Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 septembre 2022

Le pain perdu.

pain-parisien.jpg

Notre « boulanger d’en bas » est ouvert, comme il l’était au mois d’août.
Mais cette fois il m’a semblé avoir fait cuire le pain par un boulanger, un vrai.
Non qu’il fît lui-même la pâte, qu’il la pétrît chez lui car il n’est pas « artisan boulanger » mais cet été, vacances obligent, nous avions laissé tomber l’idée de lui acheter du pain.
Il avait apparemment décidé de congeler ses « pâtons » pour l’été.
Le pain congelé a une caractéristique ennuyeuse : vous vous trouvez, en cas de choc en sortant de la boulangerie, avec un tas de miettes dans le fond du sac.
En l’absence de choc, ce n’est guère mieux : Avec une baguette achetée le soir vers dix-sept heures, vous avez une bûche de chêne le lendemain matin.
En repensant à ce pain, un autre pain me revient à l’esprit, moins appétissant que la « Tradi » d’un « boulanger bio » de ma connaissance.
Ce pain qui me pousse à demander « une baguette, s’il vous plaît, plutôt cuite et chaude. »
Pourquoi ? Parce que cette nouvelle va, j’en suis sûr, vous laisser estourbies de surprise, car je suis sûr que je ne vous ai jamais parlé de ma mère.
Ma mère avait une idée précise de ce qui fait un « enfant bien élevé ».
Sans parler mais ce sera pour une autre fois, de l’idée encore plus précise de qui était digne d’être aimée par son fils, c’est-à-dire personne à part elle.
Ma mère donc nous envoyait chercher immuablement le pain qui, à ses yeux, représentait le nec plus ultra de la nourriture bourgeoise : le pain blanc.
Pour elle, le pain idéal était « un pain parisien bien blanc s’il vous plaît. »
Le pain qui finirait de cuire dans l’estomac s’il n’était pas vigoureusement, au besoin à l’aide d’une taloche, recommandé de le manger rassis.
Pour éviter disait-elle « les lourdeurs d’estomac quand on mange du pain frais ! Ça fait mal au ventre quand on mange du pain chaud ! ».
Elle nous envoyait chercher le pain « Et chez Galy, hein ! Pas chez Marion ! » car « Marion » faisait du « pain moulé », sacrilège aux yeux maternels.
Elle surveillait le pain comme le lait sur le feu et claironnait, au moment de mettre la table « Pas le pain frais ! Il en reste d’hier soir ! »
Ce « Il en reste d’hier soir, il est encore bon ! » me rappelle cruellement les façons de faire de ma mère.
À cette époque bénie où les enfants étaient presque sages, on ne se servait pas de pain entre les repas et à table il fallait le demander.
Tout manquement à la règle entraînant immanquablement une taloche, on y regardait à deux fois avant de piquer le croûton du pain.
Et il n’était pas question de baguette, ni même de « bâtard ».
Non, non, seul le « pain parisien de 400 grammes », le pain d’ouvrier,  trouvait grâce à ses yeux, ce pain qui se garde trois jours.
Le pain qui finit en « pain perdu » et pas perdu pour tout le monde.
Même trempé dans le lait un bon moment avant d’être saupoudré de sucre et de cacao, le pain du fond de la huche avait bien du mal à ramollir…
Grâce à ce « Il en reste d’hier soir, il est encore bon ! » je suis encore aujourd’hui en mesure de digérer des briques sans grande difficulté.
Heure-Bleue ne peut pas en dire autant, amollie qu’elle est par une éducation qui la fit passer de la batiste au cachemire.
Ma mère réussit donc, à défaut d’enfants sans névroses, à nous assurer une digestion dans les règles de l’art.

Commentaires

Ah, bon, tu ne nous avais jamais parlé de ta mère ? Je me marre, j'ai dû rêver...Je suis obsédée par le bon pain, par les vrais croissants, par le "fait maison"...J"adore entrer dans les boulangeries qui affichent sur leur vitrine "boulanger de France, avec le logo bleu, blanc, rouge"..Bizarrement, sur Vichy, je n'en ai pas encore vu...C'est mon mari qui va chercher le pain. Dans un rayon de 500m, nous avons 3 bonnes boulangeries, voir 4, bien qu'ils n'aient pas le fameux logo....Comme ta mère, je lui dis "du bon pain, hein !" Moi, je mange le pain du jour et mon mari qui n'aime pas gaspiller, le pain de la veille. Lui s'en fiche de manger du pain de la veille, alors, je mange le pain frais sans scrupule..

Écrit par : julie | jeudi, 08 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Je râle lorsque Zhom rapporte du pain que je ne trouve pas assez cuit ! ;)

Écrit par : Fabie | jeudi, 08 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Dans mon enfance, la baguette c'était pour les gens qui ne savaient pas ce que c'est que le vrai pain !
Le vrai. C'était le « pain-de-quinze-cents » bien cuit ! Le drame est arrivé avec l'apparition des machines à couper le pain et la disparition du pain de 1,5 kg ! Du pain coupé ! Quelle horreur ! Le « pain-de-quinze-cents » fut un fleuron dont il était impensable de couper une tranche de plus que le besoin immédiat. La coupe avec le couteau scie était bien entendue réservée au père, à défaut au fils aîné. Ce pain durait trois à quatre jours et s'il devenait un peu trop rassis, on le grillait sur la cuisinière à charbon. Avec du beurre et de la cassonade, c'était craquant sous la dent et délicieux pour le goûter…

Écrit par : alainx | jeudi, 08 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Finalement, on a été abonné au "vieux pain"...
Et ne me parle pas des goûters faits d'une tartine légèrement (très très légèrement) beurrée et saupoudrée sucre ou de Van Houten.

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 08 septembre 2022

Qu'est-ce que tu m'as fait remonter comme souvenirs !
Et comme en jolis mots, toutes ces choses sont dites ! :-)
En tous cas, MERCI ! pour les souvenirs, et pour les sourires ! :-)
Bonne journée !

Écrit par : Ambre | vendredi, 09 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Je me trompe ou tu nous a déjà parlé de ta mère sur le même sujet...mais c'st toujours aussi agréable à lire ... c'etait un cas mère

Écrit par : Emiliacelina | vendredi, 09 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

J'en ai déjà parlé, bien sûr !
C'est dire à quel point ça marque, une mère comme ça !

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 09 septembre 2022

je ne te conseille pas les baguettes que les boulangers italiens nous proposent selon leur interprétation la vraie recette française, une horreur, il n'y a que la forme qui ressemble à vos baguettes. Heureusement cet été en vacance en Provence j'ai retrouvé le bon pain de mon enfance en France. Le pain, les fromages, la charcuterie et vos vins sont un vrai plaisir que je regrette.

Écrit par : Francesca | vendredi, 09 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Le bon pain ? Mais c'est une vue de l'esprit ! Et s'il y a une expression qui n'a plus raison d'être, c'est bien "bon comme du bon pain", autant dire, mauvais comme du pain pas cuit !

Écrit par : delia | jeudi, 15 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire