Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 février 2021

Le fond de l'air effraie...

se-faire-tester-avant-noel-covid.jpg

Je me suis levé ce matin, tranquille après un bisou sur l’épaule de la lumière de mes jours qui faisait semblant de dormir et qui sait bien que je sais qu’elle ne dort pas.
Après une visite mardi chez le médecin à  qui j’avais longuement expliqué qu’à l’instar de la lumière de mes jours il y a une ou deux – ou trois- décennies, je n’avais pas mal au dos mais un cancer du dos, pas mal au genou mais un cancer du genou.
Bref, qu’au moindre pet de travers je me voyais assailli par une armée de crabes qui se jetaient sur tous mes organes pour les bouffer.
Il m’a regardé, m’a palpé le bas du dos et a lâché « bon… »
Après quelques phrases il a fini par dire « J’ai de la chance. Je vois du monde. Tous ont quelque chose, pas vraiment malades mais comme vous… La période est difficile à vivre. »
Il s’est mis à griffonner et a continué « ne pas voir grand monde, rester cloîtré autant que possible, éviter ses proches… Tout ça ce n’est pas bon pour le moral… »
Il m’a tendu une ordonnance.
Il m’a donné un anti-inflammatoire pour une courte période, et, ô surprise, à moi qui ne prends jamais rien, il a prescrit un anxiolytique !
Bon, en réalité je prends un comprimé tous les deux ans pour attendre le résultat du scanner.
Sachant que les deux premières années qui suivirent ma mésaventure crabesque, j’eus deux scanners par an puis un par an pendant cinq ans et un tous les deux ans depuis six ans, j’ai pris en quinze ans dix comprimés.
Le soir même, après avoir pris cette pilule magique, la vie m’apparut plus intéressante.
Je dormis du sommeil du cancre et me suis réveillé le lendemain frais et dispos.
Ne subsistait que ce fichu mal de dos et celui du genou droit auquel je suis habitué depuis bientôt soixante ans.
Ce matin, tous va bien, j’ai bu mon café en admirant un vol de coquecigrues absolument magnifique.
La coquecigrue est un piaf presque aussi beau que le sîmorgh mais à mon avis bien plus chouette que les filles d’Electre ou même Phénix.
Et puis, la coquecigrue est un piaf de chez nous.
On importe assez de choses sans en plus importer des oiseaux de légende.
Bref, ce matin, tout va bien.
Heure-Bleue a passé « le test », elle n’a pas « la » Covid.
Et elle a tant d’autres choses…
Alors cet après-midi on va aller acheter une machine à café car la nôtre, après huit ans d’expresso, se met à fuir.
Ce sera bien…

Commentaires

Encore heureux qu'en respectant tous les gestes de barrière, ce p...de virus passe outre. Merci pour la bonne nouvelle.

Écrit par : Nina | jeudi, 18 février 2021

Répondre à ce commentaire

Tiens ! Ma machine à café s’est mise à fuir aussi après 9 ans de service , juste avant noël , ce qui fait que le père noël qui passait chez mon fils aîné m’en a livré une neuve en cadeau... mon fils aime bien son nespresso quand il passe nous voir 2 fois par semaine minimum .... il a du en souffler un mot au bonhomme rouge !

Écrit par : Francelyne | jeudi, 18 février 2021

Répondre à ce commentaire

ouf!

Écrit par : Adrienne | jeudi, 18 février 2021

Répondre à ce commentaire

Bon! Tout va bien alors ?

Écrit par : Emiliacelina | jeudi, 18 février 2021

Répondre à ce commentaire

Tiens, qu'est-ce que j'avais dit.
Je crois que je vais ouvrir une officine de voyance.
Je risque d'avoir l'air moins ridicule que tous les diafoirus qui hantent les médias et qui flanquent la pétoche aux braves gens.
Bon, pour ton histoire de coquecigrues, je me demande quand même s'il n'y avait pas un peu de chanvre des Indes dans ta petite pilule... ;-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 18 février 2021

Répondre à ce commentaire

Madame ! Sache que je n'ai plus 18 ans !
D'abord je ne me défonce qu'au single malt 15 ans minimum !
En plus je reste raisonnable car la lumière de mes jours ne supporterait pas que je me "pique la ruche" au delà du raisonnable.

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 18 février 2021

Bon comme moi la semaine dernière. PCR négatif. Mais j'ai eu un fichu virus quand même qui ne commence qu'à peine à s'atténuer.
C'est sûr que les gens vont mal, surtout ceux qui par crainte se privent de tout et surtout de leurs proches. Ce n'est pas notre cas. C'est un choix individuel.

Écrit par : ang/col | jeudi, 18 février 2021

Répondre à ce commentaire

Je fais un petit tour sur les blogs, je ne commente pas, je fais une exception ici pour dire ma joie et mon soulagement que ta compagne n'ait pas chopé cette coch...
Pour le reste, il y a bien longtemps que je bénis les anxiolythiques. A ma décharge, la vie n'a pas été très sympa avec moi, et je constate qu'elle continue de ne pas l'être avec ce truc qui s'éternise.
Je joue les victimes, il vaut donc mieux que je me taise

Bonne journée à tous les deux

Écrit par : Ambre | vendredi, 19 février 2021

Répondre à ce commentaire

Bon ! Je vais , comme toi, à l'encontre de la majorité des Français qui ne veulent parler ue "du covid"... Pour une fois que le féminin l'emporte sur le masculin, ne laissons pas passer l'occasion de contrarier la grammaire académique !

Écrit par : Gwen | vendredi, 19 février 2021

Répondre à ce commentaire

Grammaire académique ? Si tou.tes.s les un.es.s et les autres se mettent à écrire de cette façon, les amoureu.ses.x de la grammaire académique, déçu.es.s et découragé.es.s pourront pleurer toute.s (ah zut ça ne marche pas là) les larmes de leur corps

Écrit par : Leoulacovid | vendredi, 19 février 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire