Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 février 2015

Ça s’ignorait mais je vis avec mon temps…

Faut pas croire, lectrices chéries, mais ce n’est pas parce que j’utilise le passé simple et parfois l’imparfait du subjonctif même avec les verbes les plus foutraques du troisième groupe que je suis resté à l’époque des carrosses.
Donc, vous disais-je, je vis avec mon temps.
La preuve ? Tout à l’heure Heure-Bleue et moi allons à l’Hôtel de Ville de Paris voir l’expo des clichés de l’agence Magnum.
C’est moderne, ça.
Plus en tout cas que la dernière loi en discussion à l’Assemblée.
Il y a de bonnes chances en effet, si l’on peut dire, pour que le mois de février 2015 voie voter une loi qui renvoie le travailleur ante 1906.
Année 1906 qui vit voter une loi dite « loi Falloux » qui instaure le repos dominical.
J’ai entendu ce matin un député de droite exprimer son opposition à cette loi avec des accents qui m’ont fait penser à Jaurès tandis qu’une députée PS, censément « socialiste » a défendu la loi Macron avec des arguments piqués à Sarkozy.
« Le dimanche est le jour où l’on laisse les soucis au travail et où l’on se consacre à sa famille, à la culture et aux loisirs » disait l’homme de droite, insistant sur le fait que « l’on ne peut décemment pas passer toute sa vie au travail ».
La femme de gauche, elle, commençant par miser sur l’antagonisme entre Paris et la province, osait « Pourquoi Paris nous obligerait, nous, les campagnards, les ploucs, tout juste bons à arpenter les supermarchés, nous nous priverions de ces promenades dominicales ? »
Elle continua, se plaçant à présent du côté des employés avides selon elle de liberté, par « j’exige la liberté de faire ce que je veux de mon temps ! Qu’on ne vienne pas me dicter ce que je dois faire de mon dimanche ! Pourquoi pas ensuite de mon lundi ! Si je veux travailler plus… »
Elle a dû se rendre compte qu’elle allait ajouter « pour gagner plus » car elle a cessé…
Du coup, Bruno Lemaire, invité de France Inter a plus tard surenchéri sur « le code du travail qui était une entrave, démoralisait les chefs d’entreprise, etc. »
Oubliant d’un seul coup lui aussi que le Code du Travail salement détricoté depuis plusieurs années, était bien plus contraignant il y a des décennies et qu’il s’était mis à gêner les chefs d’entreprise quand ils se sont aperçus qu’ils gagnaient plus en payant moins comme le montraient des produits fabriqués par des esclaves.
Bref, on n’a pas encore une droite de gauche, mais on avance, on est déjà sûr d’avoir une gauche de droite…
Heure-Bleue et moi sommes bien heureux de ne plus travailler.
On se ferait virer, non pour fainéantise ou incompétence, simplement pour mauvais esprit...

Commentaires

Quand j'étais infirmière , j'ai travaillé 14 ans les dimanches et jours fériés , j'ai raté pas mal de choses auprès de mes enfants , mais j'avais un supplément sur ma feuille de paye , je n'avais pas le choix ;

Écrit par : Brigitte | lundi, 16 février 2015

Répondre à ce commentaire

et les interviewés qui se plaignent de la fermeture des grands centres commerciaux gâchant leur promenade dominicale ..................... le monde marche à l'envers !

Écrit par : maevina | lundi, 16 février 2015

Répondre à ce commentaire

Il a déjà été dit et prouvé que les prolongations d'ouverture des magasins n'apportaient pas plus de clients... fauchés ! On emm... juste les employés des dits magasins.

Écrit par : lakevio | lundi, 16 février 2015

Répondre à ce commentaire

Ah le titre, une merveille ! mon 2ème prénom est Simone et mon frère s'appelle Yves.

Écrit par : Praline | lundi, 16 février 2015

Répondre à ce commentaire

Tiens tu me donnes envie d'écouter tout le répertoire, rien à jeter et au moins lui il ar ti cu lait!

Écrit par : mab | lundi, 16 février 2015

Répondre à ce commentaire

Excellent, le titre !
Parfois je lis juste le titre et me fais un film en remettant à plus tard la lecture du billet .
Procrastination façon "teasing" ...
Bien contente aussi de ne plus travailler pour les mêmes raisons.

Écrit par : Michèle | lundi, 16 février 2015

Répondre à ce commentaire

a l'époque des carosses! TOI !!!! tu rigoles!
Robert a beaucoup travaillé de jour , de nuit, de week-end, c'est comme ça que l'on a fait bâtir notre maison! Mais à l'époque les heures sup étaient payées et bien payées! ça motivait ! Ce n'est plus le cas aujourd'hui !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 16 février 2015

Répondre à ce commentaire

Moi aussi je travaillais dimanche et jours fériés ...il fallait bien , ( ville balnéaire ) ... Et payées au même tarif que la semaine, et sans récupération ...c'était il y a 20 ans !

Écrit par : Francelyne | lundi, 16 février 2015

Écrire un commentaire