Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 26 mars 2015

Hier, c’était Bonnard !

On est donc allé voir l’expo Bonnard au musée d’Orsay.
Bon d’accord lectrices chéries, vous vous en foutez.
Pourtant j’ai adoré les regards scandalisés des gens dans la file « visiteurs prioritaires (Réservations, amis du musée, presse) » quand grâce à mon certificat officiel de bancalitude je les ai tous « strappés », accueillis courtoisement que nous fûmes par un gardien à l’air féroce écoutant sérieusement son « talkie walkie », ce qui m’a amené à le surnommer illico « l’électro-faune ».
Ce qui ne marche qu’à l’écrit évidemment mais que voulez vous, lectrices chéries, je suis toujours à contretemps.
Au fait, vous avez vu ça ? Sa meuf, Marthe, eh ben c’était une rouquine !

 

Marthe_peinte.jpg

 

Marthe_photo.jpg


Je n’ai pas tout aimé de l’exposition mais beaucoup quand même.
Pourtant je vous assure, ils nous avaient mis de beaux nabis.
Ouais, bon…
J’aurais préféré si je n’avais remarqué chez Bonnard une tendance qui m’avait semblée normale chez Caillebotte et m'avait gêné chez Boudin.
Ce qui chez Caillebotte m’avait semblé bien, c’est qu’il était un mécène et un disciple convaincu de ceux qu’il soutenait de sa fortune.
Il avait fait de belles choses sans ce côté « je pompe » que je reprocherai plus tard à Boudin qui avait ajouté un côté un peu mièvre qui m’agace.
Bref, Caillebotte était inspiré par ses maîtres alors que Boudin était plutôt « fayot », un « laborieux »vous saisissez la nuance ?
Tout cela n’est que mon avis, bien sûr.
Pour en revenir à Bonnard, il me fait l’effet des deux précédents mais en indécis même si sa copine était une rouquine. Passant de l’impression de voir Seurat au boulot, façon « je tente le pointillisme mais pas trop » à Gauguin « fin de vie ».
Cela dit j’aime sa façon curieuse et intéressante de « faire de la perspective à plat ».
Il me fait néanmoins penser à mon père qui, dans ses dernières toiles me faisait lui aussi penser à Gauguin.
C’est là que je me suis aperçu que la « tendance flashy » et l’abus de couleurs de plus en plus vives liées à un dessin de plus en plus approximatif ne sont pas dus, comme j’ai entendu un guide le prétendre, à la tentation de convaincre que l’amour de la vie prime sur toute autre considération.
Non, je vais même vous dire le secret.
Il a frappé Gauguin comme Bonnard et bien d’autres : En vieillissant on devient mirot. Pas Mirò…
A part ça, j’ai quand même vu des choses drôles. J’ai même remarqué qu’un état de fortune satisfaisant et un handicap plus que gênant n’empêchaient pas de garder le sens de l’humour.
Vous savez quoi, lectrices chéries ? Vous vous rappelez sûrement « Un éléphant ça trompe énormément » et Claude Brasseur dans ce restaurant où il massacre la vaisselle.
Eh bien imaginez une aveugle, canne blanche évidente et pas hésitant, contemplant les allées du musée d’un regard vide mais avec un sérieux papal.
Je l’aurais volontiers plainte de tout mon cœur si je ne l’avais vue sourire avec joie à son accompagnatrice...
Je me demande encore ce matin, bien que je l’ai vue tâtonner le sol du bout de sa canne,  si ce n’est pas une farce.
Je vous raconterai aussi mais plus tard cette attaque en règle en plein bus à coups de regards étonnés, admiratifs, parfois très affectueux quand ils étaient passés en douce.
Belle tentative d’une adolescente antillaise envers un jeune garçon africain que la petite encourageait de paroles dites doucement.
Pas de changements notables dans l’espèce. Quand ça promet d’être pas mal, ce sont les filles qui sont obligées de faire le boulot…
Donc ce sera pour la prochaine fois.

Commentaires

Bon ça valait la peine d'attendre.

Écrit par : mab | jeudi, 26 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Pour de la critique , c'est critique !

Écrit par : Lakevio | jeudi, 26 mars 2015

Répondre à ce commentaire

J'y suis allée mardi, visite guidée très sympa et réussie. C'est une très belle expo, un peintre que j'aime beaucoup. J'y retournerai bien sûr.

Écrit par : Anita | jeudi, 26 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Toi tu es tombée sur un guide intéressant. Du moins convaincant. Non ?

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 27 mars 2015

au moins, tu sais de quoi tu parles Aucun doute!
J'attends la prochaine fois!

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 26 mars 2015

Répondre à ce commentaire

il y a un autre moyen de ne pas faire une queue interminable : acheter son billet pour une heure précise à l'avance. Mais s'il y a foule à l'intérieur ça gâche...

Écrit par : liliplume | jeudi, 26 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Certes, Liliplume.
Seulement voilà : Je passe devant tout le monde et je ne paie pas.
Alors...
T'avais qu'à être bancale ! ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 26 mars 2015

Ce n'est pas le Nabi que je prefère mais j'aime bien ces rousses

Écrit par : maevina | vendredi, 27 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Ah ? toi aussi ?

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 27 mars 2015

Écrire un commentaire