Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 janvier 2015

Faites sauter la banque !

Elle m’a eu ! La lumière de mes jours m’a eu !
Je viens de changer le tube de dentifrice…

Une autre m’a eu.
Ma banquière.
Plus exactement les services informatiques de la banque.
Je les avais pourtant prévenus : Toute suppression d'un bug que personne n'a remarqué et ne dérange personne entraîne immanquablement trois bugs qui emmerdent tout le monde.
Vous croyez qu'ils ont écouté un habitué des bugs ?
Que nenni, lectrices chéries, que nenni...
J’ai donc été obligé d'envoyer un poulet de bon matin à ma banquière préférée.
Poulet dont je vous donne ici la teneur, lectrices chéries.

Bonjour Madame,

je vous souhaite tout d'abord une excellente année 2015.

Néanmoins... Néanmoins, Madame...
L'examen de mon compte montre hélas que le fonctionnement de la nouvelle version du logiciel qui est censé me permettre d'en suivre l'état au jour le jour est plus fantaisiste que prévu...

Après m'avoir montré hier après-midi que les pensions versées par les organismes de retraite avaient été versées, puis permis de retirer 60.00 € d'un DAB, il a refusé un paiement Visa au mini-market de mon coin, ce qui a vidé mes poches des 60.00 € que je venais de retirer...

Les comptes, arrêtés hier au 2 janvier, sont ce matin arrêtés au 31 décembre de l'an dernier…
Je me retrouve donc ce matin, les poches vides, un rendez-vous à Paris et un solde de compte bancaire approximatif...

Nous vivons essentiellement avec des automates pour assurer les paiements, que ce soit pour les achats quotidiens, les impôts, l'énergie, le logement et les transports.
Je crains dès lors que  la bévue d'un informaticien malhabile nous laisse un jour morts de faim devant la porte d'un logement où l'énergie aura été coupée depuis un mois tandis que des mois de retraites se promènent dans les limbes de vos bases de données...

Voilà ce que je tenais, Madame, à vous signaler.

Le-Goût.

Je ne résiste jamais au plaisir d’émailler mes courriers à des monstres froids assoiffés de pognon,  de ces enluminures de la conversation qui rendent, je l’espère, un peu moins tristes ces lettres aussi chiantes qu’indispensables.

Commentaires

Je crains que ton humour et ton style ne tombent à plat

Écrit par : mab | samedi, 03 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Je n'ai aucune illusion sur l'accueil de mon message.
Au moins ça m'amuse, c'est déjà ça.

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 03 janvier 2015

Bien du courage en ce samedi matin pour écrire à... un mur ! Mais je suis comme toi, tout le plaisir est dans l'écriture et l'imagination de la tête de la lectrice...

Écrit par : lakevio | samedi, 03 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

qu'en termes choisis ces choses là sont dites! ....... juste pour le plaisir de celui qui les écrits !!!

Écrit par : emiliacelina | samedi, 03 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

J'ai un différend avec ma banque en ce moment... je les inonde de mails, suivis de peu d'effet mais comme tu le dis on se fait plaisir... mais surtout je râle après eux et je les menace de changer de banque, ce que je ferai s'ils ne m'entendent pas. Ils sont tous pareils mais au moins je leur montre que j'en ai marre d'être pris pour une pigeon. Déjà, depuis quelque temps, je ne laisse que le nécessaire sur mon compte, je retire.

Écrit par : Praline | samedi, 03 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

le seul moyen est de se rendre sur place, je le crains

Écrit par : liliplume | samedi, 03 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Et quand tu as affaire à une plate forme c'est horripilant , ce n'est pas du progrès ça !

Écrit par : Brigitte | samedi, 03 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

J'ai, peur hélas, très cher ami, qu'elle ne comprenne guère la teneur de votre message, ainsi fleuri....

Écrit par : pennylane22 | samedi, 03 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire