Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 décembre 2014

Une veste sans revers.

Et heureusement sans boutons...
Voulez vous savoir – bien sûr que vous voulez savoir, sinon vous ne seriez pas là, à lire ces lignes- ce qui advint par la suite ?
Eh bien, cette veste ne me désola pas tant que je m’y attendais, lectrices chéries.
J’ai revu « Maigrelette » jusqu’à ce que la rentrée universitaire se profile à l’horizon.
En réalité jusqu’à la fin de l’été. Nous nous sommes vu moins souvent, nous ne nous embrassions plus, je ne tentais plus l’indiscrétion discrète, nous étions copains, de bons copains. Il est probable que si nous n’avions pas habité loin l’un de l’autre, séparés par la Seine, nous serions devenus de vrais amis. C’est une des très rares filles qui m’a fait penser que l’amitié entre garçons et filles est possible.
Même si l’idée du dérapage n’est jamais bien loin…
Oui, quand votre amie marche devant vous à contrejour et que vous constatez que les jupes sont plus transparentes qu’elle le pense, la tentation du « café des pauvres » se fait tenace.
Cela dit, nous avons passé après cette gamelle, de bons moments. Elle m’a bien aidé à des approches qui auraient autrement été délicates sans elle.
Je n’ai jamais compris pourquoi les filles étaient rassurées par la présence d’une fille aux côtés d’un garçon qui veut les aborder.
Elles auraient dû savoir qu’on n’est jamais trahi que par les siens.
Surtout les siennes…
Mon pote lui, était trop occupé avec « Boulotte » pour que nous sortions ensemble et j’avais peu de goût pour tenir la chandelle.
Il m’est pourtant arrivé grâce à « Maigrelette » une mésaventure qui repoussa à mon anniversaire le « câlin avec tout » qui me manquait.
Il me suffira de vous dire, lectrices chéries, que la solitude me pesait.
Je prêtai pas, du coup, une attention suffisante à des détails qui auraient dû me sauter au yeux.
Une fille, plutôt bien faite, qui ne plaisait pas à  « Maigrelette » qui m’avait gentiment aidé à l’aborder, sembla sensible à mes fariboles était sur le point de se laisser circonvenir.
C’est un mauvais souvenir.
Nous étions au cinéma quand elle se laissa prendre la main –oui, ça commence toujours comme ça- et fut prête à se laisser embrasser.
Je n’allai pas jusqu’au bout. Même son prénom m’est sorti de l’esprit. Je me suis penché sur elle et me suis enfui.
Ne me traitez pas de dégonflé. Je veux bien être particulièrement excitant mais qu’auriez vous fait si l’objet de votre convoitise s’était mis à exhaler un parfum genre « saut-du-lit-post-nuit-très-animée » ? Hmmm ? Qu’auriez vous fait ?
Ah ! Vous le savez ! J’en étais sûr ! Je vous vois tordre le nez d’ici.
« Maigrelette » me dit plus tard :
- Ça, j’aurais pu te le dire, que cette fille n’était pas nette…
Puis, plus grossière :
- Et tu l’aurais vu aussi si tu avais regardé son cou au lieu de regarder ses fesses mais t’étais tellement pressé…
Bon, en vrai elle a dit « son cul »...
Non, la vie n’est pas toujours simple.

Commentaires

Une haleine de chacal, des striures de crasse dans le cou, ça laisse imaginer l'état des parties intimes cachées... beuuuuuurk !! mdr !

Écrit par : Praline | vendredi, 05 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Elle n'avait pas mauvaise haleine. Bon, le cou je n'avais pas remarqué.
Mais c'est surtout...

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 05 décembre 2014

Oooooh ! pouaaaah ! j'avais pas compris ou plutôt mal lu entre les guillemets ! je tords le nez et je ris !

Écrit par : Praline | vendredi, 05 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

C'est très agréable les amitiés fille-garçon.

Écrit par : mab | vendredi, 05 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Il y avait aussi des garçons qui puaient et cachaient la crasse de leur cou sous un foulard... Impardonnable.

Écrit par : lakevio | vendredi, 05 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

elle ne se lavait pas ? Beurk !!!

Écrit par : liliplume | vendredi, 05 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

c'était une vraie copine! Elle avait raison et ne te l'avait pas envoyé dire !!!!!!

Ce coup-ci, se serait vraiment amusant qu'elle tombe sur ton blog !

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 05 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Les détails sont importants ;-)

Écrit par : livfourmi | samedi, 06 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire