Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 octobre 2020

Ce monde meurt en fous…

Ouais, bon, je sais…

20190428_165712.jpg

Je me suis levé de ma chaise.
J’étais, comme souvent, dans une position qui agace la lumière de mes jours.
Je n’étais pas assis comme on devrait l’être, non.
J’étais accroupi sur ma chaise.
Je fais ça depuis toujours.
Enfin, depuis que je sais m’asseoir.
Les uns me demandent « Mais ça ne de donne pas de crampes ? »
D’autres me disent « Mais comment tu te tiens ! »
Heure-Bleue me dit « Assieds toi correctement, s’il te plaît ! Tu abîmes les chaises et en plus tu mets tes chaussures sur le coussin ! »
Alors, pour un instant, je m’assieds correctement sur la chaise.
Puis, au bout d’un moment je me remets dans ma position préférée.
Je me suis levé de ma chaise vous disais-je donc.
J’ai dit « Aïe ! »
Heure-Bleue m’a demandé « Tu as mal où ? »
Après un moment de réflexion, histoire de ne pas entamer une longue litanie, je lui ai dit, assez content finalement, « Je n’ai pas mal à la main gauche ! »
J’ai constaté à l’instant que l’adage « Si, après cinquante ans, un matin tu n’as mal nulle part, c’est que tu es mort ! » me semble de plus en plus fondé…
« Du coup » comme c’est la mode de dire, mes douleurs ont disparu, refoulées par la vague de bien-être qui s’était abattue d’un coup sur ma main gauche.
Alors je tenais absolument à vous le raconter, lectrices chéries.
Hier, ma foi, il a fait beau mais assez frais, nous avons marché plus de trois kilomètres dans notre quartier, histoire de montrer un peu de Paris à des « amis de province ».
Oui, des « amis de province » car nous ne sacrifions pas à la novlangue qui voudrait que nous ayons bêtement des « relations amicales avec des habitants des territoires de la ruralité ».
On voit qu’ils sont plus jeunes que nous car ils ont été surpris que le lycée Jules Ferry pût auparavant être appelé le « Lycée de jeunes filles Jules Ferry ».
Et ce pour le plus grand bonheur de votre serviteur qui affina dans ce coin, il y a hélas trop longtemps, les techniques permettant d’éviter un célibat pesant.
Nous avons fait un détour par le cimetière Saint Vincent où nous avons vu que feue « Nicole Foret » avait pris racine dans le quartier mais était née « Poupon » comme tout un chacun... 
Puis sommes revenus à la maison, lesté d’un fromage « Saint-Félicien » car la lumière de mes jours tenait à saluer le courage de la fromagère du haut de la rue Lamarck qui avait tenu à ouvrir sa boutique malgré une chalandise clairsemée.
Maintenant ne reste plus qu’à savoir qui va manger ce Saint-Félicien…
Je sens bien le Goût « désigné volontaire » pour ça…

Commentaires

St Félicien, St Marcellin des supers fromages des territoires de la ruralité, vers chez nous :)
Les présentateurs météo qui nous qualifient de cette façon nous agacent au plus haut point !

Écrit par : Fabie | dimanche, 11 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

C'est-y que la "lumière de tes jours" n'aime pas le fromage ?

Écrit par : Yvanne | dimanche, 11 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

« … surpris que le lycée Jules Ferry pût auparavant être appelé le « Lycée de jeunes filles Jules Ferry ». »
Oui, ça on comprend : de nos jours y a-t-il encore des jeunes filles…

Et j'avoue que la tombe m'a bien fait rire !
Elle est née poupon, mais hélas elle fut aussi morte Poupon

Écrit par : alainx | dimanche, 11 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

Tu me rappelles une mienne cousine née d'une femme qui se croyait ménopausée à plus de cinquante ans (alors qu'elle était enceinte pour la première fois) et d'un papa du même tonneau.
Elle me raconta bien plus tard avec rage leurs promenades du dimanche alors qu'elle était adolescente : la famille triangulaire visitait les cimetières parisiens...
Dès la Libération, à peine majeure, elle s'engagea dans l'Armée pour échapper à ses géniteurs qui l'étouffaient de trop d'amour.

Écrit par : Gwen | dimanche, 11 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

c'est pourtant bon, le saint-félicien :-)
(tu m'as bien fait rire avec ton 'je n'ai pas mal à la main gauche' ;-))

Écrit par : Adrienne | dimanche, 11 octobre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire