Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 septembre 2021

Si tu savais, Francelyne…

À vous lire, lectrices et lecteur chéris, je vois avec plaisir que je ne suis pas le seul à avoir quelques motifs de détestation des auteurs de mes jours…
Nous avons tous des comptes à régler avec nos parents.
Les miens ne furent pas parfaits.
Hélas, moi non plus…
Pourtant ma mère fit tout pour me persuader que j’étais parfait.
Hélas, elle mit autant d’énergie à me pourrir la vie qu’à m’expliquer que la vie me gâtait.
J’ai comme ça souvenir de pull-over « vert bronze » et d’une veste qui me laissent encore un goût amer…
Cette veste, justement, dont je me demande encore si ce n’est pas elle qui donna son nom à la rebuffade qui guette tout garçon à la recherche de l’âme sœur.
Ah si vous aviez vu cette veste…
« Francelyne qui n’a pas de blog » me l’a rappelée dans le commentaire qu’elle a laissé sur mon dernier « devoir de Lakevio du Goût ».
Elle a rappelé chez moi nombre de ces économies.
Le « tablier » fait de la blouse de la plus grande, retourné et rebâti chaque fois, porté par mes petites sœurs.
Idem pour leur manteau, taillé dans celui de ma grande sœur.
Retourné lui aussi et à l’ourlet rétréci l’année suivante.
Certes, « pauvreté n’est pas vice » mais parfois j’en doute…
Quant à moi, l’école maternelle quittée, adieu le tablier tiré du tablier de la grande sœur !
Hélas, comme vous le savez, il fut remplacé par ces fichues blouses bleues terriblement voyantes.
Le séjour chez les fous ayant pris fin, j’entrai au lycée et me vis pourvu d’un pantalon et exempté de blouse.
Je m’endormis calmement sur la certitude trompeuse que mon calvaire avait pris fin.
J’étais devenu enfin « comme les autres ».
Ce calme était trompeur.
Ma mère s’avisa un jour que je grandissais et que les problèmes d’exclusivité affective allaient commencer…
Elle ourdit alors un plan machiavélique afin de s’assurer que mon célibat durerait jusqu’à sa mort.
En m’affirmant, le regard plein d’amour « tu verras mon fils, tu vas être beau comme un dieu », elle ouvrit un grand sac du magasin « Au chic parisien », boutique de la Porte de Clignancourt proche de l’entrée du Marché aux Puces.
Elle en sortit une… Une chose.
Une veste de sa couleur préférée dite « vert bronze », en fait « caca d’oie métallisée ».
Pire ! Cette veste était d’un tissu rêche, de surcroît d’un tissu lamé de fils bleu turquoise du plus effroyable effet.
Ma mère venait de me déguiser en « vedette yéyé » dans la débine.
Ne manquait que la paire de richelieus bicolore brogués, genre  marron et blanc.
Histoire de me faire passer carrément pour un maquereau libanais…
Cette veste ne dura pas longtemps, un match de foot obligatoire m’en débarrassa définitivement…
Tu vois, Francelyne que les mères font des tours pendables aux fils comme aux filles…

Commentaires

LOL le maquereau libanais ;-)

Écrit par : Adrienne | jeudi, 16 septembre 2021

Répondre à ce commentaire

Comme eût dit Brel: " être au moins une fois maquereau au 'Crazy Horse' de Beyrouth " :))

Écrit par : Nina | jeudi, 16 septembre 2021

Répondre à ce commentaire

« beau comme un dieu »… elle avait pourtant raison
il y en a pas mal des statuts de la mythologie en vert bronze !
Tu as voulu t'en débarrasser pour ne pas prendre une veste !
Peut-être que tu as eu tort…
quoique tu as quand même gagné une heure bleue !

Écrit par : alainx | jeudi, 16 septembre 2021

Répondre à ce commentaire

Etre l'aînée a beaucoup d'inconvénients, mais pour le coup je n'ai jamais mis les vêtements de mes sœurs ;)

Écrit par : Fabie | jeudi, 16 septembre 2021

Répondre à ce commentaire

Je vois, Le Goût que je n’ai pas été la seule ! Mais ton récit m’a fait rire ... ton humour tourne cet épisode pénible en dérision, avec le temps on en rit ! Moi j'étais fille unique donc, pas de grande sœur pour me refiler ses guenilles, mais une mère qui avait juste 21 ans de plus que moi ... merci pour ce moment Le Goût, je me sens moins seule ...

Écrit par : Francelyne | jeudi, 16 septembre 2021

Répondre à ce commentaire

Bien sûr que nous avons tous des comptes à régler avec nos parents ! En ce qui me concerne, surtout avec ma mère. Pas plus tard que avant-hier, j'écrivais dans mon journal :
"Selon l'état-civil, elle est ma mère, mais selon mon coeur elle est une étrangère. Il est difficile de rendre à quelqu'un l'affection dont elle vous a privé depuis plus de cinquante ans."

Écrit par : Passion Culture | jeudi, 16 septembre 2021

Répondre à ce commentaire

MDR....quand tu parles de ta mère, j'imagine la voix de Marthe Villalonga...je me trompe ? Si elle était allée directement aux puces, elle aurait trouvé mieux c'est sur!!!
Perso je trouve que tu as eu une belle enfance...avec du soleil dans sa voix. bisous

Écrit par : charlotte17 | vendredi, 17 septembre 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire