Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 décembre 2020

Où vais-je ? Où cours-je ? Dans quel état j'erre ?

Hier on est allé profiter du « confinement dehors ».
On a changé de Monop’…
On est allé à l’autre, celui du coin de la lumière de mes jours.
Et c’est là qu’on s’est aperçu d’un détail horrible.
Un détail qui montre la rouerie de nos gouvernants.
Oh non ! Ils n’ont pas « emprisonné les vieux » !
Pas du tout !
Ils ont juste fait ce qu’il fallait pour qu’ils restassent chez eux.
Avant de partir, rendus prudents par de précédentes sorties, j’étais allé regarder sur le site de la ville, « Paris.fr », quelles étaient les possibilités de faire pipi dans notre ville.
Oui, Paris se soucie de la vessie de ses administrés.
Hélas, il essaie surtout de faire passer les siennes pour des lanternes…
J’appris ainsi qu’il était possible de se soulager dans le XVIIème en de multiples endroits.
Il y en avait tant, selon la mairie, que je me suis demandé s’il était bien utile d’avoir des toilettes chez soi où on payait l’eau et qu’on nettoyait alors que Mme Hidalgo pourvoyait à tout ça…
Donc, au Parc Martin Luther King, au square des Batignolles, en au moins trois points du boulevard des Batignolles, des toilettes publiques nous étaient proposées.
Hélas, trois fois hélas, il s’est passé ce qui se passe avec les escaliers mécaniques et les ascenseurs de la SNCF.
Ces derniers sont mis à l’arrêt pour des raisons de sécurité dès qu’il n’y a plus de personnel dans la gare.
Il en va de même quand il n’y a pas de gardien dans les jardins publics, les toilettes sont fermées.
En période de pandémie, les sanisettes sont bouclées.
La crainte étant, non la contamination mais les diverses variations opportunément offertes quant à l’usage des lieux d’aisance :
- Aux sans-abri, qui doivent pourtant satisfaire leurs besoins.
- Aux amants pressés de vérifier la solidité de leur attachement.
- Aux toxicomanes en quête d’endroit à l’abri des regards pour s’adonner à leur assuétude.
Bref, pour la mairie de Paris et surtout, en ces temps de « loi de Sécurité Globale », pour la maréchaussée, les toilettes publiques ne servent qu’à tourner les diverses lois qui nous enjoignent de ne pas s’aimer ni se « défoncer » en public.
La lumière de mes jours, quant à elle, par un mystérieux mécanisme d’exacerbation des besoins, commença à serrer les genoux dès que le square des Batignolles annonça « fermé » sur ses toilettes.
Rien ne s’arrangea jusqu’au Monop’, où la mienne se rappela à mon bon souvenir.
Nous fîmes quelques courses et, le 30 s’arrêtant devant les « sanisettes » du boulevard des Batignolles, j’espérai descendre pour qu’elle se soulageât.
Hélas encore ! Heure-Bleue, n’accordant qu’une confiance limitée à la technique, ne put se résoudre à s’y rendre.
Nous sommes tout de même arrivés à la maison, d’un pas rapide, très rapide et nous « dandinant » parce que marcher les genoux serrés en se retenant est une marche assez sportive.

Commentaires

Et oui ! Il y a environ 850 000 personnes en France dite « à mobilité réduite », mais à vessie à même de se remplir.
Pour ces gens-là (dont je suis) pas question de pisser quand on est à l'extérieur… surtout les dames… car les Messieurs peuvent bénéficier de techniques personnelles adaptées. Quasiment partout inaccessible en fauteuil roulant, surtout s'il est électrique…
Ça me rappelle aussi le temps de la vignette auto qui était gratuite pour les Zhandis. Fallait aller la chercher à la « recette locale des impôts ». Dans celle de mon quartier, ce service était situé à un troisième étage sans ascenseur… « en bas » on m'a expliqué : « qu'on n'avait pas pensé au problème… ». J'ai failli répondre : « faudrait déjà savoir penser ! »

Écrit par : alainx | mardi, 01 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Excellent la réponse... mais tellement terrible

. Cela ne fait que quelques années qu'on aménage enfin l'espace urbain pour les personnes handicapées.

Écrit par : Pivoine | mercredi, 02 décembre 2020

Lors d'une visite à Melbourne oui là-bas, nous découvrîmes le bonheur des toilettes nombreuses, propre, gratuite, et tout autant de fontaine fournissant l'eau potable par jet direct dans la bouche, et le bus spécial touriste faisant le tour de ville...gratos aussi !

Écrit par : mume | mardi, 01 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

c'est du pur sadisme, de la part des autorités, vu comme ça ;-)

Écrit par : Adrienne | mardi, 01 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

C'est là où l'on se rend compte de notre chance de vivre dans un pays développé...D'où l'importance en hiver d'ouvrir les cafés, bars.....Avez vous regardé le documentaire sur Arte, il y a une dizaine de jours environ ? Très intéressant..Etes-vous déjà allés en Inde ?...Les femmes n'y sont pas gâtées...Y'a même pas de toilettes dans les écoles..J'ai bien aimé le passage où on parle du combat d'une jeune femme n'acceptant pas de se marier si "pas de toilettes dans la maison"...un film en a été tiré. Cette femme a beaucoup aidé à faire évoluer les mentalités sur ce sujet crucial pour nous les femmes.. Les viols des femmes en Inde auraient souvent lieu lors de leurs besoins naturels dans la nature..
https://www.arte.tv/fr/videos/083908-000-A/toilettes-sans-tabou/

Écrit par : julie | mardi, 01 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Je possède un Go-girl (en français ça fait "pisse-debout") que j'utilise lors de promenades dans la nature mais avec peu de "couvert", lorsque je risque d'être surprise par un promeneur. J'ai commencé par apprendre à m'en servir dans la douche, puis un jour j'ai compris, à mes dépends, quelque chose que les hommes apprennent très vite. J'étais en montagne sur une pente neigeuse, pas d'arbre proche, il faisait froid, j'avais la flemme de retirer mes raquettes. J'ai donc sorti mon Go-girl, histoire de ne pas me geler les fesses, de faire discret et vite. Il faisait froid (je l'ai dit) et venteux et... je n'ai pas réfléchi à la direction du vent. Une fois commencé, il m'était difficile de m'arrêter (comme la dame dans le tunnel dans un commentaire chez Heure-Bleue) et il est très difficile de se tourner rapidement quand on a des raquettes aux pieds (aussi facile que pour un dahu) !

Écrit par : GM | mardi, 01 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

ah ! les commodités dans les rues des centres-villes, tout un programme qu'il est bon de se remémorer par ces temps un peu bousculés par ce confinement …

Écrit par : Jerry OX | mardi, 01 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Et oui, nos élus n'ont pas ce type de problématique, comme celui qui dit ne pas avoir téléchargé l'application covid puisqu'il ne prend pas le métro, celui qui découvre alors qu'il n'est plus ministre qu'il est compliqué d'avoir un rendez vous à l'hôpital, la vraie vie quoi !

Écrit par : Fabie | mardi, 01 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

J'avoue que je ne sais toujours pas où on en est question wc publics mtnt que les commerces et les musées rouvrent...

- chez nous, la police a interrompu une heu partie dite fine avec 20 personnes et de la cocaïne... et un politique hongrois proche de Orban, c'est ça ? Deux poids deux mesures.
On se moque, on s'est quand même moqué de nous...

Écrit par : Pivoine | mercredi, 02 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Pauvres Parisiens et gens des villes !
Depuis qu'on nous lâche sur 20kms je cours, en voiture, vers mes Saulières tous les jours. Comme je n'arpente pas les chemins (parce que je cherche les champignons !) je fais pipi partout où j'ai envie. C'est l'avantage d'être dans la nature.

Écrit par : Yvanne | mercredi, 02 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Ah c’est vrai qu’il faut penser à tout, et calculer les besoins de sa vessie en minutes.
La France n’est vraiment pas championne dans le domaine des wc publics ou privés (bars, musées, cinémas...) propres et bien équipés.
Même en pleine nature, ce n’est pas toujours pratique pour les femmes.

Écrit par : Anita | mercredi, 02 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Le genre de détail qui vous gâche une sortie, c'est certain !

C'est là qu'on voit que le "principe de précaution", poussé à l'extrême, devient du "grand n'importe quoi" et que, sous prétexte de préserver notre santé, on la maltraite...

Et pis, pis...je pourrais dire encore bien des choses,
mais je vais m'arrêter là. ;-)

Écrit par : La Licorne | mercredi, 02 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

pffffff......... moi qui espérait bêtement que vous alliez pouvoir vous faire plaisir !

Écrit par : Emiliacelina | mercredi, 02 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Avez vous essayez les cimetières pour les toilettes ? Dans ma région elles sont très propres.
Alix

Écrit par : Alix | mercredi, 02 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

J'avoue que, pendant la première vague, le problème s'est aussi posé. Psychologiquement, savoir qu'il n'y a pas moyen de... ça stresse immédiatement et son effet est immédiat!

Écrit par : livfourmi | jeudi, 03 décembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire