Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 octobre 2014

Horaires divers

Vous savez toutes, lectrices chéries, l’appréhension qu’éprouve Heure-Bleue dès qu’il est question d’horaire.
Une exception toutefois existe.
Alors que huit Français sur dix sont exaspérés à l’idée de changer d’heure dès qu’arrive la fin du mois d’octobre, Heure-Bleue, elle, est ravie de « gagner une heure ».
J’ai renoncé, depuis que Giscard a sorti cette ânerie, à expliquer à Heure-Bleue qu’on ne lui « vole » pas une heure au printemps pour la lui rendre en automne.
J’ai tenté un moment de lui dire que non, on pouvait manipuler à peu près tout, les foules, les comptes publics, les témoins, tout ça, mais pas ça, pas le temps. On ne pouvait pas encore décaler le monde d’une heure dans l’avenir.
J’ai aussi argumenté pour lui faire admettre que si on pouvait ramener le monde au Moyen-Âge et que ça se faisait dans certains pays et que c'était en bonne voie ici, on ne pouvait pas le faire reculer d’une heure.
« Mais si » qu’elle m’a dit une fois.
« Mais non » que j’y ai dit.
« Et pourquoi ça ? On vient de dire à la radio que ça permettait d’économiser à cause de l’éclairage ! » qu’elle m’a dit.
C'est juste nous prendre pour des c...
On nous dit depuis le début que « ça économise près de trois cent mille tonnes de pétrole » ce qui est quand même une vaste foutaise parce que ça représente un tanker, soit ~0.3% de notre consommation de pétrole.
Comme, à trois ou quatre tankers près, personne n’ a jamais été fichu de nous dire combien venaient déverser leur pétrole chez nous, cette affaire prend un côté farce.
On sait bien compter les tonnes de pétrole quand elles arrivent sur une plage, mais pas aussi bien quand elles arrivent dans les raffineries…
Je ne sais quelle idée a pu traverser l’esprit de nozélites quand ils ont pondu cette faribole. A force de se partir « se ressourcer » sous des climats enchanteurs, généralement près de l’équateur, ils ont oublié que, quelle que soit la façon de s'y prendre, par ici le jour dure moins de six heures en hiver et plus de seize heures en été...
Alors le coup de l’économie à cause de l’éclairage est une carabistouille d’autant que l'éclairage intervient pour moins de 2% dans la consommation d'énergie.
Cette histoire est juste une vaste arnaque pour éviter de faire passer la France pour un ramassis d'andouilles car nous avons réussi à amener l'Europe à adopter ce truc débile.
C'était déjà un truc allemand et ils avaient perdu la guerre, alors, hein...
Une idée pareille ne pouvait sortir que du cerveau d'un enarque né en Allemagne.
Ce fut le cas...
C'est un truc débile qui, j’en suis sûr, se contente de pourrir la vie du citoyen et coûte en termes de santé publique plus que ce qu’il ne rapporte pas en termes d’économies d’énergie.
Et paf ! Pas de raison qu’il n’y ait que la radio, la télé et la presse à avoir ses « marronniers ».

Commentaires

Vivement le dernier dimanche de mars!

Écrit par : mab | vendredi, 24 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Vaste foutaise en effet. Les êtres qu'il est difficile de formater comme les bébés et les animaux le clament très forts aux changements... d'heure !

Écrit par : lakevio | vendredi, 24 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

J'aime l'heure d'hiver et tu peux raconter tout et son contraire, j'aimerais qu'on reste à cette heure, l'été on aurait qu'une heure de différence avec le soleil, les paysans râlent, eux savent...

Écrit par : heure-bleue | vendredi, 24 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Ah, non, Madame et monsieur le goût, touchez pas à mon heure d'été ! Ca me désole de voir la nuit tomber une heure plus tôt à partir de novembre, ça revient trop vite à mon goût ces changements d'heure. Et, les vieux, ça les désole encore plus, comme ma mère et ma belle-mère, obligées de fermer leurs volets à 17h. Quand vous serez vieux, vous verrez ce que c'est que vivre dans le noir pendant presque 15h. Les vieux ne reçoivent plus de visites la nuit tombée. Pourquoi ? Parce qu'on leur a dit de ne pas ouvrir leur porte à des inconnus la nuit tombée, fusse t-il le facteur avec ses calendriers, les pompiers, le président en personne.
Sur ce, je vais profiter encore une semaine de mes heures d'été. Aujourd'hui, même d'ailleurs, j'ai envie d'en profiter, le soleil luit, la température, contrairement à hier, est douce.
- chéri, parait qu'on va changer d'horaire la semaine prochaine, j'ai envie d'aller en montagne prendre des photos, tu viens ou tu viens pas ? Si tu viens, tant mieux, si tu viens pas, tant pis.

Écrit par : juliette | vendredi, 24 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Bien d'accord avec toi sur le ridicule des économies d'énergie engendrées !
Par contre, j'ai toute ma tribu à déjeuner dimanche, je vais avoir une heure de plus pour concocter mon repas ! ben si, puisque suivant mon horloge biologique je vais me lever comme d'hab mais il sera une heure plus tôt :))

Écrit par : Praline | vendredi, 24 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Le plus genial c'est quand on ne se rend compte que le lendemain du changement d'heure, c'est-à-dire quand on arrive trop tot ou trop tard au boulot (si, si, cela m'est arrivé ! )

Écrit par : Ckan | vendredi, 24 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Encore un truc pour nous épuiser, nous abîmer, nous deboussoler un peu plus....

Écrit par : pennylane22 | vendredi, 24 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

L'heure d'hiver m'arrange , j'ai déjà du mal à me lever avant 9 h30 alors là , je vais être en forme et pas pressée . Toutefois , qu'il fasse nuit à 17 h , ça , je n'aime pas du tout , je ne sors pas la nuit !

Écrit par : Brigitte | samedi, 25 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Moi j'en ai assez de vivre l'été à l'heure allemande dont nous nous étions débarrassé avec tant de bonheur dès 1944 ! Et j'ai envie de répondre à Juliette que les vieux dans les maisons de retraite au personnel réduit sont couchés l'été à 7 h du soir après avoir dîné, volets fermés. Si j'en parle, c'est que j'ai trouvé ma mère un dimanche de Fête des Mères au lit à 18.30 h (donc à 16.30 h heure solaire) et ses persiennes baissées alors qu'il faisait encore grand jour. Embarrassées, les femmes der service m'ont expliqué qu'étant seulement deux à l'étage, elles n'avaient que ce moyen pour assurer leur tâche. Juliette ne pourrait vivre sous les tropiques où le soir tombe avant 18 h !
Je suis bien contente d'être revenue à une heure "normale" même si elle est encore en avance sur le soleil !
Gwen

Écrit par : Gwen | lundi, 27 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire