Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 février 2015

Pas folle, la guêpe dont l’essaim m’affole…

 

Nestbau_der_gemeinen_Wespe_VIII.jpg

Finalement, malgré les rodomontades d’hier, la lumière de mes jours vacille…
Je dirais même qu’elle clignote.
Elle avait décidé hier qu’elle n’était plus malade.
Attitude volontariste qui aurait ravi à coup sûr monsieur Macron s’il l’avait su mais hélas a laissé de marbre ce salaud de virus qui, tel le morpion s’accroche à nos organismes.
Ce matin, donc, l’enthousiasme d’hier a fait place à la morosité chez Heure-Bleue.
Pourtant, tout allait bien, le type de la chaudière est arrivé à l’heure, a fait son boulot.
Je lui ai proposé un café qu’il a bu en me racontant sa vie et l’admiration qu’il a pour l’aînée de ses filles, douée pour les études.
Moins enthousiaste quand il parle de la cadette que l’école de branche pas trop.
Encore moins enthousiaste quand il me parle de l’avenir de ses enfants.
Il craint pour elles un avenir plein de pizza à livrer alors que des hordes de « bac+5 »  sont déjà sur leurs scooters.
J’en ai retiré qu’on dirait bien que les parents d’enfants de treize à dix-neuf ans craignent un avenir encore plus sombre que le leur…
Je lui ai dit que « non, vous verrez, tout finit toujours par s’arranger »
Il a répondu, en avalant la dernière gorgée de café « ouais, des fois bien, des fois mal… »
En l’écoutant, j’ai préparé le petit déjeuner d’Heure-Bleue.
Puis je le lui ai amené.
Le chauffagiste est reparti.
Heure-Bleue s’est levée.
A fait son tour sur vos blogs, lectrices chéries.
Elle n’avait pas d’inspiration.
Elle a essayé de faire une « note Mabesque ».
Pas sûr qu’elle ait réussi.
Imiter Mab n’est pas une mince affaire.
Peindre une vapeur n’a jamais été aisé.
Il y faut de l’entraînement.
Oui, lectrices chéries, lisez Mab.
Vous y passez un moment agréable et à la fin il n’en reste rien.
Si, peut-être l’idée que si elle s’arrache une main avec sa tondeuse elle dira calmement « merde ! Ma montre ! »
En attendant, ma houri qui n’aime pas que je l’appelle ma houri parce qu’elle se sent moins ardente, ne semble pas avoir le moral.
Je me demande si elle n’est pas plutôt en rogne après quelqu’un et se retient pour éviter une fâcherie…

Commentaires

tu me fais peur car je n'enlève jamais ma montre la dernière date est à mon poignet depuis 2009.

Écrit par : mab | mardi, 24 février 2015

Répondre à ce commentaire

pourvu que tu aies raison Mr G par rapport au Bac +5 ..... Bon courage et bon repos à Hb !

Écrit par : Rivka | mardi, 24 février 2015

Répondre à ce commentaire

une petite déprime n'est pas rare après un gros virus qui fatigue et pompe les réserves

Écrit par : liliplume | mardi, 24 février 2015

Répondre à ce commentaire

Je vois que tu aimerais qu' Heure Bleue te la refasse , façon cinquante nuances ! Houri , c'est une vierge , n'est-ce pas ? Je pense qu'il faut donner de l'espoir aux jeunes , sinon , ils sombrent dans un défaitisme qui ne les fait pas avancer .

Écrit par : Brigitte | mardi, 24 février 2015

Répondre à ce commentaire

Mab, il m'arrive d'aller la lire de temps en temps. C'est vrai que c'est agréable de la lire..Elle ne se perd pas comme certains blogueurs dans des circonvolutions abracadabrantesques pour parler de quelque chose (je parle pour moi, pas pour toi Mr le goût)..
Hb ne doit pas être encore tout à fait rétablie, mais, elle a toujours la gnack comme qui dirait.
Après qui elle en a ? Pas après moi j'espère. Bizarrement, quand quelqu'un en a après quelqu'un, sans dévoiler de nom, on se sent visé. Pourquoi ? Parce que, parfois, on laisse échapper quelques mots. Et, il est vrai que, quelque part, j'ai fait une allusion à quelque chose que j'avais lu je crois chez HB...
Pauvres artisans qui ont déjà bien assez de soucis avec ce que le gouvernement leur fait subir. Il faut en plus, s'inquiéter pour l'avenir de ses enfants. Mon fils étant au chômage avec son Bac+5 et connaissant ses ambitions, nous nous inquiétons un peu aussi pour lui et nous demandons s'il pourra rester dans son logement si son chômage perdure. Normalement, ses projets devaient se conclure au printemps, mais pas de nouvelles, hum, hum...Avec un loyer de 1500 euros à Paris, il faut un salaire correct.
ps : alors, comme ça, les seins de ta femme t'affolent encore ?

Écrit par : juliette | mardi, 24 février 2015

Répondre à ce commentaire

c'est certain que lorsque l'on pense à l'avenir pour nos enfants et petits enfants, il n'y a pas de quoi se réjouir! C'est même un vrai soucis !
C'est vrai aussi, que Mab a le chic pour nous pondre des notes , même lorsque elle prétend n'avoir rien à dire! Tu aurais pu parler "de peindre un nuage" plutôt qu'une vapeur! Quand on fait un compliment, on y va franchement!
D'ailleurs je trouve que HB et toi, vous débrouillez bien aussi dans ce genre de situation!!!!!

Écrit par : emiliacelina | mardi, 24 février 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire