Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 avril 2015

J’aime bien les saindoux et les corsages mais je préfère les cornues…

De rien , Mab
Pour en revenir à cet avertissement sur la porte de la banque, je suis surpris par vos commentaires.
Ce qui est à vos yeux de l’indulgence est aux miens, plutôt « au mien », du laxisme.
J’avais déjà écrit il y a longtemps qu’il ne me viendrait pas à l’esprit de moquer l’orthographe de quelqu’un qui n’est pas allé à l’école ou qui a appris le français « sur le tas », au hasard de conversations et de la lecture des boîtes de conserve.
En revanche, quand on fait profession d’enseigner le français ou de l’écrire, le minimum exigible, s’il n’est pas d’écrire comme Balzac et Hugo ou parler comme Thiers et Danton, il est bien vu de connaître son boulot.
Avez vous déjà réfléchi un instant, lectrices chéries, à ce qui adviendrait à vos petits corps fragiles si les chirurgiens bossaient comme certains imprimeurs, journalistes ou instits ?
Et je ne parle pas des dégâts sur les  dividendes, déjà récemment mis à mal, de Lufthansa et autres compagnies si les gens d’Airbus ou Boeing bossaient comme les rédacteurs de journaux ou pire, ceux des mêmes journaux chargés des pages d’accueil sur le Web...
Sans compter votre surprise de voir votre petite lampe déconner parce qu’Areva a fabriqué ses centrales nucléaires comme Sarkozy parle…
Milky se rappelle sûrement ce qu’avait dit une caissière du supermarché de Bagnolet, confondant deux mots pour un travers familial qu’elle n’attribuait pas à la génétique.
Milky était sûre que j’en ferais une note dès le lendemain.
Une note savoureuse à coup sûr.
Que je n’ai pas écrite.

Commentaires

La derniére ligne ? Il faut la laisser en vitrine..
Article non relu, veiillez corriger vos fotes la métraisse.

Écrit par : Ckan | jeudi, 02 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Merci Ckan, c'est corrigé.

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 02 avril 2015

Intransigeante sur l'orthographe sur ceux censés être allés à l'école (en principe tout le monde dans notre pays) exception faite pour les dyslexiques qui ne font pas ce genre de fautes.
Je me rappelle de mon petit refrain : "Dans aucun il y a un...".

Écrit par : lakevio | jeudi, 02 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Ben c'est ça qu'j'ai dit.
Les rédacteurS avec un S, stplé... hahaha !

Écrit par : Praline | jeudi, 02 avril 2015

Répondre à ce commentaire

P... ! J'ai eu du pot, Ckan n'avait pas vu celle-là !

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 02 avril 2015

La génération "méthode globale" d'apprentissage de la lecture puis de l'écriture n'a pas été favorisée pour devenir championne d'orthographe.
De mon temps (oh la vieille bique) nous faisions des analyses logiques, grammaticales, nous apprenions les conjugaisons, les trucs du genre "je commence à m'apercevoir qu'apercevoir ne prend qu'un P" etc...
Il y a quelques années j'ai aidé ma plus jeune petite fille à faire ses devoirs de français, je ne comprenais plus rien à la grammaire et aux termes barbares utilisés; disparus les compléments d'objet direct, circonstanciel,etc...
Quelle époque... Ah c'est certainement "la faute aux sénateurs ou députés"... La politique est partout mes bons amis LOL

Écrit par : Françoise | jeudi, 02 avril 2015

Répondre à ce commentaire

J'aurais bien aimé lire la note que tu n'as pas écrite.

Écrit par : mab | jeudi, 02 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire