Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 septembre 2020

Jeux d’enfants.

Bon, il est peut-être plus compréhensible maintenant...

Ce jeudi-là, j’ai été invité chez elle pour son anniversaire.
C’était chouette.
J’aimais bien aller chez elle.
C’était grand.
Évidemment, il y avait tous ses autres copains et copines de la classe alors je suis un peu resté dans mon coin.
Quand les gâteaux ont tous été mangés, ils sont partis les uns après les autres.
À la fin on n’était que tous les deux, j’ai trouvé ça bien.
Sa mère est arrivée dans le salon et a dit « Allez ma fille ! Hop ! Maintenant il faut ranger un peu ! »
Je l’ai aidée à tout ramasser.
Elle était contente alors elle a demandé à sa mère si je pouvais rester jouer avec elle.
Là, c’est moi qui ai été content.
Elle m’a emmené dans sa chambre où on a joué au « baccalauréat ».
Quand on a fini la partie de « baccalauréat » elle a ramassé les crayons et a quitté la chambre avec les feuilles.
Elle range tout bien, tout le temps, elle…
Elle est partie vers le salon en disant « je vais chercher le scrabble, tu veux bien faire une partie ? »
Bien sûr que je voulais bien !
Mais je n’ai rien dit, j’ai juste hoché la tête.
J’ai regardé autour de moi.
Elle était drôlement bien, sa chambre.
Pas comme la pièce de la maison où on dormait, mes parents, ma sœur et moi.
Ma grande sœur dormait dans l’autre pièce, « la grande pièce », celle qui donnait sur la cour.
J’ai regardé autour de moi et j’ai trouvé tout beau.
Et puis j’ai vu le cadre sur sa petite table de nuit.
Sa photo.
Sûrement une photo de l’été dernier, elle riait à côté de sa mère, les yeux plissés face au soleil.
Qu’est-ce qu’elle était belle !
J’ai sorti la photo du cadre, ai déchiré le morceau où on ne voyait qu’elle et l’ai glissé dans ma chemise.
Je suis retourné m’asseoir sur la petite chaise sur le côté de son petit bureau de bois peint en blanc.
Elle est revenue, la boîte verte dans les bras et l’a posée sur le bureau.
Puis elle s’est assise en face, de l’autre côté du bureau.
J’ai attendu qu’elle ouvre la boîte, l’air de rien mais le cœur battant de celui qui sait qu’il a fait une bêtise,
C’est quand elle a tourné la tête qu’elle a vu sur la table de nuit le morceau de photo avec le visage de sa mère.
Je l’avais complètement oublié…
Elle a crié « Oh non ! » puis elle s’est levée et on a commencé à se bagarrer, elle m’a traité de tous les noms.
Moi je connaissais des mots plus « mal élevés » et pas elle, mais je ne les lui ai pas dit non plus, parce que…
Et puis j’ai fait attention à ne pas lui faire mal mais elle criait quand même.
Quand sa mère est arrivée, elle lui a dit :
- Il a déchiré ma photo, voilà !
- Mon garçon, je vais être obligé de le dire à ta mère !
- Mais, madame…
- Ce que tu as fait là ne se fait pas ! C’est tout !
Là, ma copine m’a poussé encore une fois et elle a senti le morceau de photo dans ma chemise.
Elle a tiré brutalement et ça a arraché deux boutons en l’ouvrant.
Elle a ramassé le petit bout de photo par terre.
- Maman ! C’est moi, là, sur le bout de photo !
Elle avait dit ça d’une voix bizarre alors sa mère a levé les yeux au ciel.
Ella a fait semblant de ne pas sourire et est partie en disant juste :
- Bon…
Ma copine s’est tournée vers moi :
- Tu te rends compte ?
- Oui… Excuse-moi, je voulais…
- Mais tu me prends mes affaires sans me demander !
- Mais c’est juste que…
- Je sais… Mais qu’est-ce que ça va être quand on sera mariés, hein ?
Là, j’ai failli tomber dans les pommes.
Rien que l’idée d’être toujours avec elle.
Je ne sais pas ce que ça fait quand on est grand mais ça doit être drôlement bien pour qu’ils veuillent tous faire comme ça.
Et là, c’est elle qui veut.
Moi aussi bien sûr mais je n’aurais jamais osé lui dire…

Commentaires

Tu bégaies ;)
Comme c'est mignon le coup de la photo, et puis cela t'a permis de savoir qu'elle tenait à toi, elle aussi. :)

Écrit par : Fabie | mercredi, 23 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Tu le sais bien ce que ça fait puisque tu l'as fait ! Et moi aussi. Et je dis : oui, c'est bien.

Écrit par : yvette | mercredi, 23 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

J'aurais dû préciser : tu le sais maintenant.

Ton texte ma va bien aujourd'hui. ♎

Écrit par : Yvanne | mercredi, 23 septembre 2020

quelle adorable histoire, bien plus jolie et touchante que le peigne de JJ Rousseau :-)

Écrit par : Adrienne | mercredi, 23 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Rhôô ! c'est trop mignon ! Tu racontes comme Pagnol dans la Gloire de mon Père...
Elle t'aurait pas obligé à manger des criquets en plus, par hasard ?
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 24 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Un souvenir inédit ! Tu avais du culot quand même ! Et elle, elle a compris finalement.

Écrit par : Anita | jeudi, 24 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Je signale aux foules qu'une nouvelle lectrice chérie vient de rejoindre le club des aficionados du "devoir de Lakevio du Goût".
Elle vient de m'avertir qu'elle a fait le devoir de la semaine dernière.
Son héroïne a un sérieux problème de dissociation.
Le "ça" le "moi" et le surmoi" couchent moins biens ensemble que souhaité par MM reud et Groddec.
C'est là :
http://melimelojarjille.canalblog.com/archives/2020/09/24/38552726.html

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 24 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

quand même déchirer une photo...un peu culotté !

Écrit par : ang/col | jeudi, 24 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que c'est une jolie histoire. Très chouette. C'est amusant. Aucun garçon ne m'a jamais piqué de photo, lol...

Écrit par : Pivoine | vendredi, 25 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire