Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 septembre 2020

Si jeune et déjà marri...

Il me semble vous avoir déjà parlé de ma mère, sans doute pour vous raconter les tours pendables qu’elle me jouait.
Elle ne se contentait pas d’être persuadée que je passais mon temps à essayer de copuler avec des filles à la vertu discutable.
Bon, en vrai j’aurais apprécié que celles que je croisais eussent la vertu aussi discutable que le supputait ma mère…
Il y avait aussi que sa jalousie la poussait à me faire d’étranges compliments devant mes copains.
Vous n’ignorez pas, lectrices chéries, si vous avez des fils et que vous êtes aussi pénibles avec eux que le furent ma mère et Madame Gallienne mère avec leur fils, que les garçons, pendant leur adolescence, aiment bien qu’on les appelle « Patrice », « Guillaume », « Nicéphore » ou « Alceste ».
Bon, pour « Alceste », je suis moins sûr parce qu’on doit avoir envie de tuer des parents qui t’appellent « Alceste », ça doit te rendre misanthrope…
Mais surtout les garçons, pendant leur adolescence, aiment être comme John Wayne dans « Rio Bravo » ou Charles Bronson dans « Il était une fois dans l’Ouest ».
Jamais, au grand jamais ils ne veulent être, « mon poussin » ou « mon petit trésor ».
Ma mère, donc, voulant en savoir plus que je le souhaitais, demandait régulièrement
« Tu vas encore retrouver cette fille ? »
En revanche, dès qu’un copain était en passe de devenir un ami, pour être sûre que ça allait déconner, elle avait une méthode infaillible.
Ce matin, alors que j’étais dans la salle de bains, me sont revenues des bribes de la conversation qu’Heure-Bleue et moi avions réussi à tenir malgré la température.
Ma mère donc, avait pris l’habitude d’appeler ma sœur cadette « Souricette » tandis que mon père appelait la benjamine « Riboulika » à cause de sa tendance à se bagarrer.
Je pensais naïvement que les petits noms sucrés, genre « Patty », étaient réservés à l’intimité du foyer, surtout à mes sœurs .
Ce fut généralement le cas.
Sauf évidemment dans les circonstances où ils se révélaient le plus dévastateurs.
Il y en eut un, qu’elle cessa d’utiliser voyant cette fois que l’effet était nul.
Il ne fonctionna pas du tout –étrangement je dois dire- avec la lumière de mes jours malgré plusieurs tentatives.
Hélas, je dus éviter des copains qui eussent pu devenir des amis s’ils n’étaient passés à la maison.
Tous toutefois étaient très bien élevés.
Enfin, devant leurs parents ou ma mère.
Géniteurs qui auraient distribué des torgnoles s’ils avaient entendu s’exprimer leur progéniture quand il n’y avait pas d’adultes dans les environs…
Quand par hasard, un de ces copains venait me chercher à la maison un jeudi où je n’avais pas déjà un emploi du matin au lycée, j’avais peur.
Ma crainte était souvent justifiée pour des tas de raisons dont la plus sérieuse n’était pas la conception étrange du rangement qu’avait ma mère.
La chose arrivait pourtant, quasi chaque fois, évènement maudit et inéluctable.
Elle me serrait dans les bras à m’étouffer, me couvrait de baisers et demandait :
« Alors Bichonnet, présente moi donc ton petit camarade qui a l’air si gentil et si bien élevé. »
Bichonnet ! Elle avait osé !
Ouais ! Elle m’avait appelé « Bichonnet » devant un pote de lycée !
Pfff... Bichonnet ! Devant un copain !
Cette fois encore, j’avais failli avoir un ami…

Commentaires

Ah il faudra que je demande à mes fils si je leur ai joué ce genre de tour :)
Mon poussin (petit-fils) m'a déjà fait remarquer qu'il s'appelait Simon et pas mon poussin.
La dernière fois que j'ai gardé mes petits, j'ai appelé mon fils "mon chéri", ma puce a été choquée.
Nos enfants sont toujours nos "petits" :)

Écrit par : Fabie | mardi, 22 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Bonjour
Après plusieurs autres diminutifs ,( dont certain décidé par lui) arrive en 5ème 11 ans et demi) celui de « darling vievier » ,utilisé depuis environ trois ans me fut interdit par mon fils,Xavier.

Phonétiquement les e de vievier étaient des « Et » e avec accent aigu (pas ça sur m tablette un e avec accent aigu,sauf quand c est un mot qu elle connaît, je tape un e et elle propose le mot avec e accent aigu...???...!!!!!

C est pourtant lui, qui âge de 20 mois me disait
« Vievier veut »
A quoi je répondais « vievier veut » MAiS c est maman qui décide

Il a maintenant 22 ans. Depuis plusieurs années c est « fils chéri » qui, pour l heure (pourvu que ça doooouuuuure n a suscité ni courroux ni interdiction

Les mères sont des em.erdeus.es.
Parce que nous sommes des femmes ? Peut être , mais pas que....parce que les hommes aiment avoir un prétexte pour se plaindre
Nous les femmes aussi...mais pas nécessairement pour les mêmes choses hi hi hi.
Vos ´´poussins, cherie, chouchou, petit cœur d amour, mon aimée, mon adorée, etc etc ...´´on adooooore la plupart du temps

Écrit par : Boyer | mardi, 22 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Ta mère était une vraie mama, très démonstrative, une vraie mama italienne ou juive, collante à souhait, ce qui n'était pas le cas de notre mère, comme ce n'est pas mon cas. Jamais, je n'ai appelé mes enfants "poussin, chéri, bichounet"...M'étonnerait que mes fils auraient aimé de toutes façons. Chez nous, enfants, on se donnait des surnoms vachards, méchants, cruels, comme peuvent être cruels les enfants.. Mon mari, si je l'appelais "mon poussin", "mon coeur" "mon amour" s'en étranglerait de stupeur.
J'ai failli avoir un ami...Il a donc fallu que ta mère ne soit plus de ce monde pour que tu invites tes amis chez toi, à moins que ta femme n'ait pris la relève (sourire) ?
ps : j'ai mis le devoir du lundi d'un pote chez toi. Il devrait participer à nos petits devoirs du lundi. Il serait loin de démériter, au contraire, il écrit super bien. J'aimais beaucoup ses chroniques journalières durant le confinement. C'est un copain à Jo aussi...Jo qui se fait bien invisible, dommage. Tiens, je vais aller la secouer...Enfin, j'espère qu'elle ou son mari n'ont pas eu le corona ou des ennuis de santé..

Écrit par : julie | mercredi, 23 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Je n'ai jamais eu de surnom (sauf Blanchette de temps en temps par mon papa) et j'ai toujours appelé mes enfants par leur vrai prénom ! Peut-être ne suis-je pas une mère démonstrative ? Même chose pour les petis-enfants et arrière-petits-enfants : leur prénom et point barre....

Écrit par : Gwen | vendredi, 25 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire