Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 décembre 2022

Je suis un usagé de la RATP...

attente.jpg

Ouais, bon... J’ai honte...
Hier on a eu une idée saugrenue : Aller à la « feunaque » Saint Lazare.
Il était question d’échanger un bouquin car on a pris la mauvaise habitude d’acheter des livres qu’on a déjà lus et qui nous reviennent en mémoire dès les deux premières pages…
Ce ne serait pas grave si pour échanger ces bouquins nous ne devions prendre le bus à des époques où ils sont rares et conduits par des apprentis Fangio qui vous fichent par terre trois ou quatre passagers à chaque départ…
Hier nous avions mis sur pied un « plan d’enfer ».
Nous allions d’abord jusqu’à Saint Augustin.
C’est une des églises les plus laides de Paris qui partage cette douteuse caractéristique avec le Sacré Cœur mais en moins « kitsch »…
Puis aller ensuite à pied jusqu’à la rue du Havre où se tient la « feunaque ».
Las… Les plans prévus au quart de poil ont une fichue habitude.
Il leur suffit d’un seizième de poil pour mal tourner.
Nous l’avons encore expérimenté hier.
Le temps devait se contenter d’être froid.
Il le fut jusqu’à ce qu’un 84 daignât arriver après dix minutes d’attente.
Les embouteillages, je ne sais pourquoi, attendaient sûrement que nous circulassions pour s’aggraver sévèrement, nous amenant à Saint Augustin après des détours inconnus.
Comme ce ne fut pas prévu, à peine descendus et la première centaine de mètres parcourus, il se mit à bruiner fortement.
Avoir froid m’est difficilement supportable mais quand on aime, hein…
Mais avoir froid et marcher sous la pluie est insupportable.
Bon, on a supporté quand même, on est héroïque ou on ne l’est pas !
Nous le fûmes.
En sortant de la « feunaque » avec cinq bouquins pour remplacer celui que nous rapportions, il pleuvait.
Nous sommes allés à l’hôtel en face.
Mais non… Qu’allez-vous penser là…
Dans le grand salon du Hilton, nous avons bu un café, attendu en papotant et constaté que nombre de jeunes gens s’y installaient pour un moment.
C’était sans doute plus confortable que chez eux et ils travaillaient, leur ordinateur branché sur les prises à disposition au pied des fauteuils et œuvraient ou étudiaient au chaud, en buvant un café qui leur durait l’après-midi.
Nous sommes ensuite repartis, toujours sous le crachin, vers Saint Augustin, à pied et dans le froid, acheter des fleurs et de quoi dîner au Monop’ situé là.
Puis, la rue traversée, nous avons constaté avec stupeur que vingt-neuf minutes pouvaient s’étirer jusqu’à quarante-cinq minutes.
Nous avons échangé quelques mots avec une dame du quartier Courcelles qui nous a dit tout le mal qu’elle pensait de l’assistanat dans lequel se complaisaient « les gens ».
J’ai abondé dans son sens, la paraphrasant à peine en disant « je me demande de quoi se plaignent tous ces pauvres ! Je ne manque de rien ! »
Elle sembla d’accord mais ne dit plus rien ensuite…
Certainement satisfaite que dieu ait pensé à créer les pauvres pour que les riches puissent pratiquer la vertu de charité…

Commentaires

très juste, comme le bon conseil que je viens de lire de la part d'une dame qui vit dans une grande maison bourgeoise avec tout le confort moderne et un gros revenu: "si on trouve un truc trop cher, au lieu de se plaindre on économise pour pouvoir se l'offrir!"
Imparable, n'est-ce pas ;-)

Écrit par : Adrienne | samedi, 03 décembre 2022

Répondre à ce commentaire

Ben oui, quoi ! plutôt que se plaindre. d'ailleurs j'aurais presque envie de dire à tous ces riches que ces salauds de pauvres ne sont là que pour que se plaignent les riches. Mais de là à ce que ces derniers renoncent à un peu de leur confort, ne serait ce que pour moins se plaindre, il y a un pas qu'ils ne franchiront pas.

Écrit par : delia | samedi, 03 décembre 2022

Répondre à ce commentaire

Problème: les "économies" sont grignotées par l'inflation ; à moins de les placer dans la vente d'armes de guerre. Les démarrages des bus kamikases sont redoutables.

Écrit par : Nina | samedi, 03 décembre 2022

Répondre à ce commentaire

Les inégalités croissantes sont parmi les premières responsables de l'inflation.
Les profits se concentrant dans un nombre restreint et quasiment constant de mains, si on veut que la machine tourne, il faut distribuer de l'argent.
Cet argent ne venant pas des poches des bénéficiaires de "la loi du marché", il est fabriqué et distribué (la fameuse "monnaie hélicoptère" dénoncée par Milton Friedmann) mais plus il y a d'argent en circulation sans contrepartie en biens ou services, plus les prix des biens et services disponibles croissent.
Comme les prix croissent, les bénéfices tirés vont dans les mêmes poches qu'avant et augmentent les inégalités, obligent à... Etc. ad libitum.
C'est un cercle vicieux entretenu soigneusement depuis trois à quatre cents ans environ...

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 03 décembre 2022

Pour ma part je me réjouis que la « Feunaque » soit aussi généreuse avec les personnes âgées dont la mémoire défaille : pour un livre qu'on a déjà et qu'on rapporte, on repart avec cinq autres bouquins. Si ça ce n'est pas de la générosité capitalistique !
Quant aux pauvres, c'est vrai qu'ils se plaignent sans cesse et pourtant ils ont le RSA ! Tu leur tends la main… ils te tordent le bras ! C'est pénible quand même ! Jamais un riche n'oserait une chose pareille.

Écrit par : alainx | samedi, 03 décembre 2022

Répondre à ce commentaire

En plus, le pauvre est c...
Tu lui donnes des sous.
Qu'est-ce qu'il fait ?
Il les dépense au lieu de les placer pour qu'ils rapportent !
Franchement, des fois... Tu te dis qu'ils cherchent à être pauvres !

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 03 décembre 2022

Ha, ha, imagine que quelqu'un prenne au 1er degré ce que vous dites tous les deux, qu'en penserait-il ? Que vous êtes de sales fachos capitalistes...

Écrit par : julie | dimanche, 04 décembre 2022

Ah ah, vous me faites bien rire... je sais que c'est du xème degré. Faudrait que je me remette aux contes du lundi !

Écrit par : Pivoine | mercredi, 07 décembre 2022

« Je me demande de quoi se plaignent tous ces pauvres ! Je ne manque de rien ! » : magnifique, je note sur mes tablettes, merci !

Faut reconnaître qu'y en a de plus malheureux, même philosophes…
https://www.dailymotion.com/video/x88tn6v

… et bien qu'ils rechignent à protester contre la précarité de leurs revenus, bien au contraire :
https://www.20minutes.fr/societe/2411051-20190108-video-gilets-jaunes-apres-propos-incitant-policiers-tirer-manifestants-luc-ferry-explique

Écrit par : GWF Weaver | lundi, 05 décembre 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire