Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 février 2015

Ça fait chorus quand c’est coruscant…

Oh ça ! Pour scintiller, ça a scintillé, lectrices chéries.
Pourquoi donc cette entrée en matière ?
Pas seulement pour pousser Mab à admirer le titre de ce billet. Non.
C’est qu’après avoir remarqué hier dans la vitrine d’une boutique de brocante de la rue de Saussure une petite fiole m’est revenu un souvenir qui prouve que les visites médicales à l’école n’étaient pas d’une fiabilité à toute épreuve.
La petite fiole était une bouteille de « Roja Flore », cette « brillantine » célèbre dans les années cinquante.
Et qu’avait donc cette bouteille pour attirer mon attention ?
Eh bien elle m’a servi, en pension chez mes fous.
Un jour, le Frère tortionnaire habituel est passé dans les classes des « petits » pour nous annoncer que « lundi il y aurait visite médicale » et que nous devions absolument amener avec nous une petite bouteille dans laquelle il y aurait un peu de notre pipi.
Comme d’habitude, j’étais convié à rester pour tenir compagnie à quelques compagnons d’infortune, cloués là que nous étions pour « conduite déplorable » ou « mauvais esprit ».
Le lundi, après un réveil somme toute agréable dans un dortoir quasiment désert, j’ai fouillé dans ma valise planquée sous mon lit quand le Frère nous a rappelé qu’il y avait visite médicale.
J’en ai sorti la petite bouteille de « Roja Flore » que j’avais amenée dans un but incertain, sans doute une ânerie, et l’ai mise dans la poche de ma blouse.
Bleue la blouse, et à col « mao » rouge. La honte… mais je vous en ai déjà parlé.
Quand les autres sont arrivés de chez eux, nous avons tous été réunis dans la cour.
Je sais maintenant pourquoi la visite avait lieu au printemps bien engagé.
C’est parce que la cour était plantée de tilleuls censés calmer les enfants, ça ne marchait pas vraiment mais ça sentait bon. Si bon…
On nous a mis en rang. Les grands sont sortis les premiers. Ils ont commencé à ficher la trouille aux plus petits en leur racontant à voix basse des trucs du genre « faites gaffe, ils y vont avec des grands couteaux et ya du sang partout ! »
C’est là que j’ai regardé la petite bouteille d’eau de Cologne de mon copain A.
Je vous en parlerai une autre fois, il m’a laissé une impression pénible et décevante un jour.
Mais bon, c’était mon copain parce qu’il était petit et que je l’avais défendu quand on l’avait embêté.
J’ai donc regardé sa petite bouteille et je me suis rappelé d’un seul coup que la mienne était dans ma poche. Vide. Désespérément vide.
La sienne était pleine.
Je lui ai dit « passe moi de ton pipi, j’ai oublié de faire pipi dans ma bouteille ! »
On a regardé si le Frère ne nous voyait pas.
On a aussi vérifié que pas un fayot ne nous surveillait.
Il a fait couler de son pipi dans ma petite bouteille de « Roja Flore ».
Des gouttelettes scintillantes sont tombées par terre. Certaines avec un vif éclat dans la lumière du soleil.
L’étiquette avec mon nom, ces petites étiquettes bordées de bleu qu’on met sur les livres, tenait mal mais bon…
On a su plus tard qu’on « avait tous eu bon à l’analyse ».
Les vitrines de brocante ont de ces vertus parfois, lectrices chéries…

Commentaires

Tu me donnes une idée, quand Maky devra faire une analyse d'urine on fera comme les cyclistes pour les contrôles anti dopage.

Écrit par : mab | mercredi, 11 février 2015

Répondre à ce commentaire

ce n'est plus frères de sang mais frères de pipi !

Écrit par : maevina | mercredi, 11 février 2015

Répondre à ce commentaire

heureusement qu'on ne lui a pas trouvé une maladie, tu aurais été démasqué vite fait après une rapide enquête

Écrit par : liliplume | mercredi, 11 février 2015

Répondre à ce commentaire

la brillantine "Roja' était plutôt parfumée! Le père de Robert disait que ses fils sentaient la 'Gonzesse"!
alors, pour la petite bouteille d'urine le contrôle des docteurs n'étaient pas bien sérieux!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 11 février 2015

Répondre à ce commentaire

Ils prenaient bien soin de vous, tu vois ! Et tu les traites de fous !

Écrit par : pennylane22 | mercredi, 11 février 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire