C’est vrai quand il fait beau et que l’on peut déjeuner ou dîner dans le jardin, dérangé seulement par le chant des oiseaux et le clapotis léger de la piscine…
Il était donc temps que nous revinssions chez nous.
La RATP a profité de notre absence pour modifier subrepticement ses lignes de bus nous forçant à aller loin prendre un bus qui n’est pas le bon et qui, de surcroît, évite une partie de son parcours pour cause de manifestation…
En passant sur le boulevard Saint Germain, Heure-Bleue, subjuguée par la beauté de l’endroit, m’a glissé à l’oreille « C’est vrai qu’il n’est pas facile de vivre ailleurs qu’à Paris ».
Un incident toutefois.
Un jeune homme, à la sortie du boulevard Saint Germain, s’aperçut qu’il avait manqué sa station.
Il s’approcha du chauffeur et lui demanda de descendre là où le bus était arrêté.
Le chauffeur refusa au titre du respect de la sécurité des passagers.
Le jeune homme insista jusqu’à ce que le chauffeur ouvre la porte et dise « allez, descendez… »
Le jeune homme, au lieu de dire « merci », descendit et attendit prudemment d’être sur le trottoir pour jeter «  Sale merde, va ! ».
Ça me fit regretter le temps de l’éducation à la mode de mes fondus du bon dieu.

Nous approchions de la Seine, près de l’Assemblée Nationale et atteignions le pont de la Concorde.
Comme toujours, la vue de la Place de la Concorde et du Jardin des Tuileries m’a retourné le cœur...
Oui, j’ai le cœur fragile depuis toujours, enfin, depuis que je suis entré dans un « lycée de garçons » judicieusement placé entre deux lycées dits « Lycée de jeunes filles ».
Ce furent finalement de vraies vacances.
J’ai fini « Le lambeau » qui m’a fait apprécier de n’avoir pas la mâchoire arrachée par une balle de « Kalachnikov ».
Hier, nous avons recommencé nos pérégrinations « samediesques » habituelles.
Aller à Saint Lazare acheter deux bouquins.
Continuer vers l’Opéra et nous arrêter aux Galeries Lafayette acheter du jambon…
Puis passer devant chez Clooney et être heureux d’avoir acheté nos capsules avant de partir tant la queue dissuadait quiconque de boire un café.
Bref, ce retour, c’est bien…

Commentaires

Ce retour, pour nous aussi, c'est bien :-) :-) :-)

Écrit par : Ambre | dimanche, 12 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Un des "charmes" de ma commune est qu'elle est près de Paris que j'ai découvert peu à peu et aimé.

Écrit par : Nina | dimanche, 12 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

le livre de Philippe Lançon m'a très fort frappée:
je relis souvent certains passages, surtout la page 354 où il explique que la kiné a surveillé sa marche en lui donnant un truc, que j'applique tous les jours
Bon retour à Paris ainsi qu'à Heure bleue

Écrit par : Coumarine | dimanche, 12 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

la page 354 dans l'édition Folio...

Écrit par : Coumarine | dimanche, 12 juillet 2020

Tu peux nous en dire plus sur le truc du kiné ? Ca peut m'être utile... surtout que j'ai depuis 20 ans une hanche + un genou en titane presque véritable.
Merci

Écrit par : Gwen | dimanche, 12 juillet 2020

Nous sommes donc en vacances cette semaine encore ? Je piaffe d'impatience et je vais devoir finir de vous raconter mes déboires d'eau dans ma cave au lieu du divin breuvage de nos vignes. J'ai vérifié ce matin et il semble que le problème ait enfin été réglé (depuis septembre 2019 tout de même et des courriers sans fin avec une assurance qui a fermé le robinet)
Bon week-end !

Écrit par : Gwen | dimanche, 12 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

si mes enfants n étaient pas sur Paris nous partirions en Province où la vie est douce et n irions à Paris que pour faire du tourisme

Écrit par : ang/col | dimanche, 12 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Vivent les vacances dans le Gers :-) et le retour parmi nous.

Écrit par : Pivoine | lundi, 13 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

c'est comme du Prévert, ta photo, Notre-Dame regarde la Seine de travers :-)
(vous lui avez dit un mot gentil en compensation, j'espère, à ce chauffeur ;-))

Écrit par : Adrienne | lundi, 13 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Les incivils sont partout. Dans mon hameau, le pourcentage est de 50%.

Écrit par : delia | lundi, 13 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Ah cela m’a toujours fait plaisir de retrouver Paris en rentrant de vacances, c’est vrai.
J’espère que vous êtes bien reposés.
Des bises

Écrit par : Anita | lundi, 13 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire