Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 février 2021

FLE ou « deux broquilles d’argomuche »

Ce matin, j’ai entendu parler très vaguement et pour la première fois depuis longtemps de « costaud des Batignolles ».
Pas de « voyou de Saint-Ouen » comme il était courant il y a… Tout ça… Quand on parleit plutôt de « marlous ».
Il m’est alors revenu une conversation à laquelle j’assistais dans l’entreprise où je travaillais.
Un jeune homme venait d’arriver, il est devenu un ami avec qui je correspond encore de temps à autre.
Nous nous sommes croisés au mois de novembre 1973.
J’avais quant à moi commencé à travailler au mois de juillet 1973.
Lui, bien que plus jeune que moi de quelques années, avait déjà « roulé sa bosse » depuis l’âge de quatorze ans.
Il était né et habitait Saint-Ouen.
Il n’était pas un voyou quoique par moment, il avait de la morale une conception plutôt élastique.
Mais ce qui me plaisait le plus chez lui, c’était son langage.
Il usait d’un langage fleuri, appris dans les rues de son quartier.
Pour moi qui disait « merde ! » deux fois par an, ça me paraissait extraordinairement riche et imagé.
Ça donnait parfois à ses phrases un côté étrange, il me fallait une traduction pour suivre la conversation.
C’est ainsi qu’un jour, lui et un autre ayant eu la même formation dite « l’école de rue » conversaient.
Mon copain avait vu à la télévision un documentaire sur la vente des « Yearlings » à Deauville.
Ça avait mal commencé pour moi.
La retranscription n’est pas verbatim mais l’essentiel y est.
Mon copain a dit à l’autre :
- T’as vu le truc sur les canassons ?
- Non… Quoi comme canassons ?
- Les beaux, pas les haridelles de la cambrousse, ceux des courtines.
- Les courses comme à Auteuil ?
- Ouais, celles où le gnasse claque son chômedu.
Ça commençait mal pour moi.
J’avais du mal à suivre.
Mon pote a repris :
- Tu sais que c’est vachement marle un canasson de courtines ?
- Un peu, c’est finaud des arpions ces bestiaux.
- Ouais…
Il a réfléchi à la meilleure façon de traduire sa pensée et a conclu :
- Quand tu les mates en train de guincher, t’as toujours les jetons qu’ils se pètent une guitare…
Là, j’ai finalement demandé « Mais ça veut dire quoi ? Je ne comprends rien à ce que vous racontez ! »
Ils m’ont traduit.
J’ai tout compris.
J’ai même fini par apprendre leur langage.
Et c’est la que j’ai compris le vrai sens de « prof de FLE », le professeur de « Français Langue Étrangère ».
Et ça me fait penser à Adrienne qui n’a pas dû rigoler tous les jours selon les endroits où elle a entendu parler français…

 

Commentaires

le français familier et argotique est une "seconde langue" qu'il faut apprendre, aussi comme étranger, si on veut comprendre les films français, les chansons, le gars de la rue...
après avoir appris les trois formes interrogatives pour dire "à quelle heure est-ce qu'on mange", nos élèves entendent le Français s'exclamer "quand-ce-qu'on bouffe?" :-)

Écrit par : Adrienne | mardi, 16 février 2021

Répondre à ce commentaire

ça me rappelle que j'ai fait un billet sur ma première expérience avec ce langage-là, j'avais 12 ans et je croyais connaître le français... je me trompais ;-)
https://adrienne414873722.wordpress.com/2014/04/01/premieres-amours/

Écrit par : Adrienne | mardi, 16 février 2021

J'eus la chance d'avoir un amoureux espagnol s'exprimant en galicien voulant pour raison pro apprendre le français courant, très vite il me demanda de traduire en français de rue pour bluffer ses collègues, d'après lui je fus un bon professeur ...

Écrit par : mume | mardi, 16 février 2021

Répondre à ce commentaire

L'argot c'est comme l'art gothique. On croit que c'est barbare alors que c'est juste un codage pour tromper les censeurs et se comprendre entre corporations d'initiés. Comme le patois en somme, soit : Pas toi.

Écrit par : Visiteuse | mardi, 16 février 2021

Répondre à ce commentaire

Tu as de la chance, ils auraient pu parler en javanais !

Écrit par : alainx | mardi, 16 février 2021

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi appris le javanais, un peu moins le louchébem...
Quand tu écoutes, tu finis par apprendre plein de choses.
Pas toujours ce qui permet de briller en société mais c'est toujours intéressant.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 16 février 2021

je ne sais pas d'où il l'a appris mais Robert connaissait un peu d'argot....moins que de 'gitan" mais un peu !

Écrit par : Emiliacelina | mardi, 16 février 2021

Répondre à ce commentaire

Il a eu du pot, Robert parce que le manouche, c'est plutôt méfiant envers le gadjo... ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 16 février 2021

Voilà qui me rappelle plus d'un souvenir !

Écrit par : delia | mardi, 16 février 2021

Répondre à ce commentaire

L'argot c'est quand même une belle langue...
J'ai cru voir dans les deux rôles principaux Blier et Gabin se donner la réplique dans un film d'Audiard. ;-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | mercredi, 17 février 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire