Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 septembre 2020

Et le masque harponne…

Ouais, bon… Je sais, j’ai honte…

Vous a-t-on dit que mercredi, nous sommes allés voir « l’exposition Turner » ?
Oui, Heure-Bleue vous l’a dit.
Elle vous a dit aussi que nous étions allés au salon de thé du musée.
Le but premier était évidemment de pouvoir nous asseoir et déguster une pâtisserie.
Le but second, finalement repassé au premier rang tant c’était bien, c’était de retirer ce fichu masque qui nous pourrit la vie, le confort et nous fait croire qu’on a une haleine de chacal alors que c’est même pas vrai.
On le sait bien, elle et moi.
Chacun de nous deux a de temps en temps un doute et le fait constater à l’autre.
Nous nous sommes donc assis à une table, à la terrasse, tout contre la balustrade de pierre de taille.
Après avoir commandé nos cafés et mon seul gâteau, Heure-Bleue ayant décliné l’offre, nous avons admiré la cour et les massifs de fleurs blanches en attendant.
Quand le serveur est revenu la lumière de mes jours s’est précipitée pour goûter « mon » gâteau et a demandé le même aussitôt.
Nous avons alors été dérangés.
Par les guêpes qui se sont précipitées sur l’assiette de la lumière de mes jours.
Je ne sais pas pourquoi les guêpes préfèrent le gâteau d’Heure-Bleue alors que c'est le même que le mien.
Peut-être parce qu'elle fait de grands gestes, paniquée par les bestioles et que ça amuse les guêpes.
Allez savoir... 
Puis quatre femmes se sont installées à la table voisine.
Nous les avons examinées à la dérobées.
La lumière de mes jours qui a l’œil acéré et la langue pointue m’a glissé à voix basse
- La chirurgie esthétique, finalement ça ne marche pas si bien… 
- Ah mais si !
- Ah ?
- Pour le chirurgien évidemment, voyons !
C’est en regardant la plus « esquintée » avec sa bouche artificiellement pulpeuse que je me suis aperçu que « morue » est pile-poil l’anagramme de « mérou. »
Comme il m’arrive d’être « bien élevé » j’ai gardé pour moi cette délicatesse.
Nos gâteaux dégustés et nos cafés bus, sommes partis.
Nous avons flâné tranquillement jusqu’à la Gare Saint Lazare en devisant, heureux de notre visite.
La conversation a dérivé vers nos quatre « voisines de gâteaux ».
Nous avons convenu que la chirurgie esthétique était mal nommée et retirait aux clientes nettement plus d’argent que d’années…
Comme « Elle » dit : « C’était bien… »

Commentaires

Ah non ! Pas honte du titre : je le trouve excellent !
Et puis, un billet sur « l'exposition Turner » sans en dire un seul mot, c'est aussi une réussite. Du coup on ne sait pas s'il s'agit de William ou de Tina…
À moins que les lèvres pulpeuses soient un indice subliminal.

Écrit par : alainx | samedi, 26 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

ma belle-soeur française s'est fait "tirer la peau" comme on dit ici, et vraiment je la plains et je n'ai pas osé lui demander si elle était satisfaite du résultat... son visage est comme bétonné et n'a plus aucune expressivité (or elle n'a que 50 ans...)

Écrit par : Adrienne | samedi, 26 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Ah ah je ris en lisant le commentaire d'Alain X. J'imagine que c'était bien. Je me suis demandé si notre Majesté nationale ne s'était pas fait traiter au botox avant le 21 juillet. Elle était fort gonflée. Moi aussi j'aime bien le café et les petits gâteaux après une exposition...

Écrit par : Pivoine | samedi, 26 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Ce qui m'a beaucoup amusée c'est l'histoire de vos haleines respectives sous le masque. Vous vous sentez donc ? :-)

Écrit par : Yvanne | samedi, 26 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire