Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 février 2015

Le vaillant petit ailleurs…

Je ne sais pourquoi, lectrices chéries, peut-être parce que nous sommes le 17 février, j’ai eu un sommeil particulièrement agité.
Heure-Bleue m’a menacé en pleine nuit.
De je ne sais quoi exactement, peut-être de m’envoyer dormir sur le palier.
Oui, elle est comme ça, la lumière de mes jours.
On peut la troubler.
J’y suis parvenu par moments… Un moment d’inattention chez elle, sans doute…
Mais troubler son sommeil, ça, c’est une autre affaire.
Une affaire risquée.
Mais bon, la nuit est passée.
Mon Heure-Bleue préférée est en train de lire les commentaires sur sa note d’aujourd’hui, nombreux.
Je n’ose lui faire remarquer que le juif a toujours été un sujet brûlant.
Je crains qu’elle le prenne mal, vous savez combien elle démarre vite.
Elle lève la tête, me demande des « ricos » et là, à l’instant, ma Bérénice me dit :
- Tu sais que tu parles la nuit ?
- Mmmhhh…
- Je m’amuse à te poser des questions.
- Ah ?
- Oui, et tu réponds !
Je l’ai regardée, me demandant où elle voulait en venir.
- Je t’ai demandé « Tu as une maîtresse ? »
- Et je t’ai répondu ?
- Oui ! Tu as répondu !
- Ah ? Et qu’est-ce que je t’ai dit ?
- Tu m’a répondu « Pas encore… »
Elle semblait vaguement, très vaguement, scandalisée.
Pas vraiment inquiète, elle sait à quoi je ressemble, mais l’idée ne semblait pas lui plaire.
J’ai quand même répondu :
- Alors je ne devais pas être profondément endormi…
- Tu t’en souviens ?
- Non, mais je ne devais pas dormir vraiment.
- Bon…
Depuis le temps qu’on se connaît, je sais qu’elle aurait plus l’amour-propre griffé que le cœur brisé. Même, je crois qu’elle n’envisage pas la chose sans en rire…
Je me suis mis à la préparation de nos en-cas de midi.
Ça détend très bien l’atmosphère.
Sa ricoré et mon thé font ça très bien…

Commentaires

Ah, ah, ah ! Alors, HB va être servie avec mon long com...Elle en a de la chance d'avoir autant de commentaires. Est-ce qu'autant de commentaires est synonyme de talent ? Dans ce cas, ça veut dire qu'on met mes articles à ras des pâquerettes.
Mais toi-aussi, Mr le goût, des commentaires, tu n'as souvent que ton "harem" qui t'écrit...Hi, hi, là, je risque de m'en ramasser une.
Quant à parler la nuit, ça m'arrive souvent. Même que maintenant, je hurle...et moi-aussi, encore hier, je disais à mon mari à propos d'une jolie femme "de toute façon, toi, elle n'abaisserait même pas son regard sur toi. Tu n'es pas riche, plus jeune, tu n'es pas charpentier...Rien en fait. Pauvre, si, il est gentil et a tellement peur de me déplaire qu'il fait mes 36 volontés.

Écrit par : juliette | mardi, 17 février 2015

Répondre à ce commentaire

Ah, au fait, le 17 février a une connotation particulière pour toi ? Pas bonne ? Une date à faire des cauchemars ? Le jour où tu as rencontré HB ? Je rigole....

Écrit par : juliette | mardi, 17 février 2015

Répondre à ce commentaire

C'est très amusant de faire parler ceux qui parlent en dormant. J'ai parfois fait semblant de dormir pour asséner des vérités "en dormant"!

Écrit par : marie-madeleine | mardi, 17 février 2015

Répondre à ce commentaire

En fait vous parlez le jour et la nuit.

Écrit par : mab | mercredi, 18 février 2015

Répondre à ce commentaire

Je comprends que l'idée ne puisse pas lui plaire.

Écrit par : livfourmi | mercredi, 18 février 2015

Répondre à ce commentaire

La semaine dernière ma petite fille a dormi deux nuits avec moi. Elle parle en dormant... et moi j'étais en insomnie. Tout à coup, elle dit, distinctement "je quitte la ville", je lui dis "ah bon, tu vas en campagne", elle me répond "non, au désert" !!
J'aimerais bien savoir si l'on peut interpréter ça...
Ouais, si ça se trouve tu ne dormais pas vraiment !

Écrit par : Praline | mercredi, 18 février 2015

Répondre à ce commentaire

C'est beau ! Vous communiquez même en dormant !

Écrit par : lakevio | mercredi, 18 février 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire