Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 août 2022

L'orage Ô désespoir...

orage à Paris.jpg

Depuis le temps que vous nous lisez, Heure-Bleue et moi, vous connaissez notre optimisme.
Une nouvelle preuve en fut donnée hier.
Il faisait quasiment beau pour nous deux.
C’est-à-dire pas trop chaud pour la lumière de mes jours et pas trop frais pour moi.
Elle voulait acheter un pot pour y mettre une plante.
Nous avons jeté un coup d’œil au ciel et, pleins d’allant nous sommes partis prendre le 163 en laissant les fenêtres grandes ouvertes…
Nous sommes arrivés enfin dans ce qui occupe les terrains de la SNCF pour y trouver ce pot.
Nous sommes ensuite entrés dans le « carrouf » de la place pour y acheter quelques victuailles.
Et c’est là que j’ai été saisi !
Furetant devant des gondoles qui n’avaient rien de vénitien, devant des paquets de choses ressemblant à des steacks et du fromage en tranches, j’ai lu des mots comme « saveur steack haché », « saveur emmental » et autres ersatz qui étaient tous avec des « saveurs de » mais qui n’étaient pas « faits de »…
La lumière de mes jours, bien plus attentive que moi qui persistais à chercher des produits « faits de » et non des produits à « saveur de » m’a éclairé.
« C’est le rayon végan, Minou ! »
Nous avons acheté de vrais produits et sommes sortis.
Les nuages étaient là, si denses qu’on eût pu même en dire qu’ils « s’accumoncelaient »…
Le temps d’acheter du pain et de revenir à l’arrêt du 163 nous vu tomber les premières gouttes.
Et quelles gouttes ! Des gouttes de trois litres au bas mot !
L’abribus ne nous abritait pas et, avec les gens qui attendaient, nous nous sommes précipités dans la gare adjacente.
Les trois mètres qui nous en séparaient furent suffisants pour y arriver trempés…
Nos bouquins, humides.
Notre pain devenu « pain de bord de mer » autant dire caoutchouteux.
La pluie ne se calma pas et nous prîmes le train jusqu’à Saint Lazare, histoire de boire un café et de faire pipi.
Le temps de passer de la gare au Hilton, re-douche…
Le temps de boire le café, etc. la pluie s’était calmée mais à peine le temps d’arriver dehors.
Nous avons atteint un taxi juste avant d’être noyés.
Bilan, le pot de fleur ne nous a coûté que 6,49€ mais les à-côtés de l’orage nous ont laissés à sec jusqu’à la fin septembre…
Puis, arrivés enfin à la maison, nous n’avons eu qu’à éponger le salon, étendre un tapis sur le balcon et préparer le dîner.
Mais nous avons bien ri, trempés jusqu’aux os.
C’était bien quand même…

Commentaires

c'est exactement ce que je mettais en commentaire sous ton billet "vegan" de l'autre jour: "ce qui m'ahurit le plus, c'est que le vegan veut manger des choses qui ont l'aspect et le goût de la viande, et qu'on fabrique pour lui du faux saucisson, du faux pilon de poulet, du faux hamburger etc etc"
ah la pluie quel bonheur :-)

Écrit par : Adrienne | mercredi, 17 août 2022

Répondre à ce commentaire

C"est Françoise Dorin qui doit être contente :) . L'autre côté du Pont résiste, ouf!

Écrit par : Nina | mercredi, 17 août 2022

Répondre à ce commentaire

J'ADORE cette note ! (oui, je sais, je manque cruellement de compassion pour les pauvres rescapés que vous êtes ! ;-))

Écrit par : Ambre | mercredi, 17 août 2022

Répondre à ce commentaire

Tu n'as pas fondu en larmes, au moins !

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 17 août 2022

En écoutant les infos, j'ai pensé à vous, bingo vous étiez dessous !
Tant que cela ne fait pas de dégâts, elle était tellement attendue, que cela ne peut être que bien.

Écrit par : Fabie | mercredi, 17 août 2022

Répondre à ce commentaire

Oui, j'ai vu à la télé....et, j'ai pensé à vous me disant que ce serait marrant si vous étiez dessous. Bingo, gagné et même que vous avez trouvé ça drôle, c'est-y pas beau !
Chez nous, les gros orages sont arrivés à 5h du matin...En appartement, j'ai moins eu peur, j'ai regardé le ciel illuminé paisiblement, tout en pensant aux sinistrés de la grêle du 4 juin. Par contre, ce que j'avais prédit s'est réalisé. Les nouveaux proprios de notre ancienne maison nous ont appelés, encore des infiltrations dans la maison...Que faire ? Réussi à avoir par miracle, le 1er couvreur qui nous a dépanné et qu'on attendait depuis début juin pour cette fuite. Il a osé dire qu'il avait autre chose à faire. Par contre, est d'accord de refaire la toiture....en août 2023, après qu'on lui ait versé 50 % du prix de la réfection. Résultat, je suis près avoir essayé d'appeler d'autres couvreurs, nada, en vacances ou aux abonnés absents...Chez notre fille, ce n'est pas mieux, encore des fuites, toujours des fuites, bien que notre gendre soit monté plusieurs fois sur le toit et acheté lui-même des tuiles (mon dieu, on vit dans la hantise qu'il tombe). La belle-mère de notre fille va avancer le fric et faire faire les travaux par les couvreurs parisiens...Franchement, Mr le Goût, tu ne connais pas un couvreur sérieux, honnête, pas cher, qui nous ferait rapidement la toiture d'une maison qui ne nous appartient plus ?
Cela étant, tu es mon petit rayon de soleil du matin, entre 2 coups de fil, Mr le Goût, dans cette journée merdique.
Bon, sur ce, m'en vais voir si je suis encore positive. J'en suis à 7 jours des 1ers symptômes. J'en ai marre de rester enfermée...Mon mari, lui, sort à la nuit tombée s'en griller une sous les étoiles....Ah oui, faudra que je parle du vivre en appartement, quand t'as un vieux bougon en dessous qui épie nos moindres faits et gestes, qui dit que, soit disant, je déplace les meubles entre 22h30 et 23h30...ce qui est faux et il a osé dire à mon mari qu'il était pour la paix des ménages quand mon mari lui a dt qu'à cette heure-là, il dormait. Comme si je faisais la java avec un manche à balai...J'en ai déjà marre de vivre en appart....

Écrit par : julie | mercredi, 17 août 2022

Répondre à ce commentaire

Nous n'irons pas jusqu’à fredonner la chanson de Sacha Distel "Toute a pluie tombe sur moi" car il est vrai qu'un pain de bord de mer a beaucoup moins de saveur qu'un pin au bord de la mer . Il fallait enfin de l'eau mais là c'est la goutte de trop !

Écrit par : Jerry OX | jeudi, 18 août 2022

Répondre à ce commentaire

Mouillés jusqu'aux os, moi aussi j'aurais bien ri !
Par contre, je ne pars jamais sans fermer toutes les fenêtres, même s'il fait beau, un orage est vite arrivé... il faut dire que j'ai un souvenir : nos enfants en primaire, l'apéro de fin d'année, il fait très beau très chaud et tout à coup un orage violent sans que l'on puisse mettre le nez dehors. Velux de la chambre de notre fille ouvert, inondation, moquette trempée, notre fille n'a pu dormir dans sa chambre pendant 15 jours. Alors plus jamais laisser ouvert ;-)

Écrit par : Praline | vendredi, 19 août 2022

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'en bord de mer le pain est caoutchouteux !
Je viens d'en faire encore l'expérience durant 10 jours, mais c'est le seul inconvénient. La solution est de le griller un peu. Sinon il a fait chaud, plutôt très chaud, plutôt trop chaud, plutôt beaucoup trop chaud ! Mais on a échappé aux orages. Sauf un de largement cinq bonnes minutes ! On vivait la nuit, après 21 heures ça devenait agréable sur la digue… très rarement vu ça en 30 ans sur la Côte d'Opale !
Dany Boon doit faire un remake de son film : « bienvenue sur la Côte D'Opale des ch'tis ! ». Des kilomètres de longues plages de sable fin, pas la foule, le soleil de la Louisiane, des centaines d'hectares de parcs naturels et de dunes protégées… les temps changent !
Faut se dépêcher : le prix de l'immobilier grimpe en flèche !

Écrit par : alainx | samedi, 20 août 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire