Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 janvier 2021

Le foulard...

Floride-06.jpg

Ce matin comme tous les matins en écoutant France Inter, cette radio de gauchistes, je lisais le blog d’Adrienne.
Une phrase me tira un sourire.
« ne jamais avoir les mains inoccupées quand on est une fille, disait la mère. »
Mais c’est juste parce que le matin j’ai « l’esprit mal tourné »…
Une autre m’a rappelé la mienne, de grand’ mère, puis ma mère, puis toutes les femmes du village où vivait ma grand’ mère.
Même ma grande sœur…
« C’était le temps où les femmes portaient des foulards sur la tête et n’étaient pas musulmanes. »
Et pourquoi diable ?
Eh bien parce que, je l’appris plus tard, dans nombre de villages de France, de Navarre et apparemment de Belgique, les femmes se couvraient la tête.
Pour la Belgique et la Navarre, je ne sais pas, mais pour le village de ma grand’ mère, je sais.
Si dans les « grandes villes » comme Paris, les femmes sortaient « nu-tête » mais se mettaient un foulard sur la tête pour entrer dans les églises, dans les villages elles sortaient toujours couvertes.
Elles devaient sortir couvertes.
Ça aboutissait à quelque chose qui me semblait étrange et injuste.
Les femmes devaient absolument se couvrir la tête pour entrer dans les églises.
Les hommes devaient absolument se découvrir la tête pour entrer dans les églises.
J’appris ainsi que ce qu’on appelait « une femme bien » ne sortait jamais « en cheveux » et que les hommes étaient sans doute frileux du crâne et que c’était pour ça qu’ils allaient plus au bistrot qu’à l’église.
Même ma grande sœur porta le foulard.
Je savais bien qu’elle n’était pas un pilier de sacristie aussi je lui demandai un jour pourquoi elle mettait un foulard pour sortir à Paris.
C’est là que je sus que « c’était la mode » et elle me le prouva en me montrant une affiche vantant la dernière voiture sortie des usines Renault, la « Floride ».
Cette affiche montrait la voiture roulant en pleine campagne et les deux jeunes femmes, l’une au volant, l’autre sur le siège passager, étaient blondes à souhait et portaient sur la tête un foulard flottant gracieusement au vent de la course.
Je compris d’un coup l’intérêt de ma grande sœur pour des foulards qu’elle évitait soigneusement auparavant.
Voilà où m’a mené le lecture de la brève, très brève, note d’Adrienne ce matin…
Du coup, je me sens moins vieux.

Commentaires

En effet, il y eut une mode du foulard noué à la "Grace Kelly".

Écrit par : Nina | jeudi, 07 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

j'ai utilisé le mot foulard parce qu'il était imposé dans le jeu, en réalité ma grand-mère ne sortait jamais sans chapeau :-)

Écrit par : Adrienne | jeudi, 07 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Comme celle d'Adrienne, ma grand-mère mettait toujours un foulard pour sortir.
Et quand la vraie Madame Chapeau doit expliquer son surnom, elle répond:
« ça est les crapuleux de ma strotje qui m'ont appelée comme ça parce que je suis trop distinguée pour sortir en cheveux ! ».

Écrit par : Mme Chapeau | jeudi, 07 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Dans mon village les mères et grands-mères portaient des chapeaux de paille claire l'été et seulement un chapeau - plus-mieux - pour aller à la messe. Les veuves portaient sur leurs chapeaux un grand voile noir pour l'église. Certaines le rabattaient même sur le visage. Nous étions tellement habitués que ce n'était pas choquant.
En 1967 à Paris mes collègues parisiennes - les vieilles hein j'avais 19 ans - ne sortaient pas "en cheveux" mais avec foulard ou chapeau. Je trouvais ça étonnant. Puis 68 est passé par là...

Écrit par : Yvanne | jeudi, 07 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

J'ai effectivement souvenir du foulard à la messe, je suis incapable de me souvenir si ma mère en mettait un, mais ma grand mère paternelle en avait un.

Écrit par : Fabie | jeudi, 07 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Je suis un peu en retard, mais bon anniversaire ! Après tout on peut le fêter deux jours, non ? Bises et à bientôt, pour un chouette après-midi ! Je tâcherai de trouver un jour où mon chéri sera au bureau (parce que nous ne sommes plus en vacances mais en télétravail.. .)
Isabelle

Écrit par : Isabelle Z | vendredi, 08 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Ah, tu ne le savais pas ? Ne me dis pas que tu ne connais pas le pouvoir hautement sensuel et aphrodisiaque d'une chevelure de femme ? Ainsi, oui, dénouer ses cheveux n'étaient réservé qu'à son époux, dans l'intimité.
Si je l'ai appris très jeune, c'est parce que j'ai eu une arrière-grand-mère rebelle, qui laissait ses cheveux lâchés au vu de tous ! lol quelle effrontée ! c'était en 1900 et elle se faisait déjà remarquer .....

Écrit par : Ambre | vendredi, 08 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

PS j'ai beaucoup aimé
"Les femmes devaient absolument se couvrir la tête pour entrer dans les églises.
Les hommes devaient absolument se découvrir la tête pour entrer dans les églises."

c'est tout à fait ça !
même, une fois (en Italie) mon père n'a pas pu rentrer dans l'église parce qu'il était en short !

Écrit par : Ambre | vendredi, 08 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Ce qui me fait penser depuis longtemps qu'il faut absolument ignorer les souhaits des femmes et tout savoir des souhaits des hommes.
A moins qu'il soit décrété par les bigots qu'il es dangereux de se préoccuper de ce qui occupe l'esprit des femmes...

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 08 janvier 2021

Mais ouiiiii ! !
J'avais presque oublié cette époque bénie des foulards à l'église…
ma mère mettait une mantille noire paraît que ça faisait chic. J'ai toujours pensé qu'elle avait des origines ibériques, venant des temps anciens où la bonne armée espagnole occupait le pays des ch'tis !
En revanche la fiancée de mon frère mettait de magnifiques foulards colorés pour aller à la messe avec son amoureux. Je la trouvais encore plus belle ! Quoi que n'étant pas encore à l'âge des désirs sensuels.
Tout ça ne nous rajeunit pas !

Écrit par : alainx | vendredi, 08 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Il me semble que la mantille se portait surtout dans certaines circonstances... (Aux communions, au mois de mai, une mantille en hiver, ça fait froid!) brrrrr ............. Faisait pas chaud dans les églises...

Écrit par : Pivoine | dimanche, 10 janvier 2021

C'est fou comme on a toujours su imposer des choses aux gens au nom d'une idée abstraite...
En tout cas, même sur Grace Kelly, même en décapotable, ce bout de chiffon m'a toujours paru très moche.Pas du tout sexy. Et plein de sous-entendu sur la vilaine condition féminine dont le destin est de cacher ses appats pour ne pas exciter le mâle en rut.
Bref, j'aime pas. ;-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | vendredi, 08 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Ah ! Voila qui change un peu du discours ambiant et ce petit retour en arrière façon années 50 n'est pas du tout pour me déplaire avec cette jolie et élégante illustration. C’était le temps où les femmes portaient des foulards sur la tête et n’étaient pas musulmanes, le foulard pour accessoire de mode et de bonne tenue aussi , un temps que les moins de vingt ans...ah ! il fait bon écouter France Inter même si je préfère RTL, les ondes nous …inspirent

Écrit par : Jerry OX | vendredi, 08 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

L'épouse et la soeur de notre médecin ne sortaient jamais en cheveux dans les années 60, même pour aller à l'épicerie juste en face dans la rue....
Et puis n'oublions pas la robe vichy comme le foulard que portait Bardot dans ces années-là a fait tant d'émules chez les jeunes filles (peut-être ta soeur ?)

Écrit par : Gwen | vendredi, 08 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Le foulard pouvait être très joli. J'ai beaucoup aimé les foulards, avant de collectionner les écharpes. Il m'arrivait d'en nouer un (mais à la hippie plutôt). Ma mère en portait, sans doute que ça lui tenait chaud, ma grand-mère, je ne pense pas, et je ne me souviens pas lui avoir vu porter de chapeaux.

Je détestais les chapeaux, à l'église (je ne voyais rien). Je m'ennuyais à cent à l'heure et les chapeaux n'avaient vraiment rien d'excitant. Je me souviens avoir fixé - longuement - le sommet d'un chapeau de fourrure d'une heu, d'une assistante à une messe...

Le plus simple était de ne plus aller à la messe, mais il m'a fallu un certain temps pour y arriver.

Les écharpes peuvent aussi être très jolies o:))

Écrit par : Pivoine | dimanche, 10 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire