Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 octobre 2014

L’effet mère…

Les commentaires de Muse et Seringat chez Heure-Bleue à propos des Allocations Familiales m’amènent à contredire ces deux lectrices néanmoins chéries.
Il me faut d’abord leur rappeler un détail : Les allocs ne font pas partie de l'aide aux défavorisés.
Les allocs sont ce que le Canard Enchaîné appelait dans les années cinquante et soixante « l'incitation au lapinisme ». Une aide à la natalité.
L’équipement de base pour faire les enfants étant le même chez le nanti et le mal loti, l’idée de les servir de la même façon était communément admise.
Du moins jusqu’à ce qu’une « gauche de droite » se mêle de faire des économies là où les dégâts sociaux sont partis pour être bien plus importants que les bénéfices espérés.
Cette façon de « moduler en fonction des revenus » les allocations familiales amène au moins deux résultats hormis celui de monter une catégorie de Français contre une autre :
- Bientôt les seuls à cotiser seront les seuls à ne pas avoir y droit. Ils seront ceux dont les revenus à la fois les en écartent et en font les plus gros contributeurs.
- Bientôt les seuls à en bénéficier seront ceux dont les revenus en font les plus gros bénéficiaires. Ceux dont les revenus les dispensent de cotiser, ces revenus les classant parmi ceux dont l’employeur est exonéré des charges. 
D'après vous, qui ne voyez apparemment qu’à travers la lunette louable de la générosité, combien de temps durera une situation où ceux qui cotisent à un régime dont ils sont exclus regardent ceux qui ne cotisent bouffer les sous que d’autres ont versés ?
Je vois déjà la famille française, gauloise depuis dix générations, aisée mais prolifique, regarder de travers la famille africaine pauvre, française depuis peu, mais aussi prolifique.
Que cette dernière rame encore plus pour atteindre le quinze du mois ne l'émeuvra pas longtemps. 
Une autre idiotie mûrement réfléchie se profile. Elle transpire dans les discours de ceux qui ont concocté cette mesure aussi idiote qu’inique. Une idiotie du même genre évidemment.
L’idée de moduler les remboursements des soins en fonction des revenus.
Les cotisations sont déjà dépendantes des revenus.
Plus vos revenus sont élevés, plus vos cotisations sont élevées.
Plus vos revenus sont élevés, moins votre santé court de risques.
Moins vos revenus sont élevés, moins vos cotisations sont élevées.
Moins vos revenus sont élevés, plus votre santé court de risques.
Combien de temps pensez vous que ceux qui cotisent le plus vont accepter de voir leurs soins moins remboursés que ceux qui cotisent le moins ?
Comment prendriez vous que votre boulanger module le prix de votre baguette en fonction de votre fiche de paie ?
Comment prendriez vous qu’il vous donne un quignon là où, pour le même prix, il donne un pain de campagne à quelqu’un qui gagne moins que vous ?
Sans compter le côté bricolage de la mesure.
Imaginez la tête de votre voisin qui va vous voir bénéficier de prestations parce que vous êtes pile poil en dessous du seuil tandis qu'il va voir les siennes salement écornées parce qu'il gagne deux euros de plus par mois...  
La chasse aux économies pousse parfois nozélites à oublier un détail qui pourrait bien leur revenir en pleine figure : L’égalité de tous devant la loi.
Que la devise fondatrice de la Sécurité Sociale soit « Chacun cotise selon ses moyens et est soigné selon ses besoins » est une chose.
Qu’elle devienne « Chacun cotise selon ses moyens mais plus vous gagnez moins vous êtes indemnisé » a peu de chances d’être accepté par ceux qui ne devront que payer…
A moins, évidemment que ce ne soit une stratégie visant à faire de la santé et de la famille cette excellente opération pour l’assurance privée.

Commentaires

Alors là je partage complètement tes explications, c'est une honte!!! je pense que ça va être retoqué par le conseil des sages, mais quand même, ça fait peut car on ne sait pas jusqu'où ils peuvent aller, c'est ouvert à tout vent...tiens rien que de voir leur mines réjouies j'ai envie de gerber! tu te rends compte...?heureusement qu'on a eu les allocs après la guerre sinon je crois que je serais morte de faim et je n'aurais pas été la seule, c'était la seule chose qui restait égale...et c'est mort...j'espère qu'ils n’utiliseront pas le 49/3 ils sont capables de tout! ce sont des fous! bon We quand même.

Écrit par : Joëlle | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Ah que c'est juste et précis ! Tellement clair qu'on ne peut décidément pas admettre qu'un gouvernement de gauche continue à pencher et errer de la sorte.
Pour moi, tout est parfaitement résumé dans vos deux dernières lignes. (Il suffit d'ouvrir l'oeil pour constater les pubs croissantes des divers organismes d'assurances...)

Écrit par : mia610 | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

oui ok quand j'écris tôt c'est comme ça je déconne un peu...lol c'est bon c'est réparé. kiss.

Écrit par : Joëlle | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Tout à fait exact. Ces allocations ne sont pas pour les familles mais pour les enfants. Chaque petit français, chaque futur citoyen doit être aidé de la même façon au départ. Il ne s'agit pas de justice mais de discrimination d'enfants ! Ce projet est clairement anti-nataliste.

Écrit par : lakevio | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Je lis le blog avec beaucoup de plaisir, d'intérêt et j'aime la prose, je me permets d'intervenir et essayer de donner un peu plus d'explications pour les allocations familiales, celles-ci ont été crées en 1916 dans une petite entreprise et s'est étendues peu à peu jusqu'à devenir obligatoire en 1932 par la loi Laudry. En 1945 il y a eu une incitation pour une poussée de la natalité en "forçant" sur ces allocations, il fallait repeupler la France après ces 3 guerres (1870-1914-1940), l'époque n'était pas la même qu'actuellement. Je ne vais pas vous rappeler les conditions de travail, les salaires et surtout les femmes restaient au foyer.
Nous avons toujours des lois qui datent de Napoléon, les temps changent l'évolution de la société aussi. Ce n'est pas dresser les français les uns contre les autres c'est au contraire éviter qu'il y ait de plus en plus de pauvres et de plus en plus de riches, le fossé se creuse de plus, remettre les choses à plat c'est du courage.
Ca me fait rire quand je vois "projet anti-nataliste" à l'heure actuelle les personnes désirant des enfants en grand nombre demandent en quelque sorte aux autres de participer à les élever ?? et vous êtes les premiers (moi-aussi) à vous plaindre de la montée du chômage, est ce raisonnable de ne pas penser à l'avenir de ses enfants et être toujours à quémander une subvention aux autres car il ne faut pas se leurrer c'est l'un qui paie pour l'autre nous somme dans la même" enveloppe".
130€ pour un smic et 130€ pour des revenus de nets de 6000 où 8000€ regardez le pourcentage !!!! D'autre part ces gens aux salaires élevés ne cotisent pas sur la totalité du brut mais jusqu'au plafond de la sécu et ensuite un taux très réduit......
Ne vous inquiétez pas les patrons savent bien se verser des dividendes avant de verser aux employés.
Pour les remboursements de soins selon les revenus ce n'est que des rumeurs lancées par des gens bien intentionnés... qui les arrangent bien si vous voyez de qui ou quoi je veux parler.
Pour être égaux tous devant la loi devrait déjà commencé par l'abolition de tous les privilèges TOUS, pas un par çi par là et croyez moi il y a du boulot et de la rebelion en perspective sans pour autant revenir sur les acquis sociaux de nos ascendants sur les conditions de travail, les horaires congés ect...
Contrairement à ce que j'ai vu chez Heure-Bleue, je me permets de rectifier qu'il y a moins de français qui partent à l'étranger qu'en 2012 la moitié, voir les sources officielles, on est trop bien en France avec tous ces avantages, bien plus que dans les autres pays de U.E...les retraités sont quelques exceptions comme dans d'autres nations, nous accueillons énormément d'Anglais, hollandais etc retraités aussi.
Quand aux retraites qui auraient baissé depuis 6 ans, ce n'est pas crédible même si elles ont été peu augmentées (voir pas du tout cette année je le conçois) mais la croissance ne bouge pas.
Il ne faut pas envier ces personnes qui vont aux restos du coeur ou ont recours à d'autres associations leurs revenus sont vérifiés, on ne distribue pas à tout va.
Nozélites se retrouvent avec une dette colossale de plus de 20 ans ce n'est pas d'un coup de baguette magique que tout va se résorber.
Ce qui est grave c'est que dès que des mesures sont étudiées (étudiées, pas votées on est d'accord ?) Tout le monde crie d'abord intoxiqué par les infos.
Et je pourrais poursuivre pendant encore longtemps.......

Écrit par : réalité | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Je peux prouver que ma retraite, petite car j'étais libraire, a baissé.
Faut pas toujours croire ce qui arrange..

Écrit par : heure-bleue | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

ne travaillant pas, ou de manière très épisodique, nous n'avons jamais pompé l'état : pas de congés maternité, pas de primes diverses, pas de congés maladie. Par contre oui : des allocations familiales, pendant un temps. Ca nous a aidé au début quand nous avions du mal à "finir les mois". Il y a un moment où l'on se trouve dans la tranche au dessus de toutes les aides et donc plus démunis que ceux qui sont dans la tranche au-dessous.

Écrit par : liliplume | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

je ne sais pas où on va avec toutes leurs propositions........ mais on y va !!!!!

Écrit par : emiliacelina | samedi, 18 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

c'est bien joli tout ça, mais si je peux me permettre quelques remarques
...
quand seulement 10% de la tranche supérieure est touchée par non pas une suppression mais une "baisse significative" de la part reversée, et que cette tranche est au-dessus de 6000/m alors que le salaire moyen est à 1500... euh... c'est un peu de la mauvaise foi ...
il est raisonnable de penser que quand on peut avoir deux voitures par famille et que le seul souci est de se demander "si on va pouvoir payer le conservatoire" à son enfant, quand des couples avec 3enfants perdent un salaire et se débrouillent avec 1500/m ... franchement, toucher 400 peu ou prou en plus c'est pas du luxe, quand ceux qui ont la chance de conserver leur carrière et leurs projets comme leur budget de 6000 eux, en proportion peuvent bien concéder un tiers de ces 400... ça fera pas si grand préjudice...
surtout que la base des professionnels qui se retrouveront en situation de chomage dûment indémnisé par une assurance obligatoire dûment cotisée donc, n'auront pas de trop de pouvoir conserver au moins leurs allocs...
c'est une question de proportion
là il s'agit des plus gros revenus...
là où (hors rsa qui voient globalisés les droits indifférenciés, un rsa ne se voit pas adjoindre une allocation enfant ou logement, ou même handicap) les ayants droits les plus pauvres reçoivent une allocation enfants représentant alors un quart de leurs ressources totales!
c'est pas pareil que les 7% ou moins de revenus reçus sous formes d'allocs familiales par les familles les plus aisées... les recevant encore...
c'est le principe simple que quand on fait appel à la solidarité on ne demande pas à ceux qui n'ont qu'une chemise de la donner, mais à ceux qui en ont plus que de jours dans la semaine...

c'est quoi la solidarité? les plus pauvres doivent subir davantage de privation par solidarité avec les plus riches, qu'on va élégamment appeler "moins pauvres"... je ne comprends pas le sens de ce billet...
oui bien sûr, bientôt ceux qui le peuvent devront parce qu'ils le pourront, être solidaires avec la base de la pyramide qui leur permet d'être de l'élite.
un juste retour de choses dans ce système injuste qui veut qu'on ne paie pas au mérite mais à la lignée, au népotisme, à l'héritage, à la chance, à ceux qui n'ont pas à démarrer leur vie par des études à crédit, à ceux qui héritent d'un logement, d'un patronyme et ont quelques inégalitaires et néanmoins légitimes avantages à la naissance...
ce n'est pas une histoire d'être de gauche ou de droite
mais les dépenses ne sont pas faites par les pauvres, elles sont décidées par les riches
et ce ne sont pas les aides sociales réunies qui font les dettes pharaoniques de l'état, mais les mauvais calculs collectifs, les emprunts privés depuis 1973 merci à la génération giscard d'avoir donné le droit aux banques de prêter aux états, depuis nous remboursons des intérêts et la démocratie n'en est plus une, nos prêteurs décident pour nous.
les aides sociales sont pécadilles dans les dettes de l'état, mais le geste ici proposé donne le ton de la responsabilité solidaire des plus aisés...
il faut arrêter de faire son calimero quand on fait partie des 13% d'ayants droits les plus à l'aise...
on note qu'on touche des allocs jusqu'à des plafonds plus que confortables!!!
non évidemment on ne paie pas sa baguette en proportion
mais justement!!
en quoi c'est un argument!
on a tous les mêmes besoins, et le socle de nos besoins vitaux nécessite que les allocs complètent pour certains et pas pour d'autres.
faut pas exagérer, avec 6000 on en n'est plus à choisir sa baguette au prix, mais à choisir sa baguette à la qualité! ça fait longtemps que les enfants portent des marques et que la question ne se pose plus de savoir si on va pouvoir passer chez l'orthodontiste ou renouveler les lunettes... à moins d'être mauvais gestionnaire!

un loyer dans un même quartier ne passe que rarement du simple au double à surface égale, alors qu'un revenu d'ayant droit lui peut passer pour deux enfants par ex du simple au quadruple avant de perdre ses droits... on voit bien que la proportion des aides est injuste...
mais nécessaire car elle motive déjà bien à travailler plus... à travailler en tous cas!! malgré la pénurie d'emplois dignes de ce nom.
et ça restera plus avantageux de gagner 7000 sans allocs que de toucher 1500 de salaire + 400 d'allocs! à nombre d'enfants égaux.
on reste privilégié et les enfants aussi!!

il me semble évident que le problème ici n'est pas de combler une dette colossale, mais de dire à tous ceux qui ont tout acquis et pu profité grâce à ce système de dettes colossales, qu'il est temps de réserver la solidarité au bas de l'échelle

je ne comprends pas que ton analyse sur la proportionnalité te conduise à penser qu'il est injuste de baisser ici et pas là... tu oublies la notion de socle, qu'on appelle seuil de pauvreté
en-deça duquel, on ne se soigne plus, on ne mange plus varié et on ne paie plus rien qui se rapporte à la culture, à l'éducation complémentaire, ou aux loisirs, vacances, accessoires... le logement même est alors en péril
tandis que ceux auxquels on envisage de baisser les "aides" ne tailleront pas dans la nourriture, les soins ou l'éducation, ça, c'est sûr....
c'est à ça que ramène la notion de proportion: commence à compter les injustices au-delà de ce socle... évalué à 900/m/personne... ça laisse pas beaucoup de marge, tu verras...

évidemment, c'est à un niveau autre que les problèmes se résoudront, il faut revenir à la souveraineté de l'état dans sa dette, c'est à lui de produire la monnaie nécessaire par plans, pas aux banques privées d'en décider!

Écrit par : mamalilou | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Les gisements de productivité ne sont pas là où nous les attendons. Certes il ne faut rien négliger mais je pense que nous pourrions "taper" dans les 70 milliards consacrés à l'importation de pétrole, de charbon ou de gaz naturel. Les écolos ne sont pas tous des farfelus, barbus, vivant de la vente de fromages chèvres. Dans les années 70 j'écoutais toujours avec passion René Dumont qui nous parlait d'une catastrophe annoncée. Elle est là ! et nous chipotons sur les allocs'. Un brillant jeune-homme a même eu l'idée de génie de remplacer les trains par des autocars, ah le con ! Tous les investissements dans les énergies propres trouvent une rentabilité, non seulement sur elles-mêmes, mais également dans ces économies d'importation...

Écrit par : Jeanmi | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Je ne ferai pas aussi long que Mamalilou dont j’approuve les propos. La mesure prise au sujet des allocations familiales me semble juste, car s'il faut faire des économies dans le budget du social, et les allocations familiales en font partie, il est normal que les ménages les plus aisés reçoivent moins qu’un ménage ne vivant qu'avec 1500 euros mensuels.
Une famille avec un bas revenu doit rogner sur l'essentiel, une famille plus aisée se privera seulement de quelques séances de ciné ou d'un renouvellement vestimentaire non essentiel, n’aura aucun problème pour les soins des dents, les lunettes etc…
Tout ce qui est décidé et voté peut être la porte ouverte sur autre chose, c’est certain, mais alors on n’entreprend rien ? bon sang il faudra bien arriver réduire les budgets ; et demander aux plus riches d’aider les plus pauvres est enfin une politique de gauche.
L’allocation de rentrée scolaire, destinée uniquement aux enfants, est une bonne prestation, basée sur les revenus, et personne n’en a contesté la modalité d’attribution car elle est juste. Bon, encore faut-il qu’elle serve uniquement à acheter fournitures scolaires et vêtements de rentrée aux enfants… et non pas à acheter une tablette ou un ordi… je verrais bien cette prestation sous forme de bons d’achats scolaires.
Pour en terminer avec les économies à réaliser, bien sûr qu'il y aurait à faire du côté de nos sénateurs, des gros fonctionnaires.... mais là... ça viendra, je veux y croire :)

Écrit par : Praline | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Enfin il y a débat, c'est un début de démocratie...j'ai vu le billet du jour et là bien entendu on reste sur ses positions avec de grosses oeillères et le leitmotiv "monterles français les uns contre les autres", alors qu'il faut simplement remettre à plat, j'approuve les commentaires de mamalilou et Praline elles ont compris que cette loi va concerner 13% des français les plus riches et ne vous leurrer pas il faut toujours une base (un butoir) mais çà s'échelonne jusqu'à ce qui perçoivent......... 200 000€ mois (exemple ent'autre nos "footballeurs" que bien sûr tout le monde critique mais s'empresse de regarder les matchs) en passant par les gros PDG de france..
Pour Jeanmi la politique "pétrolière" est mondiale il faudrait commencer à balayer devant sa porte et ne pas aller chercher sa baguette de pain en voiture (un exemple, pas spécialement vous étant destiné c'est malheureusement une généralité) c'est ce que préconise René Dumont à l'époque avec le litre d'essence à 10F il est actuellement à environ 1,45€ (çà même monter beaucoup plus) et il y a t il eu un changement ????? C'est beaucoup plus profond...pour les bus j'avoue je n'ai pas compris !!!!

Écrit par : réalité | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Je me demande qui a les œillères "monter les Français les uns contre les autres".
Je me demande si les uns et les autres ont bien compris le rôle des Allocations Familiales qui, contrairement à ce que vous semblez croire, n'est pas une aide aux plus démunis mais une aide à l'enfant qui vient de se pointer.
Qu'on pense qu'elle doit être supprimée pour être remplacée par autre chose, soit.
Qu'on la dénature en la faisant passer pour ce qu'elle n'est pas, non.
Le procès en injustice est d'autant plus stupide que remarquer qu'un PDG qui gagne 200.000 € va toucher 1000 € c'est juste oublier que si 1000 PDG touchent 1 million d'€, 15 millions de ménages touchent 37 milliards d'€.
C'est vraiment viser à côté de la cible.
C'est juste désigner un coupable à l'opinion publique et monter en épingle une goutte d'eau dans un océan d'injustices autrement réelles et importantes.

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 19 octobre 2014

Veuillez m'excuser des fautes j'ai envoyé avant de me relire..... (leurrez, monté, c'est ce que préconisait René Dumont) .......

Écrit par : réalité | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Comme je le disais vous avez une idée et ne voulait pas en démordre. Il n'a jamais était question de supprimer les allocations familiales mais de la remodeler, bien évidemment que c'est pour l'enfant, je ne suis pas seul à partager cet avis : 79% des français aussi.
Je ne monte pas en épingle un sujet, très sensible, mais une réalité la comparaison en pourcentage est évidente par rapport aux ressources......Un peu de solidarité.
Quant aux fraudeurs ils existent depuis la nuit des temps, tous les gouvernements successifs (droite ou gauche)essaient par tous les moyens de les enrayer..... Vous préféreriez peut être avoir un dictateur dans notre pays ???
Les capitaux partis à l'étranger (quelques uns sont revenus....même ceux de Cahuzac (sourires))regardez la justice dès qu'elle s'attaque à eux ??????
La retraite est le fruit de nos cotisations par solidarité sans capitalisation, vous recevez votre "dû" mais ne pouvait pas encaissez plus que vous n'avez cotisé.
Enfin pour les personnes n'ayant aucune ressource il existe le RSA, la CMU, l'aide au logement etc.... mais cela vous le savez n'est ce pas ??

Écrit par : réalité | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Je sens approcher le point Godwin...
Comme si respecter l'esprit qui a présidé à la fondation de la CAF était manquer de la plus élémentaire solidarité...
C'est vous qui avez une idée de ce que sont les Allocs et ne voulez pas en démordre.
La solidarité existe par ailleurs, et relève d'autres branches du budget global de la protection sociale.
Que ces aides soit versées par la CAF ne donne pas aux allocations familiales un autre rôle que celui qui est défini par la loi.
Si le gouvernement modifie le rôle des allocations familiales et décide que ce sera désormais une aide aux plus démunis et soumise à conditions de ressources, une loi le dira et fera désormais des allocations familiales quelque chose de différent de ce que c'était depuis 1945.
Etant légaliste par essence, je m'inclinerai.
Mais ce n'est pas le cas et les motifs avancés me semblent en contradiction avec l'esprit qui présidait à leur fondation.
Que la loi décide de la disparition de la CAF et crée un organisme qui modifie le but et le moyen de venir en aide aux uns et aux autres me paraît une bien meilleure manière de régler les choses que procéder de façon biaisée en avançant la solidarité comme raison à une modification "en douce" dont la seule raison avérée est de faire des économies.

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 19 octobre 2014

Très loin de moi l'approche du point Godwin. C'est facile de visionner à l'extrême pour avoir le dernier mot aussi je vous laisse sur votre dernier commentaire sur ce sujet.
Une seule mise au point pour les lectrices, lecteurs je ne suis ni raciste de par ce fait ni antisémite ni etc..ect essayant de faire preuve d'une grande tolérance et d'une grande solidarité mais juste.
Sans rancune..........de ma part.

Écrit par : réalité | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Cette semaine j'ai inscrit un jeune français de 18 ans qui était parti pendant les 2 dernières années en vacances dans le pays de ses parents le Sénégal... Il m'a dit avoir passé 2 ans à la plage à draguer peinard. Il n'a aucun diplôme bien sûr et pourtant pendant 16 ans on ne lui a pas interdit l'accès à la scolarité gratuite....Je lui ai demandé pourquoi il est rentré ? Il m'a dit j'ai foutu ma copine encloque, ici on va me donner de la tune...
Juste envie de pleurer....

Écrit par : pennylane22 | dimanche, 19 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

ah je note pour ma part que TU n'en démords pas
càd que tu ne contextualises pas, tu n'actualises pas ton image d'épinal...
oui, tu le rappelles,
"il fût un temps où"
et ce temps n'est plus.
force est de constater.
que ce soit dit, oui, nous démordons de cette image d'épinal!
oh pas que ça ne nous attriste pas, hein, qu'on en soit rendu à considérer lucidement qu'aujourd'hui pour la plus grosse masse, il s'agit de solidarité
et pour 13% de privilège persistant avec désormais une quasi inattendue indécence
(au pays des aveugles les borgnes sont rois!)
on rappellera utilement que tout un chacun peut refuser de les percevoir
ces allocs... c'est dire à quel point la notion de privilège et de non-solidarité volontaire
motive ce type de mesure économique: l'état tranche simplement le seuil de solidarité à la charge d'un plafond qui n'en a pas la conscience volontaire donc...

en temps de crise il ne s'agit pas de donner sans regarder des bons points ou si tu veux du rab à des enfants déjà bien "gras" (l'image est discutable, pardon)
... à tous les enfants sans se soucier si c'est pour le vital ou si ça vient en plus du vital assuré par les parents, et bien au-delà même du superflu parfois? vraiment?
dont on oublie trop souvent que les parents accèdent par des comités d'entreprise encore à des bons d'achats des primes de rentrée scolaire/de noël/de vacances, 13è et 14è mois...
les parents aisés auraient-ils besoin de recevoir des bons points?
d'être félicités?
est-ce qu'on ne pourrait pas dire:
qu'ils considèrent comme privilège de payer des impôts, et de pouvoir se dispenser de revenus sociaux et familiaux... c'est une forme de reconnaissance que de pouvoir s'affranchir de tout soutien et d'être de ceux qui peuvent soutenir autrui, en laissant une part qui pourrait leur revenir encore... mais ça ne se fait pas naturellement...
qu'en dire?
les enfants de parents aisés, dont on voit sur eux, les différences de niveau de vie d'avec les autres enfants ont-ils besoin qu'on marque le coup d'avantage? quand parle-t-on alors de "privilège"... il y a des allocs qui sont un privilèges et d'autres qui sont une solidarité, tout juste suffisante... et encore, pas toujours...
un déni de réalité?

parce qu'on oublie de dire que si on veut baisser le plafond de versement, progressivement
on n'en augmente pas le montant de versement pour les toujours plus pauvres, toujours plus nombreux,... le montant restera le même que vous gagniez 1200 ou 5900/m!!
on en parle aussi?
quelle part doit rester "dans l'esprit caf" et quelle part doit devenir "solidaire"?
parce que c'est pareil avec l'aide au logement, plafonnée/indexée au montant du loyer, pareil avec les aides à la naissance, à la mère, à la petite enfance... une part solidaire, une part égalitaire...
oui, on est loin de l'esprit de la CAF bisounoursement présenté tel: quand il faut serrer la ceinture, on aide les plus pauvres, il ne s'agit pas de monter les uns contre les autres
mais d'élever les uns à élever les autres!!

oui on a galvaudé depuis longtemps le sens même des allocs depuis que le pouvoir d'achat ne permet plus au revenu moyen d'assurer le minimum vital à ses enfants, depuis que l'état peine à aider vraiment la masse toujours grossissante de pauvres...
rajouter du beurre sur la crème et des cerises sur le gâteau, l'état ne le peut plus
"l'esprit de la CAF"... est un luxe hors de prix et hors d'exemplarité...
comment l'état qu'on veut "paternel" peut donner l'inflexion nécessaire sans montrer l'exemple des choix à faire, les priorités, sans distinction de domaine, ...
il n'y a pas de petites économies à ce stade...
il ne doit pas y avoir QUE des petites économies non plus, et ça faudra y veiller!!! parce que là, je serais moins conciliante!!!
non, sérieux, on attend le lourd avec impatience, le plus gros des mesures... c'est sûr...
les gouttes d'eau font les petits ruisseaux... qui font les grandes rivières...
qui se jettent dans l'océan de toutes les mesures prises et à prendre

enfin, oui, il y a d'autres aides, il est vrai... et là aussi, on rencontre le fameux point...
quand les aides dissuadent-elles de travailler, ou quand la multi-carence d'accessibilité à l'emploi légitime-t-elle un soutien énorme et à quelles conditions d'accompagnement à la sortie de crise d'économie du ménage?

en sus, on pourra profitablement aborder un jour la manière de soutenir les familles, plus ou moins pauvres, la manière d'accompagner le retour à l'emploi, la dissolution des familles, la scolarisation (oui des tickets par ex, des bons ciblés sur l'alimentation fraîche, sur le logement, sur les affaires scolaires etc...)... il ne s'agit pas que de "donner", "donner combien" et "donner à qui"... mais "donner comment" et "donner pourquoi", oui
le pourquoi aujourd'hui c'est bien la solidarité et le désendettement
l'effort de ceux qui peuvent encore, quand d'autres ne peuvent plus du tout...

merci pour cette page de partage, de discussion, un travail collectif de réflexion sur notre doux pays, oui, doux malgré tout... n'oublions pas...

Écrit par : mamalilou | mardi, 21 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce débat intéressant . J'aurais aimé y mettre mon grain de sel mais mon vocabulaire étant assez limité , je me suis abstenue .
Les commentaires des uns et des autres m'ont passionnée . Merci encore de provoquer ce genre de discussion .

Écrit par : Boutoucoat | mardi, 21 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire