Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 janvier 2015

Pendant que les paons dorent…

Que de progrès depuis cette époque, lectrices chéries ! Non ?

« Dans les banlieues déshéritées, règne une terreur molle. Quand trop de jeunes ne voient poindre que le chômage ou des petits stages au terme d'études incertaines, ils finissent par se révolter. Pour l'heure, l'État s'efforce de maintenir l'ordre et le traitement social du chômage évite le pire. Mais jusqu'à quand ? Aucun désordre n'est à exclure quand les rapports sociaux se tendent.
Ne laissons pas notre pays éclater en classes et en castes, avec des dignitaires arrogants, des parias désespérés et un peuple déresponsabilisé »

Voilà donc ce qu’écrivait Jacques Chirac en janvier 1995dans son bouquin «  La France pour tous ».

Pas de doute, on aurait dû l'élire Président, on n'en serait sûrement pas là...
Bon, il fut élu et manifestement, pas plus lui que les deux suivants ne se sont occupés d’autre chose que de l’élection suivante et de bidouiller leurs frais de campagne…
Grâce a tous ces efforts démesurés pour éviter de faire quoi que ce soit, non pour régler le problème mais pour éviter de froisser « les marchés » nous sommes face à diverses vagues de haine ou de détestation de son compatriote.
De celui qui est trop « petit blanc » ou trop « gaulois » à celui qu’on pense trop basané ou trop juif pour être un « vrai Français ».
Encore un effort et on verra une réaction acceptable dans le tabassage de juifs dans un square ou « l’accompagnement dans le local technique de la RATP » du rebeu, comme au bon vieux temps de la guerre d’Algérie.
Pourquoi vous parlais-je de ça, lectrices chéries ?
A cause de l’anniversaire de la libération des camps de concentration.
Je ne sais pas si j’y suis sensible parce que né peu après cette « libération ».
J’ai mis des guillemets à « libération » parce que mon beau-père avait été « libéré » par les troupes russes et en a gardé toute sa vie un souvenir ému au point de promettre régulièrement à ses trois filles de les tuer si la Guerre Froide se transformait en guerre chaude et que les Russes se pointaient vers chez lui.
Il faisait assez peu confiance à l’armée française pour les arrêter.
Donc, j’y suis sensible et à l’écoute des réponses de jeunes gens et jeunes filles d’aujourd’hui, pourtant en 1ère ou en Terminale à propos de ces camps, je suis un poil effrayé.
Que beaucoup ne sachent pas vraiment de quoi il retourne est une chose.
Que d’autres, fervents adeptes de la théorie du complot, ce machin qui apporte des réponses simplistes à des questions qui ne le sont pas, prétendent, au choix que « ils ne l’ont pas volé » ou « c’est même pas vrai ».
Assorti de l’habituel « ils ont tout l’argent », oubliant que les premières fortunes du monde sont arabes, mexicaine ou chinoises.
Ou bien « C’est vrai quoi, ils mènent le monde », ce qui à mes yeux montre qu’ils suivent plus volontiers C. Hanouna que Planète Histoire ou Arte…
« Il n’y a pas de fumée sans feu ! » disent ils à propos de tous les méfaits qu’on prête aux uns et aux autres.

On devrait se méfier, d’ici qu’un leader d’opinion remarque qu’après tout « s'il n'y a pas de fumée sans feu, il n’y a pas de feu sans four » il n’y a pas des kilomètres…

Commentaires

Mais il y aussi tous ces jeunes que l'on emmène visiter les camps, ils en sortent bouleversés et en seront marqués à vie, du moins je l'espère.

Écrit par : mab | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Lors d'un sondage de rue à Berlin beaucoup de jeunes ne savaient pas exactement qui était Hitler.

Écrit par : Zazie | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Les âneries à la télé ne vont pas arranger les choses , fesse-bouc non plus , et un livre , c'est quoi ? Si déjà la plupart mangeait autour d'une table ensemble avec leurs parents , il y aurait peut-être plus de débats , la famille a sa part de responsabilité aussi dans ce bourbier .

Écrit par : Brigitte | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

A l'époque des fake, des hoax, des rumeurs, des complots de toutes sortes, que deviennent les réalités historiques ?... Ah, c'est vrai, l'enseignement de l'Histoire a aussi beaucoup changé... Et ce n'est pas une rumeur, c'est mon beau-frère qui le dit : il est prof "d'histoires"...

Écrit par : lakevio | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Les constats ça ils savent les faire ! Prendre des mesures efficaces c'est autre chose !

Écrit par : pennylane22 | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Constat affolant, en effet.

Écrit par : livfourmi | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Et oui, entre promettre et tenir, il y a un gouffre.
Entre vouloir se faire élire en promettant monts de merveilles et tenir ses promesses, y'a un pont facile à franchir pour nos énarques. Une fois dans la place, ça se rend compte que, finalement, ce n'est pas facile de rendre tout le monde heureux. Ces présidents se rendent compte qu'il y a plus puissant qu'eux, le monde de la finance, le monde du fric, ceux qui ont les plus belles bourses.
Tu sais, Mr le goût, quelles seront "les prochaines victimes" de cet affolement général ? Et bien, bien malin celui qui peut le dire. Ca peut venir de n'importe où et frapper n'importe qui, juif, arabe, gentil français de souche...Tiens, pourquoi la menace ne viendrait-elle pas des chinois ? J'ai écouté ce midi mr le ministre leur faire les yeux doux. Leur dire qu'en France, ce n'était pas si difficile que ça de licencier, qu'ils n'avaient pas à avoir peur d'investir en France, qu'on les aidera à calmer les plus récalcitrants, qu'on clouera le bec aux syndicats, qu'on travaillera bientôt tous le dimanche en France... que bientôt, on aura maté tout le monde. Notre 1er ministre s'y emploie, il veille sur nous. Il suffira juste d'avoir l'art et la manière. Pourquoi pas avec le bâton ! Ils en prennent bien le chemin nos édiles à baisser leur pantalon.
Parce qu'incompétents à résoudre le problème du chômage, ça se tourne vers des puissances où le respect de l'être humain veut encore dire quelque chose.
Ca parade, ça fait sembler de pleurer sur des pauvres victimes, et ça continue à manger à tous les râteliers.
Les français, nous ne sommes que des pleutres....comme avant la guerre de 39-40 !!!!!!!!!!!!

Écrit par : juliette | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

tout cela est bien inquiétant

Écrit par : liliplume | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

réaliste ta note! Mais elle me plombe ma soirée! Mais, bon, on ne peut pas t'en vouloir de poser le doigt où ça fait mal !

Écrit par : emiliacelina | samedi, 31 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

avant nous avions les anciens pour nous remettre les idées en place et nous faire quelques piqûres de rappel mais maintenant qu'ont ils ???........ de vieux soixante-huitards décalés qu'ils doivent surveiller ???

Écrit par : maevina | dimanche, 01 février 2015

Répondre à ce commentaire

Ben oui, Mae, on n'a pas eu la chance de faire la guerre pour faire des piqûres de rappel...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 01 février 2015

voila et on n'a pas connu les tickets de rationnement !!

Écrit par : maevina | dimanche, 01 février 2015

Écrire un commentaire