Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 juin 2015

Là où y a de la hyène, y a pas de plaisir !

Nous allons probablement passer une journée avec une blogueuse qu’on aime dans le courant de la semaine prochaine.
Il était fortement question qu’on l’emmenât manger un döner.
Mais un döner « assis » cette fois et toujours dans le XVIIème.
Chez un Turc.

Heure-Bleue en avait décidé ainsi.
Je sais bien quant à moi que parmi les meilleurs, il y a celui de la Porte Saint Denis.
Mais « ce que femme veut, dieu veut » comme dit ce dicton qui a tant fait pour la misogynie et l’avancée de l’islam rigoriste dans le monde…
Aux dernières nouvelles ce serait finalement un pèlerinage au Quartier Latin.
On va encore s’user les semelles et les jambes à courir après nos dix-huit ans…
Ah ! J’allais oublier de vous raconter, lectrices chéries, comment on m’a fait un compliment.
Plus exactement comment on a cru me faire un compliment.
Mais j’ai peut-être l’esprit mal tourné…
Voilà, un soir dans la semaine, il y a peu, très peu, Heure-Bleue et moi attendions le bus pour revenir à la maison quand c’est arrivé.
Nous rapportions chez nous les ingrédients du repas du soir.
Comme je posais les plats sur la table, en papotant comme d’habitude, j’ai raconté à Heure-Bleue ce qui s’était passé quand nous sommes montés dans le bus.
Sur le banc de l’abribus, était assise une jeune femme, à son côté une petite fille que sa grand’mère tenait par la main.
La petite fille tenait de sa mère qui elle-même tenait de la grand’mère.
Une jolie petite fille donc, avec une jolie maman et une mignonne grand’mère, toutes trois Antillaises.
Heure-Bleue à complimenté la mère pour la joliesse, la politesse et la gentillesse de la petite fille.
Oui, elle est comme ça la lumière de mes jours, dès que des gens sont civilisés, elle félicite. Elle a peur du retour insidieux de la barbarie.
Le bus arrive enfin.
La grand’mère tire la petite fille et monte dans le bus, suivie par Heure-Bleue.
Au lieu de suivre Heure-Bleue, je me suis effacé en disant « je vous en prie » pour laisser monter la mère.
Le vieux réflexe quoi…
La mère monte rejoindre sa mère et sa fille puis s’arrête et me dit avec un sourire « Oh la la ! Cette éducation, quelle galanterie ! Ça n’existe plus ça ! On ne l’entend pas souvent ça, hélas ! »
Elle aurait dû s’arrêter là.
Je me serais contenté de boire tranquillement mon gobelet de petit lait si elle n’avait pas clos par « Ah ! On voit bien que ce n’est plus notre génération, hein maman ? »
Là, j’ai pensé « Pfff… La hyène… »

Commentaires

:D :D :D
Maintenant que je commence à me sentir vieille, je n'ose plus laisser la place à une plus vieille ou un plus vieux que moi de peur de vexer!!! Enfin je le fais parce que je suis bien éduquée, mais je te jure que j'hésite et j'y mets les formes pour pas froisser la personne.

Écrit par : Rosalie | vendredi, 05 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Mais bien sûr que ça existe toujours! La preuve!

Écrit par : Livfourmi | vendredi, 05 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Oui ça disparait lentement mais surement, hélas.

Écrit par : mab | samedi, 06 juin 2015

Répondre à ce commentaire

maintenant c'est plus le jeu des coudes !! dans les salles d'attente on me laisse une place assise quand il y a trop de monde ..................... au moins je sais pourquoi j'attends !! lol !

Écrit par : maevina | samedi, 06 juin 2015

Répondre à ce commentaire

C'est sûr que dans le métro... tu peux avoir un âge vénérable, les cheveux blancs et une canne..., les yeux rivés sur le petit écran portable, les pouces en action et le casque vissé sur les oreilles, les nouvelles générations ne voient personne. Enfin, pas tous, heureusement !

Écrit par : lakevio | samedi, 06 juin 2015

Répondre à ce commentaire

tu vois comme les antillais sont bien élevés !

Écrit par : liliplume | samedi, 06 juin 2015

Répondre à ce commentaire

J'ai pensé à toi et Heure Bleue pour l'école de Merveille quand ma fille m'a dit que sa nounou arabe avait inscrit sa fille à l'école des soeurs Rosalie , je crois , pour qu'elle ne soit pas avec la " racaille " ! Et ma belle -fille dont les parents sont antillais a fait sa scolarité aussi chez les bonnes soeurs . Cependant , le père de Marceau préférerait le public pour ne pas le sur-protéger ! On verra si toutes ces "orientations" feront une bonne éducation , et s'ils sauront laisser leur place dans le bus , quand je pense que ma fille enceinte jusqu'au cou est obligée de demander pour s'asseoir , je me dis qu'il y a eu beaucoup de ratés chez beaucoup de personnes , et elle n'a pas ta jeunesse !

Écrit par : Brigitte | samedi, 06 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Je comprends, je ne l'aurais pas bien pris non plus.

Écrit par : Berthoise | samedi, 06 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Savez-vous que je viens de publier chez "Mon petit éditeur" ÉTRANGES NOUVELLES ? C'est recueil de 24 nouvelles étranges ou drolatiques dont les fins s'ouvrent sur votre imaginaire...

Écrit par : Jeanmi | dimanche, 07 juin 2015

Répondre à ce commentaire

c'est vrai, que l'éducation actuelle chez les jeunes et les enfants laisse plutôt à désirer! Mais c'est souvent la faute des parents! Vers chez nous, ce n'est pas 'la ville' nous sommes favorisés! et c'est ce que j'apprécie!
Même si ta conclusion me fait rire!

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 07 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire