Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 octobre 2021

Histoire de genoux...

20211028_172010.jpg

Désolé mais pas de devoir pour lundi !
Je suis sur les genoux !
C’était le cas depuis le début de mon adolescence.
Ça se vérifie encore maintenant : Les filles me laissent sur les genoux !
Surtout deux.
Les deux dernières, Merveille et P’tite Sœur.
La journée d’hier nous a fait parcourir, selon le curvimètre de mon PC connecté à un géant du Web, plus de huit kilomètres dans l’après-midi.
Dont environ quatre dans le dédale du « Musée de la Chasse et de la Nature », sis près du pigeonnier où Heure-Bleue et moi avons entamé une vie qui a fini par donner naissance à ces deux filles une génération plus tard.
Comme dit la plus grande « Elles ont kiffé ! »
Nous aussi mais ça nous a un peu tué.
Ah ! Que je vous dise, lectrices chéries, j’ai vu quelque chose d’extraordinaire hier, en dehors de la carcasse restante d’une « Isetta » envahie d’arbustes, totalement incluse dans la nature mais au premier étage du musée.
Eh bien, un des gardiens du musée avait quelque chose d’extraordinaire que je n’avais jamais entendu.
Un Noir avec un accent yiddish à couper au couteau !
Ça m’a surpris, évidemment et nous avons continué la visite.
Au moment de sortir, les trois filles, dont Heure-Bleue, sont évidemment allées aux toilettes.
Les connaissant, je savais que j’étais tranquille pour huit jours au bas mot…
En les attendant j’ai entendu ce gardien, vraiment très au fait de ce que contenait le musée et de quoi il s’agissait dans le détail.
Je n’ai pu résister au besoin de savoir d’où il venait et comment se pouvait-il qu’il ait un accent yiddish, un accent qui était courant quand je suis arrivé dans le quartier en 1966 mais disparu depuis, sauf dans « Les aventures de Rabbi Jacob ».
Cet homme est né au Congo il y a longtemps et est arrivé enfant dans le quartier.
Il est allé à l’école dans le Marais à l’époque où c’était encore « le quartier juif », un quartier dont la population ashkénaze était nombreuse et avait gardé l’accent de Mr Rosenberg, celui du restaurant, pas celui du père d’Anne Sinclair.
Il m’a dit aussi qu’il avait passé un moment en Bretagne et qu’il y avait pris l’accent breton rapidement…
Il est semble-t-il comme Heure-Bleue mais en moins clair : Il prend l’accent de l’endroit où il est.
Je remercie le ciel tous les jours que la lumière de mes jours n’ait pas grandi dans une « cité d’urgence » où la voyouterie pullulait dans ma jeunesse…
Imaginez-la avec un accent « caillera » !
Bref, ce fut épuisant mais chouette, comme journée.
Vous avez vu comme c’est beau Paris, le soir ?

Commentaires

Tu me fais penser à la réaction de mes parents lorsque je suis revenue du "Sud" avec l'accent de Marseille ;)
Surtout que chez eux il fallait parler un français "pur", bien mettre les intonations des accents graves, aigus, et circonflexe, aucun autre accent n'était admis...
Profitez bien des Merveilles, on est exténués mais tellement content de l'être !

Écrit par : Fabie | vendredi, 29 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

Pour les accents, je comprends bien. Question de formation musicale peut-être ! Ma fille aînée qui vit dans l'Est depuis pas mal d'années a pris l'accent de là-bas quand elle est au téléphone… heureusement quand elle revient elle retrouve le bon vieux patois ch'ti !

Écrit par : alainx | vendredi, 29 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

Ah oui, j'imagine ta curiosité ! C'est une chouette histoire, je trouve. J'aime bien ce quartier qu'une amie m'a fait visiter, il y a euh, déjà 19 ans. J'avais découvert une chouette pâtisserie. Et une librairie. L'amie en question était d'origine askénaze et m'a fait connaître Chaïm Potok (dont l'Élu et la Harpe de Davita restent mes préférés).

Écrit par : Pivoine | vendredi, 29 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

Les chicoufs sont en visite ;-) . Profitez-en bien ! (Quant à elles, j'ai compris qu'il était superflu de le leur dire ;-) ).

Écrit par : Passion Culture | vendredi, 29 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

Sur les genoux mais tellement heureux !
Très contente pour vous, profitez !
Jolie photo ;)

Écrit par : Praline | vendredi, 29 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

Ziva le goût, t'imagine heure bleue parler en wesh wesh !
Au fait, je suis allée garder mes deux merveilles à moi toute la semaine.
C'est vrai que c'est ...prenant. je vais me faire un massage préventif des rotules...
Et je sens que je vais apprécier ma grasse mat demain !
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Célestine | vendredi, 29 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

ah dommage pour nous et pour les genoux, tout le reste est évidemment du bonheur :-)

Écrit par : Adrienne | samedi, 30 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

Pardon d'être une provinciale inculte... mais c'est quoi l'accent "caillera" ?
Pour ma part, ce sont mes quatre Barcelonais dont deux juniors qui m'ont rendu visite. Et le Puy du Fou jeudi, ce fut une merveille.
Je vous raconterai...

Écrit par : Gwen | samedi, 30 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

c'est le verlan de racaille.
et oui, lundi on va tous et toutes être obligé-e-s de raconter autre chose, de faire un "devoir libre", en quelque sorte :-)
moi c'est le Puy du Fou que je ne connais pas!

Écrit par : Adrienne | samedi, 30 octobre 2021

moi aussi je suis sur les genoux et pourtant sans marcher !! S'occuper d'enfants débordants d'énergie est éreintant

Écrit par : ang/col | dimanche, 31 octobre 2021

Répondre à ce commentaire

J'adore ta photo !
et je suis heureuse pour toi que tu sois sur les genoux .... Profite ! ça passe vite ! :-)

Écrit par : Ambre | lundi, 01 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire