Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 juin 2015

Je suis plutôt preste, à terre…

Comme chaque année, lectrices chéries, il y a des choses qui reviennent avec les jours, les mois, les saisons.
Non, il n’y a pas que les impôts, n’allez pas croire des choses comme ça.
Depuis plusieurs jours ça me frappe le nez.
Délicatement.
Les tilleuls…
Oui, dans mon coin les tilleuls parfument ma rue.
Oh ! Pas partout, non ! Seulement en passant devant certaines maisons ou à de rares endroits de la « coulée verte ».
Avant-hier déjà, en suivant Merveille, ça m’avait chatouillé le nez.
Il n’y a pas, dans la « coulée verte », de tilleuls, ça vit très vieux mais ça pousse trop lentement.
Il n’y a de tilleuls que dans les jardins de certaines vieilles maisons que l’on peine à deviner derrière les bouquets d’arbres et les buissons de ronces et de chèvrefeuille.
Aussi, pendant plusieurs semaines il n’y eut que peu d’odeurs, assez délicates pour passer pour un parfum, à me caresser le nez.
Avant ces semaines, il y avait les acacias puis, leurs fleurs fanées, plus rien jusqu’à ces temps ci.
Et bientôt, ce sera le chèvrefeuille.
Pas l’essence à la senteur exagérée des parfums industriels.
Non, le vrai, celui des buissons qui habillent en certains endroit les côtés du chemin qui longe la  « coulée verte ».
Pour sentir quelque chose d’agréable, une fois l’eau de toilette évanouie, il n’y avait guère, il y a peu, que les rares seringats de l’avenue entre deux vagues de scooters.
Enfin, pour quelques temps, les tilleuls sont revenus me remplir la cervelle de souvenirs de dortoir, de pension
Du coin de ciel que je voyais de mon lit
Chaque année, si je prends un an de plus, il y a au moins ce moment, lectrices chéries, où j’ai six ans au plus.
Ça ne paraît pas, mais c’est toujours bon à prendre.
Et ce matin, les pluies de la nuit font que mon coin embaume jusque dans le séjour.
Les senteurs de fleurs et le parfum des tilleuls de la maison un peu plus loin me transportent en un endroit où je ne me suis pas amusé tous les jours mais où je ne me rappelle pas avoir eu un instant mal au genou droit…
Je crois bien qu’il y aura cinquante ans ce mois ci que je me suis esquinté ce fichu genou.
Mais il fait si beau et ça sent si bon…

Commentaires

L'odeur du grand troène en partant à la plage, après les effluves de la charcuterie du rez de chaussée, et avant l'odeur du sable et de l'ambre solaire. Elles étaient olfactives le vacances de juillet à Mers les Bains.

Écrit par : Clonilau | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

tu t'es cassé de tous les côtés toi en étant petit !! ici mon tilleul a 13 ans il mesure 4 m environ il est tout maigrelet et ne fleurit pas! :(

Écrit par : maevina | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Je ne voudrais pas me répéter ( mais je le fais quand même ): "J'adore cette saison."
Les odeurs, le vert, l'ambiance. Mai et juin sont des cadeaux qu'il convient d'apprécier.

Écrit par : berthoise | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Tiens voilà pour le troènes
http://berthoise.canalblog.com/archives/2008/12/10/11696310.html


et les acacias
je ne trouve pas. Tant pis.

Écrit par : berthoise | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Les tilleuls, c'est la cour d'école... Le lilas, c'est ma maison d'enfance...
Le chèvrefeuille est fleuri et embaume chez ma sœur dans les Yvelines !

Écrit par : lakevio | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Ah oui ! Les mimosas, puis les acacias, les troënes, les tilleuls... Mais je me souviens aussi de l'odeur, lorsque j'étais enfant, des feuilles pourrissantes des grands platanes de la cour de l'école...

Écrit par : Carla | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Ha non !!!! Tu m'as pique mon idée de post ! Ici aussi les tilleuls embaument et j'ai grand plaisir à promener lee chien..... Bon il me faut une idée pour demain et pas une histoire de révolution ou de tilleuls !

Écrit par : pennylane22 | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

ah!!! le chèvrefeuille... et le jasmin qui bordaient l'allée du jardin de mon enfance! Je me faisais des colliers ou une couronne en enfilant les fleurs d jasmin les unes dans les autres! Et ça sentait bon! ...si bon !!!

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

ha les parfums de notre enfance, de notre jeunesse...c'est si bon! l'acacia du voisin à tapissé le jardin on aurait dit qu'il neigeait...c'était beau et ça sentait bon!kiss!

Écrit par : miialjo | vendredi, 12 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Le tilleul reste pour moi lié au collège, dont la vaste cour était plantée de tilleuls dans lesquels grimpait le concierge pour cueillir les fleurs qu'il laisser tomber dans une toile posée à terre. Notre rôle consistait à les trier et les mettre dans des sachets pour la consommation de la cantine.
Le chèvrefeuille ? J'en ai dans mon jardin et je le respire avec bopnheur
Gwen

Écrit par : Gwen | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Trés joli texte...je me remémore mon enfance..les odeurs d'acacia dans la cour chez ma grand-mère.. elle a 94 ans bientôt et j'ai la chance qu'elle soit encore là...j'aimerai parfois partir à reculons, retrouver mon enfance et sa jeunesse...

Écrit par : Fabien | vendredi, 17 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire