Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 août 2021

Je l'ai emmenée là...

P7040087.JPG

Parmi les choses qui ont tendance à inquiéter la lumière de mes jours, qui n’a pourtant peur de rien, il y a certains endroits.
Ça m’est revenu hier quand nous avons parlé de l’endroit qui l’a vue grandir.
Elle m’a dit alors que l’endroit qui m’avait vu grandir l’avait un peu inquiétée.
Pourtant je l’avais emmenée aux États-Unis avec l’Ours.
Outre qu’elle s’était alors aperçue que finalement, mon job n’était pas un boulot de tout repos et que non, je ne faisais pas touriste mais n’a pas soulevé un cil d’inquiétude.
Elle en a même gardé quelques souvenirs…
Elle me reproche encore aujourd’hui de n’avoir pas cédé pour une promenade en calèche dans Central Park.
Elle eut aussi cette moue de dégoût devant ce petit vieux qui s’empiffrait à grand bruit dans une « coffee shop » de Colombus Circle en marmonnant des invectives en yiddish.
En revanche, que des types patibulaires nous regardassent descendre les escaliers du métro en supputant le prix de nos habits ne la troubla pas plus que ça.
Plus tard elle vint me retrouver pour quatre ans en Israël, terre finalement peu sainte mais fort animée.
Tout y volait.
Les pierres, les oiseaux évidemment, mais surtout les commerçants.
Heure-Bleue a toujours fait preuve d’un grand courage devant l’adversité.
Je lui reprocherais toutefois d’avoir tendance à chercher l’adversité pour montrer son courage…
Cela dit, pour revenir à mon mouton d’hier, il y a néanmoins des choses qui l’effraient.
À me suivre en certaines pérégrinations, je m’attends presque à la voir me tendre la main au détour d’une rue et me dire « Mr Livingstone, I presume ? » tant certaines contrées de Paris lui semblent exotiques.
Je me rappelle l’avoir vue dans le PC – le bus dit « Petite Ceinture » - sur le tronçon qui va de la Porte Montmartre à la Porte de Clignancourt le jour où je lui montrai « mon coin ».
La lumière de mes jours a alors donné des signes d’inquiétude.
Le bus s’est petit à petit rempli de gens qu’elle ne croise jamais.
Oh, elle en avait bien vu, de loin, au moins entendu parler, mais rarement de si près, à la toucher quasiment.
Ce n’est pas leur ethnie, leur couleur ou leur langage qui la tracassent ni même leur accoutrement.
Non, c'est l'idée de se retrouver au milieu de la foule compacte, plus que n'importe quel risque d’attraper je ne sais quoi, une maladie super grave qu’on n’attrape qu’aux portes de Paris.
Une maladie qu’on n’attrape évidemment pas Porte d’Auteuil ou Porte de Passy mais plutôt Porte de Saint-Ouen ou Porte de la Chapelle, vous voyez ?
Ça m’avait quand même surpris car je sais bien quant à moi qu’on risque plus de perdre son portefeuille ou son smartphone que la santé.
Heure-Bleue pense quant à elle que comme ils lui semblent sales, on risque plus de se retrouver avec la fièvre Ebola ou la peste bubonique, au mieux avec des puces.
C’est ça, la lumière de mes jours a une peur panique de côtoyer des gens qui ne soient pas récurés au Cif.
Je me demande parfois si elle m’a bien regardé avant de m’accorder quelques privautés…
« Justement, j’ai hésité… » me dit-elle à l’instant.
Pfff... La garce !
Quand on est passé devant l’entrée du passage qui m’a vu grandir, la lumière de mes jours a regardé autour d’elle, eut un mouvement de recul, a dit « vraiment je ne sais pas comment tu as pu grandir ici… Je hais ce coin… »
Arrivés à Jule Joffrin, elle s’est rassérénée, remarquant :
- Eh bien, ça s’est quand même drôlement bobotisé ici mais j’ai l’impression que c’est comme aux Batignolles, pas profondément.
Je trouve quant à moi fort heureux que l’on n’arrive jamais à changer profondément la population des villes.
J’aime Paris habillé autrement qu’en musée inerte et déguisé pour touristes trop propres…

Commentaires

Dans mon train de banlieue, une vielle gitane !!! comme on n'en voit que dans les films d'Hollywood m' a invectivée NON MASQUEE à 20 cm de mon visage !!Cela n'a duré qu'une minute et...j'ai survécu. Qu'a-t-elle raconté ?

Écrit par : Nina | jeudi, 19 août 2021

Répondre à ce commentaire

Où as-tu ^ris la photo qui illustre ton propos ?

Écrit par : Gwen | jeudi, 19 août 2021

Répondre à ce commentaire

C'était ailleurs, dans le Marais il y a des années, lors d'une exposition éphémère rue du Roi de Sicile.
(c'est derrière le BHV)

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 19 août 2021

J'aime bien, au contraire d'Heure bleue, le mélange des ethnies. Au grand dam, quelquefois de ma famille. Marseille m'a ravie !

Écrit par : SdL | vendredi, 20 août 2021

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas un problème d'ethnie (sinon tu crois qu'elle se serait maquée avec un type qui avait une tête de rebeu ?), non, c'est que chaque fois qu'elle est allée dans des coins où lafoule est souvent compacte, comme la porte de Clignancourt ou la rue de la Goutte d'or, elle ne s'y sent pas à l'aise.

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 20 août 2021

Oui j'avais bien compris ! Je pensais au marché de Noailles et à la rue Longue des Capucins à Marseille et au Marché aux puces. Ou encore à ceux de Saint Sernin ou Bagatelle à Toulouse.

Écrit par : SdL | samedi, 21 août 2021

Écrire un commentaire