Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 février 2015

Le jardin des piqûres…

La « libraire » qui a certainement montré quelques lacunes dans l’ignorance pour se faire embaucher chez notre libraire préféré du XXème m’a rappelé le fou-rire qui nous avait frappé, Heure-Bleue et moi à l’écoute de la radio, il y a très longtemps.
C’était encore l’époque où les « speakers » devaient avoir, à défaut d’un grand savoir, une élocution parfaite, le style oratoire qui eût dû leur faire décrocher un rôle au Théâtre Français.
Ce ton terriblement compassé et sérieux qui prête plutôt à sourire.
France Inter usait de ces speakers dès qu’il était question de musique et de théâtre classiques.
Un soir donc, où pris d’une subite envie de culture nous écoutions la radio au lieu de nous livrer au stupre, nous écoutions religieusement le type annoncer la pièce qui serait donnée incessamment.
Et c’est là que nous avons fait tressauter le lit pendant de longue minutes.
Mais non, pas ça…
Le rire, lectrices chéries. Le fou rire inextinguible qui nous a saisis en entendant le « speaker » annoncer de sa voix grave et de son ton compassé « Nous avons ce soir le plaisir de donner «  On ne badine pas avec l’amour d’Alfred ».
Il termina gravement après un silence par « de Musset »…
Rien qu’à y repenser, ça égaie ma journée…

Commentaires

:D :D :D !!! C'que c'est drôle!!!

Écrit par : Rosalie | lundi, 09 février 2015

Répondre à ce commentaire

pauvre Alfred ! on ne badine pas comme ça !!!!

Écrit par : maevina | lundi, 09 février 2015

Répondre à ce commentaire

M'enfin, l'amour d'Alfred est sûrement très sérieux !
Musset, lui, a dû en pleurer !... De rire, j'espère !

Écrit par : Lakevio | lundi, 09 février 2015

Répondre à ce commentaire

Tiens ce n'est plus une plaisanterie ?

Écrit par : Ckan | lundi, 09 février 2015

Répondre à ce commentaire

Vous avez l'humour badin !

Écrit par : Praline | lundi, 09 février 2015

Répondre à ce commentaire

:))))))))

Œuvre également connue sous le titre "Les malheurs d'Alfred".

Écrit par : Karine | lundi, 09 février 2015

Répondre à ce commentaire

il a marqué un temps d'hésitation ... peut-être qu'il a d'abord pensé à Alfred ...Hitchock!!!! Mdr !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 09 février 2015

Répondre à ce commentaire

J'avais pourtant laissé un mot hier?
Ah le titre, tu devrais faire une compile.

Écrit par : mab | mardi, 10 février 2015

Répondre à ce commentaire

Pauvre Alfred!

Écrit par : livfourmi | mardi, 10 février 2015

Répondre à ce commentaire

rien de meilleur qu'un fou rire ! Ca détend aussi bien que l'autre occupation à laquelle tu fais -graveuleusement- allusion !

Écrit par : liliplume | mardi, 10 février 2015

Répondre à ce commentaire

Le rire est bienfaisant qui souvent déclenche une autre activité bienfaisante qui elle aussi fatigue les ressorts du lit

Écrit par : marie-madeleine | mercredi, 11 février 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire