Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 avril 2015

Je suis un Sisyphe, aujourd’hui.

Aujourd'hui, sauf empêchement de dernière minute, aussi impromptu qu'inattendu voire surprenant, Heure-Bleue et moi allons, lectrices chéries, à Paris.
Nous avons rendez-vous avec une blogueuse qu'on aime.
Oui, je dis « une blogueuse qu’on aime » parce que Milky hurle de douleur si j’écris, ce qui m’arrive parfois, « la blogueuse qu’on aime ».
Elle commente avec plein de « Et moi alors ? Hein ? J’ai couché avec les Boches ? » et plein de « personne ne m’aime ».
Non, c'est pas vrai, « personne ne m’aime », elle ne dit pas, elle me connaît et elle a peur que je lui dise « ne dis pas ça, il y a plein de gens qui ne te connaissent pas encore… »
Il est vrai que « la blogueuse qu’on aime » c’est nettement plus  restrictif et peut susciter ce sentiment désagréable qui ressemble à un « pincement de cœur » et est tout bonnement quelque chose entre l’envie et la jalousie.
Eh oui, lectrices chéries, je vous sais avides de notre affection et en même temps si tentées par l’exclusivité d’icelle à votre endroit.
Rassurez vous, Heure-Bleue et moi vous aimons toutes.
Avec d’autant plus d’ardeur que c’est comme un sourire :  ça fait plaisir et ça ne coûte rien.
Enfin, je dis Heure-Bleue et moi… C’est surtout moi, équipé de naissance d’un cœur d’artichaut de trois tonnes car Heure-Bleue est bien plus regardante sur ses sentiments, elle n’aime pas si facilement.
Surtout, comme Mab, elle ne le dit pas comme ça, à tous vents.
Mais que voulez vous, j’aime, je suis comme ça.

Ah… Où en étais-je et où voulais-je en venir ?
Ah oui ! Nous allons à Paris déjeuner avec cette blogueuse qu’on aime, dans un coin que j’ai longtemps arpenté d’un pas plus alerte qu’aujourd’hui.
Et je devrais avoir des choses à vous dire demain.
Peut-être même à vous chuchoter. C’est pas chouette, ça ?
Vous avez vu comme je peux être saoulant de bon matin, lectrices chéries ?
Bref, tout ce délayage, c’était pour vous dire :
« On va à Paris, je vous raconterai tout ça demain. »
Tant de mots pour dire si peu.
Je vais pouvoir faire « speaker » à la radio…

Commentaires

Je vais chez l'épicier en fait chez le pharmacien.

Écrit par : mab | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

ben ce matin, je suis allée à la pharmacie et prendre de l'essence !!

Écrit par : maevina | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Moi, je ne bouge pas, je ne vais nulle part, et ça commence sérieusement à me peser.
Bonne journée.

Écrit par : Berthoise | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Alors il va nous falloir attendre jusqu'à demain pour lire qu'avec votre blogueuse bien-aimée vous êtes allés en repérages vers votre futur logement ? C'est bien ça, non ? J'ai hâte d'avoir un jour de plus !

Écrit par : mia | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Alors?

Écrit par : livfourmi | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Tes réflexions matinales, c'est un peu comme le chant grégorien: l'important, ce n'est pas ce qui est dit, c'est la mélodie.

Écrit par : muse | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

alors,,,,, A demain!!!!!!

Écrit par : emiliacelina | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

on patientera...

Écrit par : liliplume | mardi, 07 avril 2015

Répondre à ce commentaire

J'adore le commentaire de Muse!

Écrit par : marie-madeleine | mercredi, 08 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire