Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 septembre 2014

Une rose d’automne.

Est plus qu’une autre exquise…

rose_chez Rodin.JPG


Hier, le temps était beau.
Alors nous sommes allés à Paris, au musée Rodin. Nous n’y étions pas allés pour les sculptures que nous avions déjà vues maintes fois. Nous sommes quand même passés dans les salles du rez-de-chaussée assez longtemps pour constater qu’Auguste se débrouillait mieux avec un ciseau qu’avec un pinceau…
Après avoir sacrifié au dieu Gelati, pas bon du tout pour ce qu’on a,  j’ai pu donner libre cours à ma curiosité vis a vis d’un couple assis à côté de nous.
Oui, une dame très claire de peau, de cheveux et d’yeux, faisait des efforts démesurés pour passionner un jeune homme très mat, sombre de cheveux et d’yeux qu’Heure-Bleue a trouvé très beau. La dame, lui expliquait que vraiment, il lui plaisait bien, dans trois langues et lui en aurait volontiers donné la preuve avec la sienne s’il y avait eu moins de monde. Nous avons fait semblant de rien. Le jeune homme, lui, se laissait déposer quelques baisers sur les lèvres mais sans enthousiasme débordant. J’hésitais sur ses préférences sexuelles, que je situais entre métro et homo. Heure-Bleue m’ayant dit que « métrosexuel » n’était plus à la mode, je me suis dit que la dame n’était pas près de meubler son dimanche avec un « bonheur-du-jour »…
Nous nous sommes levés à regret et promenés dans le parc. Nous avons apprécié la caresse du soleil rasant. Je me suis dit que la lumière d’automne dans ce coin de Paris était une vraie merveille. Assis sur un banc à une place stratégique, j’ai admiré le haut de la Tour Eiffel et le dôme des Invalides dans la trouée du feuillage.

P9271068.JPG


Et bien entendu regardé les gens déambuler.
Heure-Bleue m’a montré un couple de deux jeunes femmes se tenant par la main en disant « C’est quand même plus facile maintenant. »
Moins optimiste j’ai remarqué que c’était facile à Paris mais que si elles faisaient ça à Saint-Denis ou La Courneuve, ça allait moins bien passer…
Puis nous sommes sortis et avons rejoint le quai Anatole France. En passant devant l’Assemblée Nationale, protégée d’on ne sait quoi par des policiers qui s’ennuyaient ferme, une Heure-Bleue prête à rejouer 1789 a remarqué aigrement « les vieux qui coûtent, c’est eux ! »
Si on était passé devant le Sénat, elle aurait foutu le feu…
Nous avons pris le bus que j’ai attendu en rêvassant, le regard fixé sur le jardin des Tuileries, de l’autre côté de la Seine.

Paris_les_quais.JPG


Après quelques courses au Monop’ de la rue de Courcelles, nous avons rejoint la porte de Champerret à pied dans la douceur du soir.
C’est là que sur un mur, Heure-Bleue a vu ça :

finalement.JPG


Ce qui correspondait tout à fait à l’impression du moment...

Commentaires

poète ce matin!

Écrit par : mab | dimanche, 28 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Tout le charme de Paris à l'Automne

Écrit par : maevina | dimanche, 28 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

C'est curieux, vous vous retrouvez toujours assis à côté de gens intéressants ! Il faut dire que vous avez, tous les deux, un sens très aigu de l'observation et de l'écoute (l'air de rien comme tu dis !) j'aime aussi écouter et observer mais j'ai moins l'occasion...
Et deux femmes ou deux hommes qui se tiennent la main... en campagne, c'est toujours pas plus facile !

Écrit par : Praline | dimanche, 28 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

La cougard aura-t-elle gagné sur le minet ? Nous ne saurons jamais hélas !
Gwen

Écrit par : Gwen | dimanche, 28 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

praline dit, que vous vous trouvez toujours auprès de gens intéressant, c'est parce que vous savez regarder et apprécier...j'ai fait pareil à la foire...lol...vraiment la Normandie profonde, me suis bien marrée...jolie votre promenade, mais franchement les musés...vous n'en avez pas ras la casquette? kiss!

Écrit par : Joëlle | dimanche, 28 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

durant ...avant! j'avais presque toujours une floppée de gosses à surveiller lorsque j'allais quelques part,ce qui fait que je ne pouvais pas porter grande attention aux personnes alentours!
Où alors il fallait un fait vraiment marquant et maintenant....... ça dû me rester, je ne vois jamais rien et il m'arrive lorsque je vais faire les courses de croiser des personnes que je connais sans les voir ! C'est mieux votre regard à HB et toi, celui que vous portez sur le monde !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 29 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Moi je regardais les autochtones qui passent leur dimanche à la plage j'ai constaté que les jeunes filles étaient plus couvertes que certaines dames sur le retour qui n'hésitaient pas et ne lésinaient pas sur le string ! Un derrière c'est beau bien ferme et sur la paire de jambes qui va avec ! Ah, le Sud !...

Écrit par : Lakevio | lundi, 29 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire