Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 décembre 2020

Ma plus belle histoire d’amour…


Je ne sais pourquoi, en écoutant la radio hier matin j’ai pensé au roman de Tourgueniev « Premier amour ».
Me demander pourquoi je m’étais rappelé ce bouquin m’a rappelé une de ces situations délicates où on se fourre par inadvertance.
Je vous en ai sans doute déjà parlé mais le sujet étant perpétuellement d’actualité, il est par conséquent perpétuellement neuf…
Il s’agit d’une question qui, je ne sais pourquoi, brûle les lèvres de chaque femme à un moment ou un autre.
Cette note s’adresse donc plus particulièrement, vous le devinez, lectrices chéries, à celui qui partage vos repas et votre vie et met le souk dans la salle de bains et dans l’armoire quand il cherche un caleçon…
Moitié de lectrice chérie, faites emblant d’être sourd ou faites attention si la meilleure moitié de vous-même demande, l’air innocent, « Au fait… Ta plus belle histoire d’amour, c’est qui ? »
Rappelez-vous alors qu’il y a une chose à éviter absolument : L’hésitation !
Si vous semblez « trébucher de la mémoire », c’est fichu !
Ça veut dire que vous vous posez la question, et ça c’est mortel !
N’hésitez donc jamais ! Répondez illico « M’enfin qu’est que je ferais là ? Hein ? Dis-moi ce que je ferais là avec toi ! Pfff… Des fois, j’te jure… »
En levant les yeux au ciel si possible.
Je sais aussi qu’on vous jettera alors à la figure « Mais alors, celle-là ? Hein ? Oui, celle-là ? C’était quoi, hein ? C’était quoi !!! C’
ÉTAIT QUOI ??? »
Il faut alors répondre sans se démonter et avec une mauvaise foi consommée « M’enfin ma chérie ! Tu aurais préféré me déniaiser ? Hmmm ? »
Le silence seul mais si parlant vous répondra car la réponse foncièrement honnête est délicate à formuler.
La réponse de votre moitié préférée oscillera entre « Oui », « Non » mais taira prudemment le si vrai « Alors là ! Mais alors là, pas du tout ! » qu’elle se gardera bien d’avouer.
Au mieux, comme souvent disent les filles, elle vous dira « Oui mais non… » 
Mais ne vous attendez pas à plus.
Une chose qu’il vous faut garder à l’esprit, moitié de lectrice chérie, naïf et surtout jeune, c’est que toute femme souhaite que son mec ait la science infuse en la matière.
Elle le souhaite bien sûr mais plus encore elle souhaite que vous n’ayez jamais eu l’occasion de vérifier vos connaissances auparavant.
Ces connaissances doivent être innées. Point final.
Surtout que ce n’est pas la première fois qu’elle tente de vous piéger avec cette affaire, sous divers prétextes.
Alors, si elle vous prend la main, au détour d’une réplique de film ou d’une scène de tragédie « Au fait… Avec combien avant moi tu… », rappelez-vous qu’il faut être prudent, très prudent…
D’autant plus prudent que le mâle courant ne veut absolument pas savoir combien de types ont admiré, contemplé de près et plus encore, les appas de sa dulcinée.

Commentaires

Ce billet ne me concerne pas du tout, hélas, mais alors pas du tout.
Mais un immense merci pour la chanson de mon idole depuis et pour toujours ;-)

Écrit par : Praline | jeudi, 03 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Ah ! La terrible question du « combien avant moi… »
je connais un couple dont ce fut la question qui tua leur amour, parce qu'ils se prirent à ce jeu pervers de chacun raconter leurs ex, dans les détails du « avant ».
Et ainsi l'un comme l'autre ajouta un nom sur sa liste…
« au suivant/e » comme aurait chanté Brel.
Et puisqu'on est dans la chanson : mieux vaut répondre comme Brassens :
«… et bien d'autres je n'ai pas la mémoire des noms »
;-)

Écrit par : alainx | jeudi, 03 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

J'ai lu aussi ce bouquin, mais je ne me souviens de rien... tu m'as bien fait sourire, avec ta connaissance "innée" ;-)

Écrit par : Pivoine | vendredi, 04 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire