Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 juin 2015

Dimanche et quatre sets…

Hier, Heure-Bleue et moi sommes allés déjeuner chez Imaginer et « Chéri ».
C’est donc hier que je me suis rendu compte soudainement que nous avions perdu une habitude de Parisien.
Oui lectrices chéries, nous sommes arrivés à l’heure !
Alors que tout vrai Parisien sait que ça fait  plouc de se rendre à une invitation avec moins d’une demi-heure de retard…
Heure-Bleue et moi n’en sommes pas encore revenus.
En y réfléchissant bien, ça doit bien être la première fois que ça nous arrive.
Bon, honnêtement, ce n’était pas entièrement notre faute.
Tout ce voyage était un rêve de planificateur. Le train est arrivé au moment où nous mettions un pied sur le quai.
A peine remontés les cent mètres de la rue de Rome qui nous séparaient de l’arrêt du 80, celui-ci est arrivé. En passant sur le pont qui surplombe le cimetière de Montmartre, alors le bus s’arrête un instant, un je ne sais quoi me remue, un souvenir sans doute.
Là, la lumière de mes jours me dit « on devrait le parcourir, Minou, il y a des gens intéressants qui sont enterrés là ».
Ça je le sais bien… Trop bien…
Le 80 nous a amenés rapidement à « Custine-Mont-Cenis » et Heure-Bleue a pesté car la rue est très pentue et qu’elle préfère monter que descendre.
J’ai eu un soupir –discret le soupir, je connais Heure-Bleue- quand j’ai vu qu’Imaginer et Chéri habitaient là où dans mon enfance se tenait le cinéma « Le Marcadet Palace ».
J’y avais vu des tas de films où on se tirait dessus à coup de Colt, s’étripait à coups de lance, s’éventrait à coup d’épée, et où plus tard, même à l’entracte, on s’embrassait à « bouche que veux tu ».
Je supputais, à la lecture du blog d’Imaginer, que « Chéri » était un fin cuistot.
Le mot est faible mais je confirme.
La balance aussi.
Du coup, mes papilles me poussent à encenser « Chéri » tandis qu’une panse d’archevêque arrivée là brutalement me pousse à le haïr…
« Chéri » a une discothèque de vinyles qui me laisse rêveur, une discothèque de CD qui me laisse pantois et une collection de cassettes qui me laisse ébloui.
Il m’a permis de gagner haut la main un pari engagé avec la lumière de mes jours à propos d’une musique de film.
Elle n’aurait pas dû parier là-dessus, j’ai vu « M le maudit » plusieurs fois quand j’étais gamin, alors, hein…
Le déjeuner avait très bien commencé car je me suis illustré dès l’apéritif .
En voyant mon hôte mettre du Jack Daniels « Single Barrel », l’émotion m’a saisi, car je suis très émotif surtout dans ces cas là.
Du coup, alors que je n’avais encore rien bu j’ai renversé mon verre.
Imaginer a été parfaite. Contrairement à une Heure-Bleue qui aurait sauté sur l’occasion, elle ne m’a pas engueulé…
Puis le déjeuner est arrivé, délicieux. Absolument délicieux. Et, pour la première fois depuis 1995, j’ai bu un digestif.
Vous vous rendez compte, lectrices chéries ? Un digestif !
Ce déjeuner s’est terminé tard, très tard.
Nous étions dans un état un peu « cotonneux », le genre de coton qui coûte six points…
Quand nous sommes revenus à la maison, les vapeurs s’étaient suffisamment dissipées pour apprécier pleinement « Dans la maison » de François Ozon…
Un chouette film. Un chouette dimanche.
Vraiment…

Commentaires

T'es gentil Le Goût.
Ah mince je n'ai même pas pensé à te disputer quand tu as renversé ton verre. De toute façon je ne dispute jamais quiconque renverse un verre....
Chéri tenant de moins en moins bien l'alcool, à peine aviez-vous tourné le coin de la rue qu'il m'a dit, je m'allonge deux minutes et on range tout.
J'ai tout lavé, essuyé, rangé la vaisselle, remis une jolie nappe, nourri ma Nougatine en une heure, pendant laquelle mon Chéri a allégrement ronflé.
Je l'ai alors réveillé, nous avons un peu discuté en regardant la télé d'un oeil, et à 22H30 au lit.
Debout ce matin 5 heures en pleine forme:-)
Forcément, je vois JC ce soir, tu vois ce que je veux dire. Dix jours sans JC quand même....
En tout cas c'était bien agréable de vous voir, et la prochaine fois, épaule d'agneau confite...

Écrit par : imaginer | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Salut Patrice!

passe moi ton e mail, j'ai une surprise pour toi!




Mr chéri

Écrit par : romain HANNEBERT | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Demande à la lumière de tes jours, elle l'a.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Démonstration est faite : tu es de la gueule. ;)

Écrit par : Berthoise | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Marre de tous ces maris qui cuisinent ! Le mien qui se permet de me reprocher de ne pas inviter assez (sa famille), mais n'épluche pas un concombre, ni rien. Grrrrrrrrrrrrrrrrrrr

Écrit par : liliplume | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Moi aussi , j'inviterais le monde entier si Cher et Tendre savait distinguer un concombre d'une courgette !

Écrit par : Brigitte | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Un homme aux fourneaux en tablier de soubrette peut-être?

Écrit par : mab | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Il y a aussi "le quart d'heure nantais" auquel tout invité se doit de respecter...
Mais si j'en crois tes hôtes, vous êtes des invités qui savent apprécier la bonne chère et les alcools renommés !
Gwen

Écrit par : Gwen | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

apparemment, une journée trèèèès sympathique ! Vous avez l'air d'avoir bien apprécié !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Loulou aussi a plein de vinyls on essaie de les revendre en vain (300) plein de cd et plein de bouquins.... on va devoir demenager pour en perdre un peu... mais il ne cuisine guère ... vivement le couscous...

Écrit par : pennylane22 | lundi, 15 juin 2015

Répondre à ce commentaire

apparemment, une journée trèèèès sympathique ! Vous avez l'air d'avoir bien apprécié !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 16 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire