Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 octobre 2014

Le clavier bien tempéré.

Il y a des jours où Heure-Bleue me jetterait volontiers son clavier à la figure.
Alors qu’elle ne recule devant rien pour me rappeler des choses désagréables alors qu’elle prétend avoir une mémoire défaillante, elle me jetterait par terre et me piétinerait quand je lui rappelle d’autres choses.
Ben oui, lectrices chéries, je ne vais pas lui rappeler des situations où c’est moi qui ai eu le mauvais rôle.
Si, si, il y en a… Ce qui valide le principe qui veut que la vraie perfection, c’est quand il reste quelque chose à améliorer.
France Inter recevait Zepp, le père de Titeuf.
Il y eut un moment où Zepp racontait une histoire où des parents avaient envie de jeter le gosse à la poubelle.
Tout aurait pu rester calme et enchanteur dans la maison si ça ne m’avait pas rappelé un épisode de la vie de l’Ours bébé.
C’est là qu’elle a voulu me jeter son clavier à la figure.
Vous savez, j’en suis sûr, lectrices chéries, qu’un bébé n’est pas une poupée souriante, douce, câline et perpétuellement propre.
Non, un bébé, ça fait caca. Souvent au moment le plus inopportun. Des fois ça déborde des couches. Un bébé ça a faim, généralement avant l’heure et quand on allait partir acheter le lait et on est bien embêté. Et là, un bébé ça piaille terriblement fort.
Je ne sais pas si vous vous rappelez, lectrices chéries, mais en plus, un bébé ça s’endort pile poil quand il faut le sortir du couffin pour le mettre dans son berceau.
Bref, un bébé, on a beau l’aimer, l’adorer, bouffer la prime de la CAF au restaurant, tout ça, il y des moments où on l’oublierait bien dans le bus ou le métro.
Revenons donc à ce souvenir.
Une amie d’enfance d’Heure-Bleue passa ce jour là à la maison.
Heure-Bleue était en train de s’occuper de l’Ours qui, comme toujours envisageait sereinement de pisser au moment où sa mère repliait sa couche propre.
Scène cinématesque de l’amie. Les bras levés. « Oh qu’il est beau ! », « Oh qu’il est gracieux ! »
L’amie en question courait le monde pour un magazine et passait évidemment « Je viens voir ton bébé... En coup de vent, tu comprends… Avec mon boulot… »
Vint évidemment le moment où, pas encore mère des quatre enfants qu’elle aurait un peu plus tard,  l’amie lâcha « Si tu savais comme je t’envie, Heure-Bleue, comme j’aimerais être à ta place… Mais là, tu vois, pfff… Je pars demain à Bali… Ah la la... »
Bon ce n’était pas exactement Bali et d’autres destinations exotiques faisaient partie de l’enfer que vivait cette amie.
Elle est partie comme elle était venue, en coup de vent.
Heure-Bleue a grommelé quelque chose en regardant la porte. Il me semble bien que c’était un gros mot…
Quant à moi, je crois que j’ai eu peur d’être obligé de retenir Heure-Bleue qui avait l’Ours dans les bras et dont le regard assez mauvais passait du bébé à la poubelle…

Commentaires

Ah c'est bien vrai!

Écrit par : mab | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Oh quand même ! Heure Bleue n'aurait pas fait ça, tu traduis ce que toi tu aurais aimé faire ! :))

Écrit par : Praline | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

il y a des gens comme ça qui aiment narguer les autres... Qui dit que secrêtement elle n'enviait pas HB avec son homme qui l'aime et son poupon et qu'elle ne disait pas cela justement pour la faire souffrir ?

Écrit par : liliplume | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Non, Lili, je la connais, ce n'était que le comportement de la femme très occupée par son boulot, toujours en train de courir (ça a bien changé plus tard)

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 14 octobre 2014

Les super moments sont tellement rares, mais qu'est-ce qu'ils font du bien!
On oublie tout...

Écrit par : livfourmi | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Je me rappelle... lorsque mes collègues se donnaient rendez-vous pour aller à l'Opéra ou lorsqu'elles parlaient des pièces, des films, des expos qu'ils avaient vus... Et moi, c'était les nuits avec coliques, fièvres, poussées dentaires. .Toujours dur quand on est en décalage ! Mais chacun son tour !

Écrit par : lakevio | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Elle est revenue par la suite? Moi je l'aurais rayée de mon carnet d'adresse!

Écrit par : edith | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Mais non voyons.
Ce n'est pas l'amie, c'est simplement que quand tu es clouée à la maison par une bébé et qu'une amie qui mène une vie palpitante passe chez toi, tu ressens de l'envie.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 14 octobre 2014

J'avoue, ça m'est arrivé !

Écrit par : moune | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Mais oui ! moi aussi et beaucoup d'autres mères ont eu envie , un moment donné d'envoyer le bébé se faire voir ailleurs , la fatigue exaspère et évidemment , on envie la jeune et belle jeune femme qui sort , voit des amies , a une taille de guêpe !

Écrit par : Brigitte | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Faut arrêter de faire des gosses : c'est sale, ça pue, ça casse les oreilles et ça ne rapporte plus.

Écrit par : Berthoise | mardi, 14 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

ta note et ses commentaires me font bien rire !! Tu n'as pas honte ? Une POUBELLE!!!! rohhh!!!!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 15 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Les enfants... le sel de la vie (mais si voyons).

Écrit par : Allye | jeudi, 16 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire